La Macaza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Macaza.

La Macaza
La Macaza
Blason de La Macaza
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Céline Beauregard
2017 - 2021
Constitution 1er janvier 2006
Démographie
Gentilé Macazien, ienne
Population 1 150 hab. ()
Densité 6,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 00″ nord, 74° 46′ 00″ ouest
Superficie 17 550 ha = 175,5 km2
Divers
Fuseau horaire UTC-5
Code géographique 2479047
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
La Macaza

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
La Macaza

Géolocalisation sur la carte : Laurentides (région administrative)

Voir la carte administrative de la zone Laurentides
City locator 14.svg
La Macaza

Géolocalisation sur la carte : Laurentides (région administrative)

Voir la carte topographique de la zone Laurentides
City locator 14.svg
La Macaza
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

La Macaza est une municipalité du Québec (Canada), située dans la municipalité régionale de comté d'Antoine-Labelle, dans la région administrative des Laurentides[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom viendrait de celui d'un amérindien qui campait à cet endroit[2].

Bien que la région était depuis longtemps habitée par des Algonquins, les débuts de la colonisation remonteraient aux environs de 1866. Les tout premiers colons auraient été Léon Ouellette et Héloïse Richer [3], suivis de Philias Charbonneau. Entre 50 et 60 habitants peuplent le village au tournant de 1896. Fait particulier : La Macaza s’accroît également grâce à une immigration d’origine est-européenne, principalement des juifs, des Polonais et des Ukrainiens[4].

La paroisse Notre-Dame-du-Divin-Pasteur, constituant la base du village, est fondée en 1904[5], en même temps que le pont couvert Macaza. Les ponts étaient à l’époque couverts pour les protéger de la pourriture et des intempéries. De type Town élaboré, celui-ci est le dernier de sa catégorie à être toujours debout dans la Vallée de la Rouge, et l’un des derniers au Québec[6].

Le village bénéficie du passage de la voie ferrée qui, suite à l’impulsion du curé Antoine Labelle, s’étend progressivement de Montréal à Mont-Laurier entre 1876 et 1909. La municipalité de La Macaza prend naissance en 1930[5].

En 2002, La Macaza est fusionnée avec trois autres municipalités pour former la nouvelle ville de Rivière-Rouge. Après un référendum tenu en 2006, La Macaza retrouve une autonomie relative. Voir : Réorganisations municipales québécoises.

La base militaire de la Macaza, sur les lieux de laquelle se trouve maintenant le pénitencier[7], héberge entre 1963 et 1971 des missiles Bomarc à ogives nucléaires, dans le cadre de l'accord de défense aérienne NORAD signé entre le Canada et les États-Unis pendant la guerre froide[8].

Communauté juive[modifier | modifier le code]

Soutenus par la Jewish Colonization Association, fondée par le Baron Maurice de Hirsch, les juifs qui arrivent à La Macaza au tournant du siècle sont principalement d’origine russe ou roumaine, et fuient les pogroms et les conditions difficiles de leurs pays d’origine. Six familles juives s’installent à La Macaza en 1899, puis une cinquantaine d’autres dans les 20 années qui suivirent. Les difficultés à maintenir une école juive pour la communauté incitent plusieurs parents à envoyer leurs enfants se scolariser à Montréal. La colonie s’éteint progressivement à partir des années 1950.

L’un des premiers colons, Jacob Pascal, adopte La Macaza comme résidence secondaire et vit principalement à Montréal, où il ouvrira la chaîne de quincaillerie Pascal[9].

Géographie[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents L'Ascension Baie-des-Chaloupes Rose des vents
Rivière-Rouge N
O    La Macaza    E
S
Labelle Rivière-Rouge

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
9001 0201 0159801 0531 150

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[10].

La Macaza
Maires depuis 2005
Élection Maire Qualité Résultat
2005 Christian Bélisle Voir
2009 Voir
n/d Pierre Payer Voir
2013 Céline Beauregard Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


Particularités[modifier | modifier le code]

Un pénitencier fédéral à sécurité moyenne se trouve à la Macaza. On y trouve également l'aéroport international La Macaza – Mont Tremblant.

Éducation[modifier | modifier le code]

Les élèves francophones fréquentent l'école du Méandre à Rivière-Rouge[11], alors que les élèves anglophones du primaire et du secondaire sont desservis par l'école anglophone Sainte Agathe Academy, à Sainte-Agathe-des-Monts, gérée par la Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier[12].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « La Macaza », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire
  2. Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux: La Macaza
  3. « Calendrier », sur www.munilamacaza.ca, (consulté le 27 novembre 2018).
  4. « Murale historique Hôtel de Ville », sur www.laurentides.com (consulté le 28 novembre 2018)
  5. a et b « Histoire et patrimoine », sur www.munilamacaza.ca (consulté le 27 novembre 2018)
  6. « Pont couvert Macaza », sur www.laurentides.com (consulté le 27 novembre 2018)
  7. [1], sur Service correctionnel du Canada, Gouvernement du Canada, consulté le 30 septembre 2018
  8. « La crise des missiles Bomarc » dans L'Encyclopédie canadienne, Historica Canada, 1985–. (consulté le ).
  9. (en) Naomi Pascal Freeman, « La Macaza, Quebec, and the Jewish Colonisation Association » (consulté le 28 novembre 2018)
  10. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  11. « École du Méandre », sur www.cspn.qc.ca (consulté le 30 septembre 2018)
  12. "About Us." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 17 septembre 2017. - Voir les zones scolaires: la zone primaire Elementary zone map et la zone secondaire: SAINTE AGATHE HIGH SCOOL ZONE" [sic] - Toutes les parties dans la zone scolaire du primaire sont situés dans la zone secondaire.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]