La Mine Bleue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Mine Bleue
Ouverture
Pays Drapeau de la France France
Département Maine-et-Loire
Commune Noyant-la-Gravoyère
Propriétaire Pôle d'Équilibre Territorial Rural du Segréen[1]
Type de parc Parc à thèmes
Site web www.laminebleue.com
Coordonnées 47° 42′ 54″ nord, 0° 58′ 12″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
La Mine Bleue

La Mine Bleue est un site touristique industriel de l'Anjou, situé sur la commune de Noyant-la-Gravoyère, en Maine-et-Loire. Le site est situé sur l'ancienne exploitation des ardoisières de la Gatelière.

Historique[modifier | modifier le code]

La Gatelière[modifier | modifier le code]

Chronologie du site de La Gatelière :

  • 1916 : le 30 mai, la société des « Ardoisières Angevines de Saint-Blaise » est créée.
  • 1920 : on accorde aux mineurs le bénéfice de la sécurité sociale et le droit à la retraite à 55 ans, après 30 ans de service.
  • 1924 : la société des « Ardoisières Angevines de Saint-Blaise » réoriente les travaux miniers vers l’Ouest-Nord-Ouest, en terrain sain.
  • 1927 : 94 ouvriers travaillent au fond et 200 sur la butte dont 140 fendeurs.
  • 1930 : la technique des chambres à sciage devient la méthode principale d’extraction.
  • 1935 : l’ardoisière connaît son record de production : 620 tonnes d’ardoises fabriquées pour le marché britannique.
  • 1936 : le 25 juillet, le site de la Gatelière ferme ses portes pour cause de faillite de la banque « Bougère Fils et Pousset », principal actionnaire.

Création de la Mine Bleue[modifier | modifier le code]

À la suite de la cessation d’activité des mines de fer et des ardoisières de 1985 à 1986, plus de 300 licenciements sont prononcés. La commune de Noyant-la-Gravoyère acquiert l'ensemble et décide de rouvrir le site de la Gatelière avec la participation d'anciens mineurs et de bénévoles[2] pour en faire un lieu touristique « La Mine Bleue » proposant notamment la visite des mines à 126 m sous terre. Elle ouvre ses portes en 1991 et attire 100 000 visiteurs[2].

Reprises de l'activité touristique[modifier | modifier le code]

Les coûts de gestion associés à la difficulté à renouveler l'attractivité du site entraîne sa fermeture en 1999[2]. En 2004, le syndicat de pays « Pays du Haut-Anjou Segréen » fait un appel d’offres pour relancer le site de la Mine Bleue. La société FD Tourisme propose un dossier de reprise. Elle est choisie parmi 10 candidats. Le site rouvre en 2007.

Fin 2013, FD Tourisme est mis en liquidation judiciaire, le site poursuivant son activité jusqu'au 31 décembre 2013[3]. Cependant, le président du Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen et maire de Segré, déclare que le site continuera son activité « sous la responsabilité du Pays »[4]. La fréquentation constatée en 2015 était de 40 000 visiteurs par an[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Mine bleue, un équipement de Pays », sur anjoubleu.com (consulté le 17 février 2017)
  2. a b et c Thomas Jourdan, Quels avenirs pour les mines du Misengrain ?, Mémoire de fin d'étude, École de la Nature et du Paysage - INSA Centre Val de Loire, 2015, p. 128[lire en ligne (page consultée le 25 février 2017)]
  3. Ouest-France, 18 décembre 2013: Mine bleue. La société qui gère le site touristique liquidée
  4. Ouest-France: Menacée, la Mine bleue « continuera à vivre », Segré - 19 décembre 2013
  5. Thomas Jourdan, Quels avenirs pour les mines du Misengrain ?, Mémoire de fin d'étude, École de la Nature et du Paysage - INSA Centre Val de Loire, 2015, p. 150[lire en ligne (page consultée le 25 février 2017)]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]