La Lune seule le sait

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Lune seule le sait
Auteur Johan Heliot
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Steampunk
Éditeur Mnémos
Collection Icares
Lieu de parution Paris
Date de parution 2000
Type de média Livre papier
Nombre de pages 384
ISBN 978-2911618635
Série La Lune seule le sait
Chronologie

La Lune seule le sait est un uchronie de science-fiction de Johan Heliot, publié en 2000 par les éditions Mnémos.

Résumé[modifier | modifier le code]

Fin du XIX : le Second empire de Napoléon III est toujours debout, victorieux, imposant sa domination à une grande partie de l'Europe. Cette domination est d'autant plus assurée que des extraterrestres (les « Ishkiss ») sont arrivés sur Terre et se sont associés à l'Empire : un échange de savoirs mutuellement intéressant, science du vivant et serviteurs insectoïdes efficaces contre la maîtrise de l'acier et la science mécanique de l'âge industriel.

Napoléon III, de plus en plus autoritaire, mégalomane, solitaire et sans descendance, survit grâce à la science Ishkiss qu'il utilise comme instrument d'oppression. Projet grandiose entre tous : une immense base sur la face cachée de la Lune est construite par des bagnards, en l'occurrence des opposants politiques et des criminels (dont les anciens de la Commune). À la tête d'un réseau de résistance à l'empereur se trouve Victor Hugo qui, convaincu que des événements importants vont se dérouler sur la Lune, y envoie l'agent spécial Jules Verne ! Celui-ci va découvrir par lui-même des paysages au-delà de son imagination et une situation fragile où se croisent Louise Michel et des extraterrestres prêts à écouter des voix différentes.

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

La Lune seule le sait a reçu le prix Rosny aîné 2001 du meilleur roman de science-fiction francophone.

Éditions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Gauthier, « Romancier du passé, astronaute amateur, espion idéaliste : le Jules Verne steampunk de La Lune seule le sait », dans Guillaume Pinson et Maxime Prévost (dir.), Jules Verne et la culture médiatique : de la presse du XIXe siècle au steampunk, Québec, Presses de l'Université Laval, coll. « Littérature et imaginaire contemporain », , 254 p. (ISBN 978-2-7056-9667-2), p. 193-218.