La Machine (association)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Machine.

La Machine est une compagnie de théâtre de rue née en 1999 et dirigée par François Delarozière.

Elle est née de la collaboration d’artistes, techniciens et décorateurs de spectacles, autour de la construction d’objets de spectacle atypiques. La Machine développe aujourd’hui de nombreux projets aussi bien dans le domaine de l’aménagement urbain à Nantes sur l’Île de Nantes avec les Machines de l'île (Le Grand éléphant et le Carrousel des mondes marins), ou le Manège Carré Sénart à Sénart ; que de celui du spectacle de rue (Les Mécaniques Savantes, Le Grand Répertoire des Machines, La Symphonie Mécanique, L’Expédition Végétale, Le Dîner des Petites Mécaniques…).

Administration et réalisation[modifier | modifier le code]

En 2013, l'administration de La Machine est composée de François Delarozière (directeur artistique), Catherine Saudray (directrice juridique et financier), Bertrand Bidet (directeur technique et commercial), Élodie Linard (coordinatrice de la fabrication), Frédette Lampre (chargée de diffusion et des partenariats), Marie Saunier-Luce (administratrice de spectacle) Marie-Line Castex (assistante administrative) et Tiphaine Sarrat (chargée de production et d'administration).

Pour réaliser ses constructions, la compagnie La Machine s’est dotée d'un atelier à Nantes et un autre à l'Usine[1], à Tournefeuille. De multiples métiers y sont représentés, du spectacle aux métiers d’art en passant par l’industrie et les techniques de pointe.

Dans le cadre du projet de Toulouse-Montaudran, La Machine a créé une nouvelle entité juridique dirigée administrativement par Betty Toustou assistée de Guillaume Tardieu.

Créations[modifier | modifier le code]

Aménagements urbains existants[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

  • 1er Coup de Pelleteuse, créé en 2012 dans le cadre d’accompagnement du projet d’aménagement urbain de La Roche-sur-Yon.
  • L’Expédition Végétale, crée en 2011 et coproduit par la DGCA, les CNAR de Niort et d’Angers, l’ENSAN de Nantes, donnée en sortie d’atelier en Allemagne à Dessau-Rosslau, puis en première à Anvers, ce spectacle est en tournée européenne en 2013.
  • Le Dîner des Petites Mécaniques crée en 2010 avec le soutien de l’Abbaye de Fontevraud et du Channel, scène nationale de Calais
  • Flammes : installation de rue créée par Pierre De Mecquenem et née au Channel de Calais en décembre 2007, mélange de feu (braseros, cahutes à poêles, bougies, bûchers) et feux d'artifice.
  • Les Mécaniques Savantes : spectacle mettant en scène, dans les rues, deux araignées géantes et présenté en 2008 à Liverpool lors de la nomination de la ville comme capitale européenne de la culture, puis à Yokohama en 2009 pour le 150e anniversaire du port. La musique du spectacle est de Dominique Malan et les effets de Thierry Loridant.
  • La Symphonie Mécanique : spectacle alliant la musique classique et les sonorités mécaniques de machines à musique comme la cocotte à flûte, le piano culbuté ou la Groovagaz. Cette pièce philarmotechnique a été coécrite avec Mino Malan.
  • Le Grand Répertoire des Machines : exposition-spectacle présentée entre 2003 et 2006 à Nantes, Calais, Toulouse, Anvers, Marseille et Paris.
  • Long Ma, l'esprit du cheval dragon, à l'occasion du jubilé des liens diplomatiques franco-chinois, le 17 octobre 2014 à Pékin[2]
  • L’Esprit du Cheval Dragon, les ailes dérobées, du 27 au 30 juillet 2017 à Ottawa, dans le cadre du 150e anniversaire de la Confédération canadienne[3].

Projet toulousain[modifier | modifier le code]

En 2014, La Compagnie La Machine avec le soutien de l’agglomération toulousaine débute l'installation, au bord de la piste mythique de l’Aéropostale dans le quartier de Montaudran à Toulouse, un nouveau lieu de création et de diffusion : la Halle de La Machine. Un ensemble des 200 machines de spectacle de la compagnie y seront exposées et mises en mouvement. Dans le cadre de ce projet, la Cie La Machine a créé et fabriqué une machine monumentale, un « Minotaure ». Cette machine est une architecture en mouvement protagoniste d’une nouvelle création de grande envergure intitulée Le Gardien du Temple[4]. A l'issue du spectacle, elle élira domicile à la Halle de La Machine et pourra embarquer à son bord du public. Le Minotaure a été financé par Toulouse Métropole à 90 %. Ce projet accompagne le chantier de réhabilitation urbaine de la zone Montaudran Aerospace mené par l’architecte David Mangin. Il a pour mission de dynamiser ce nouveau quartier de Toulouse mais aussi de renforcer l’attractivité culturelle et touristique de la ville rose.

Ce projet était porté par l’équipe municipale de Pierre Cohen (PS). Il était vivement critiqué par l’opposition et Jean-Luc Moudenc député UMP de Haute-Garonne et maire actuel, qui condamnait ce financement à hauteur de 90 %, alors même que la compagnie privée, et non la collectivité publique, restera propriétaire de l'œuvre et bénéficiera de l'essentiel des droits sur les produits dérivés[5],[6]. Finalement, le projet a été adopté par Jean-Luc Moudenc et le spectacle Le Gardien du Temple, mettant en scène le "Minotaure" s'est déroulé du 1er au 4 novembre 2018 dans les rues de Toulouse. La Halle de La Machine implantée sur la Piste des Géants dans le quartier de Montaudran, ouvrira une semaine après, avec un grand week-end d'inauguration les 9, 10 et 11 novembre 2018[7].

Projets en cours[modifier | modifier le code]

  • L’Arbre aux Hérons : il s'agit d'un arbre en acier de 35 m de haut et de 50 m de diamètre. Les branches formeront un jardin suspendu, avec différents thèmes végétaux. Le public pourra s'y promener, les branches étant reliées entre elles par des passerelles, des escaliers et des plates-formes. Deux hérons de métal de 15 m d'envergure seront posés au sommet de l'arbre. Ils pourront accueillir des passagers dans des nacelles accrochées sur leur dos et sous leurs ailes. Les oiseaux, fixés chacun à l'axe de l'arbre par un bras de grue articulé, s’envoleront et déploieront leurs ailes pour un vol circulaire à 45 m du sol. Une branche prototype de cet arbre peut être visitée aux Machines de l'île. Le projet est au stade de l'étude technique et l'arbre sera situé dans l'ancienne Carrière de Miséry dans le Bas-Chantenay.
  • Dans le cadre d'un projet d'aménagement urbain, la ville de Calais a demandé à La Machine de développer un bestiaire de reptiles géants qui sera composé de machines sur lesquelles le public sera invité à prendre place. La première machine est arrivée le dans un spectacle inaugural de 3 jours. Il s'agit du Dragon de Calais sur le front de mer, donnant naissance à La Compagnie du Dragon qui en assurera l'exploitation. Il sera rejoint plus tard par des varans et plusieurs iguanes dans des lieux stratégiques du territoire de Calais.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Vitrine mécanique : afin de raconter, par l'intermédiaire d'une sélection d'objets, son histoire et celle de ses conservateurs, le muséum d'histoire naturelle de Nantes a demandé à François Delarozière de créer une vitrine. Celle-ci, installée au milieu de la Galerie des sciences de la Terre, fabriquée en verre et en métal, s'ouvre grâce à un système de treuils et de câbles.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Actus », sur l'Usine – Centre national des arts de la rue et de l'espace public(Tournefeuille / Toulouse Métropole) (consulté le 23 avril 2018)
  2. (en) Giant French robots fight in Beijing
  3. « La Machine - Ottawa 2017 », sur www.ottawa2017.ca
  4. « Le Gardien du Temple »
  5. « Toulouse : le site de Montaudran accueillera finalement "La Machine" et "la mémoire de l'aéropostale" »
  6. Toulouse Métropole : pour Francazal on verra plus tard, Bertrand Enjalbal, carredinfo.fr, 15 février 2013
  7. « La Halle de La Machine | Toulouse », sur www.halledelamachine.fr (consulté le 6 août 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]