La Malédiction de la dame blanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Malédiction de la dame blanche
Titre québécois La Malédiction de La Llorona
Titre original The Curse of La Llorona
Réalisation Michael Chaves
Scénario Mikki Daughtry
Tobias Iaconis
Acteurs principaux
Sociétés de production New Line Cinema
Atomic Monster Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre horreur
Durée 93 minutes
Sortie 2019

Série l'univers cinématographique Conjuring

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Malédiction de la dame blanche ou La Malédiction de La Llorona au Québec (The Curse of La Llorona) est un film d'horreur américain réalisé par Michael Chaves, sorti en 2019. Il s'agit du 6e film de l'univers cinématographique Conjuring.

La connexion avec cette franchise a été confirmée suite à des projections presse du long métrage.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film commence par une scène qui se déroule en 1673. Une femme tue ses deux enfants en les noyant dans un fleuve.

Trois cents ans plus tard, en 1973, à Los Angeles, Anna est assistante sociale du service de protection des enfants. Son mari, policier, a été tué au cours d'une intervention de service un an auparavant ; elle reste seule à élever ses deux enfants. Elle se rend au domicile de Patricia, une femme soupçonnée de maltraiter ses enfants. Elle y découvre les deux enfants dans un placard, enfermés à double tour. Patricia est placée en garde à vue et les enfants placés en foyer d'accueil. La nuit suivante, un spectre blanchâtre poursuit les enfants. Ceux-ci sont retrouvés noyés dans le fleuve.

Anna est bouleversée par ces événements. Le spectre commence alors à s'en prendre à ses propres enfants. Elle apprend par un prêtre catholique, puis par un « curandero », ancien prêtre devenu exorciste, que la « Dame Blanche » est effectivement un spectre terrifiant, pris en étau entre le paradis et l'enfer, piégé par un terrible destin dont elle est elle-même l'artisan. Quand elle était en vie, elle a noyé ses enfants dans un accès de jalousie puis, anéantie par le chagrin, elle s'est jetée dans le fleuve déchaîné. Depuis, ses larmes sont devenues éternelles. Elles sont même mortelles, et tous ceux qui entendent ses appels sinistres la nuit risquent la mort : tapie dans l'ombre, la Dame Blanche s'attaque aux enfants, cherchant désespérément à remplacer les siens.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende: Version française (VF)[4] et Version québécoise (VQ)[5]

Production[modifier | modifier le code]

La connexion avec l'univers cinématographique Conjuring a été confirmée suite à des projections presse du long métrage en .

A propos du titre[modifier | modifier le code]

Le spectre n'est associé à la Dame Blanche que dans la version française. La version originale mentionne La Llorona, la légende sud-américaine dont le film s'inspire, différente de celle de la Dame Blanche.

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La Malédiction de la dame blanche
Score cumulé
SiteNote
Allociné2.8 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Dauphiné libéré3.0 étoiles sur 5
Le Parisien3.0 étoiles sur 5

Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, il obtient un score de 31 % et une moyenne de 4,6/10 sur la base de 132 critiques[6]. Sur Metacritic, il obtient un score de 41 sur 100 sur la base de 25 critiques[7]. Sur Internet Movie Database, il obtient un score de 5,8/10 sur la base de 6 167 critiques[8]. Sur Allociné, il obtient un score de 2,8/5 sur la base de 5 critiques[9]. Pour Le Parisien, « [p]lus réussie que « la Nonne », cette « Dame blanche » vraiment effrayante nous glace à chacune de ses apparitions »[10]. Le Dauphiné libéré évoque une « bonne petite dose d'épouvante, avec tous les ingrédients qu'il faut pour ça, même s'ils ne sont pas spécialement originaux »[11].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
54 733 739 $[1] [12] 11
Drapeau de la France France 805 476 entrées[13] 8
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 121 820 entrées[13] 8
Drapeau de l'Italie Italie 269 900 entrées[13] 8
Drapeau de l'Espagne Espagne 668 210 entrées[13] 8
Monde Total hors États-Unis 67 400 000 $[1] 14
Monde Total mondial 122 133 739 $[1] 14

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « The Curse of La Llorona », sur Box Office Mojo (consulté le 21 avril 2019).
  2. (en) « Dates de sortie », sur Internet Movie Database (consulté le 11 avril 2019).
  3. (en) « Classifications », sur Internet Movie Database (consulté le 11 avril 2019)
  4. « Fiche du doublage français du film », consultée le 3 avril 2019
  5. « Fiche du doublage québécois du film », consultée le 3 avril 2019
  6. (en) « The Curse of La Llorona », sur Rotten Tomatoes (consulté le 3 avril 2019).
  7. (en) « The Curse of La Llorona », sur Metacritic (consulté le 3 avril 2019).
  8. (en) « The Curse of La Llorona », sur Internet Movie Database (consulté le 3 avril 2019).
  9. « Critique presse pour le film La Malédiction de la Dame blanche », sur Allociné (consulté le 21 avril 2019).
  10. « Sorties cinéma du 17 avril : « El Reino », « Working Woman »… nos films coups de cœur », sur Le Parisien.
  11. « Just a gigolo », sur Le Dauphiné libéré (consulté le 9 mai 2019).
  12. (en) « The Curse of La Llorona - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 17 mai 2019)
  13. a b c et d (en) « La Malédiction de la dame blanche », sur JP's Box-Office (consulté le 17 avril 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]