La Malédiction d'Edgar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Malédiction d'Edgar
Auteur Marc Dugain
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Date de parution 2005
Chronologie

La Malédiction d'Edgar est un roman biographique de Marc Dugain paru en 2005 (ISBN 2-0707-7379-5). Il raconte la vie de John Edgar Hoover alors qu'il était directeur du FBI de 1924 à 1972. Le narrateur est le numéro 2 du FBI, par ailleurs partenaire homosexuel de Hoover[1].

Clyde Tolson et John Edgar Hoover

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le roman est présenté comme un livre de souvenirs attribués au numéro deux, Clyde Tolson. Toutefois, Dugain dans le prologue laisse entendre qu'il peut s'agir d'un faux : « J'avais acheté ce manuscrit sans en avoir lu une ligne. Faux, il m'intéressait autant que vrai. [...] La prétendue objectivité d'un mémorialiste est aussi nuisible à la vérité que l'intention de falsifier les faits ».

Les Kennedy[modifier | modifier le code]

Les Kennedy sont dépeints par Hoover comme des manipulateurs portés au pouvoir par l'argent de leur famille et de la mafia

Joseph Patrick Kennedy[modifier | modifier le code]

Edgar Hoover constitua un important dossier sur Joseph Patrick Kennedy, qu’il classa confidentiel. Hoover se vante de l’avoir repéré très tôt, identifiant en lui un potentiel futur président. Dans le contexte d’agitation internationale et la menace d’une deuxième guerre mondiale, Hoover confie le dossier à Clyde Tolson, qui en retranscrit le contenu dans ses souvenirs.

Le dossier retrace le parcours d’homme d’affaires et d’homme politique de Kennedy, jusqu’à sa nomination en 1938 à l’ambassade des Etats-Unis en Grande-Bretagne, en passant par le commerce de spiritueux et le cinéma, et sa liaison avec l’actrice Gloria Swanson. Tolson retranscrit également une conversation téléphonique piégée entre Kennedy et Arthur Krock (en), alors directeur du bureau du New York Times de Washington, au moment de la nomination de Kennedy à la présidence de la SEC en 1934.

Hoover étaye le dossier de nombreux détails et précisions, agrémentés de commentaires et jugements personnels, ponctués de qualificatifs péjoratifs : « manipulateur effronté », « fou, incontrôlable, dangereux »,  « l’arriviste », « pire des parasites de Wall Street », …

John Fitzgerald Kennedy[modifier | modifier le code]

Le livre s'attarde particulièrement sur la montée en puissance puis la présidence de John Fitzgerald Kennedy, nous livrant quelques « dessous » et intrigues du pouvoir américain.

Le livre s'attarde aussi sur les frasques sexuelles du président, qui y est décrit comme un éjaculateur précoce multipliant les aventures sans jamais les rompre totalement.

Dans l'assassinat de Kennedy, le livre prend clairement le parti de la conspiration.

Hoover influent[modifier | modifier le code]

Toujours selon les faits relatés dans le roman, John Edgar Hoover aurait privilégié la lutte contre le communisme à celle contre la corruption et la mafia, laissant ainsi se gangrener une situation déjà assez dramatique. Enfin, Hoover n'a de cesse d'espionner et de violer la vie privée de tous les hommes importants du pays, légitimant presque ses actes par la nécessité d'en savoir plus sur ceux susceptibles d'accéder au pouvoir suprême, quitte à porter des jugements arbitraires sur leur conduite morale conduisant dans certains cas à des actions visant à les écarter du pouvoir.

Le roman prend fin au moment du scandale du Watergate, à la mort de John Edgar Hoover, alors que Nixon est accusé du crime que commettait sans cesse Hoover et qui l'occupa toute sa vie.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Une adaptation en bande dessinée a été réalisée, avec Marc Dugain en tant que scénariste : La Malédiction d'Edgar, dessins de Didier Chardez, en trois tomes, Casterman, 2007. Le roman fut également adapté à la télévision dans un docu-fiction réalisé par Dugain, avec Brian Cox dans le rôle d'Hoover et Anthony Higgins dans le rôle de Clyde Tolson, diffusé le sur Planète+[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :