La Mazière-aux-Bons-Hommes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Mazière-aux-Bons-Hommes
La Mazière-aux-Bons-Hommes
Mairie de La Mazière-aux-Bons-Hommes.
Blason de La Mazière-aux-Bons-Hommes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Intercommunalité Communauté de communes Marche et Combraille en Aquitaine
Maire
Mandat
Frédéric Perrier
2020-2026
Code postal 23260
Code commune 23129
Démographie
Population
municipale
65 hab. (2017 en diminution de 7,14 % par rapport à 2012)
Densité 6,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 05″ nord, 2° 26′ 29″ est
Altitude Min. 692 m
Max. 802 m
Superficie 10,24 km2
Élections
Départementales Canton d'Auzances
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
La Mazière-aux-Bons-Hommes
Géolocalisation sur la carte : Creuse
Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
La Mazière-aux-Bons-Hommes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Mazière-aux-Bons-Hommes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Mazière-aux-Bons-Hommes
Liens
Site web la-maziere-aux-bons-hommes.fr

La Mazière-aux-Bons-Hommes est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Mazière-aux-Bons-Hommes
Saint-Bard Lioux-les-Monges
La Villeneuve La Mazière-aux-Bons-Hommes Mérinchal
Basville La Celle

Du point de vue géomorphologique, la commune a un relief de moyenne montagne constitué par des plateaux granitiques collineux de transition entre les reliefs alvéolaires du plateau de Millevaches et les étendues plus planes des plateaux des Combrailles. Plus concrètement, elle se trouve entre la commune de Basville, localement dernière commune adhérente du Parc Naturel Régional de Millevaches dans sa partie Nord Ouest, et la commune de Mérinchal, considérée comme porte des Combrailles en ayant sur son territoire la source du Cher.

Le point le plus haut de la commune est à 794 m d'altitude, sur une butte en limite de la commune au nord du lieu-dit Le Chalard. On trouve ensuite deux collines qui atteignent 789 m d'altitude :

  • à l'ouest du hameau La Mazière, chef lieu de la commune, une colline qui le domine, au lieu-dit La Garde.
  • au nord de la commune au sommet de la colline qui surplombe le village de Lascaux-Fauchez, où ont été implantés un pylône qui sert d'antenne-relai de téléphone mobile et un château d'eau pour la distribution d'eau.

La commune a relevé des régions historiques de la Haute Marche et de l'Auvergne suivant les variations dans le temps de leurs limites, elle a fait également partie du Franc-Alleu.

Le territoire de la commune est riches de sources qui alimentent rus et ruisseaux, qui alimentent eux-mêmes des étangs locaux notables, tel le ruisseau de Ruelle qui prend ses sources aux Fourches, aux Vergnes et à la Grande Naute avant de se jeter dans l'étang de Létrade pour en prendre le nom. Une source aux Rudoux alimente un ruisseau qui se jette à l'étang de Tyx, pour former le ruisseau de Tyx par la suite. Les eaux de ces deux ruisseaux font partie du bassin hydrographique de la Sioule, affluent de l'Allier.

Sur la commune également se trouve l'une des sources de la rivière de la Tardes, près du lieu-dit Le Chalard, qui est un affluent du Cher. Le nord de la commune correspond au bassin versant de la rivière Roudeau qui se jette dans la Tardes à La Taverne de Saint-Silvain-Bellegarde.

On a donc sur la commune la ligne de partage des eaux entre deux bassins versants de deux affluents majeurs de la Loire, le Cher par la Tardes, et l'Allier par le Sioulet et la Sioule, eaux qui mettront plus de 200 km pour se rejoindre dans la Loire ensuite entre Nevers et Tours.

Villages de cette commune[modifier | modifier le code]

La Mazière, chef-lieu
Le Sibioux
Neuvialle
La Rebeyrolle
Le Cherbaudy
Lacaux-Faucher
Le Chalard
Le Font-Razé

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation humaine sur la commune remonte à l'Antiquité : en effet, le , une sépulture gallo-romaine a été découverte dans une plaine à 150 m du bourg. L'enveloppe en granit, formée de deux pierres, renfermait une urne en poterie dans laquelle se trouvaient des débris d'ossements et une lame de poignard en fer. Autour ont été trouvés du charbon, de la cendre et des clous en fer.
La commune a abrité autrefois un monastère au château de Cherbaudy. Les anciens moines de Grandmont qui l'habitaient vivaient d'aumônes, et les partageaient avec les malheureux, c'est pourquoi on les appelait les « Bonshommes ». C'est ce qui explique le qualificatif de aux Bons-Hommes donné à cette commune.
Ce monastère a été une annexe de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem relevant de la commanderie de Tortebesse. Cette commanderie y possédait une église paroissiale, trois étangs, une métairie, et elle avait le pouvoir d'y exercer la justice haute, moyenne et basse, elle y possédait également des rentes et des cens.
Selon la légende, la recette du gâteau « Le Creusois » serait issue d'un parchemin découvert dans cet ancien monastère.
En 1942, la commune a failli être fusionnée avec celle de Basville : le de cette année, le préfet de la Creuse de l'époque avait émis une circulaire qui le proposait, mais la population et ses représentants ont refusé cette fusion.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 En cours Frédéric Perrier SE Ingénieur
mars 2008 2014 Jean-Louis Giraud

Artisan peintre à la retraite

mars 1996 mars 2008 Jean-Louis Desseauve Agriculteur
14 avril 1991 mars 1996 Roger Chevalier Agriculteur
5 mars 1978 7 avril 1991 Joseph Bouchon Réélu le et le , mort le
22 mars 1959 4 février 1978 Léon Reuge Réélu le , le , et le , mort le
17 septembre 1944 22 mars 1959 Eugène Sabouret Président du Conseil de Libération le , élu le , réélu le , le et le
5 novembre 1942 17 septembre 1944 Docteur Rigaud Médecin au Montel-de-Gelat (63), nommé maire de la commune par l'arrêté du préfet de la Creuse du
mai 1942 novembre 1942 Louis Reuge
17 mai 1925 mai 1942 Clément Chapal Réélu le , le
10 décembre 1919 17 mai 1925 Jean Prugnit
19 mai 1918 10 décembre 1919 M. Petit
février 1917 19 mai 1918 M. Majoux Conseiller délégué, remplaçant le maire décédé
juin 1916 février 1917 M. Banet Mobilisé en , mort en
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2].

En 2017, la commune comptait 65 habitants[Note 1], en diminution de 7,14 % par rapport à 2012 (Creuse : -2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
289224287356403431484496495
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
446371376346332325281280266
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
265258255191190160167162156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
13411096999673636170
2017 - - - - - - - -
65--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste.
  • L'église actuelle, sous le vocable de Saint-Jean-Baptiste, a remplacé l'ancienne église qui relevait de la commanderie de Tortebesse en 1868.
  • Fontaine de la Saint-Jean.
  • Croix de la Bataille.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Mazière-aux-Bons-Hommes Blason
Écartelé : au 1er de gueules à la croix de Malte d'argent, au 2e d'or au gonfanon de gueules frangé et bouclé de sinople, au 3e d'hermine plain, au 4e d'azur au buste de moine d'or[5].
Détails
Le 1er évoque le fait que l'ancien monastère de la commune était une annexe de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Le 2e et 3e renvoient respectivement à l'appartenance de la commune à l'ancien comté d'Auvergne et à la région du Limousin. Le dernier représente les moines de l'ancien monastère local, appelés les « Bonshommes », qui donna le qualificatif de aux Bons-Hommes à la commune.

Blason utilisé par la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :