La Lune Rousse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lune rousse.
Affiche créée par Daniel de Losques vers 1904 pour le Logiz de la Lune Rousse (de gauche à droite : Numa Blès, Lucy Pezet et Dominique Bonnaud)
Un programme de La Lune Rousse paru dans Le Figaro en 1913[1].

Le Logiz de la Lune Rousse, plus connu sous son nom abrégé La Lune Rousse, est un célèbre cabaret parisien, fondé en novembre 1904 par Dominique Bonnaud et Numa Blès et disparu en 1964.

Histoire[modifier | modifier le code]

Numa Blès s'est inspiré pour baptiser son cabaret du nom de celui qu'en collaboration avec Théodore Flaville il a ouvert en 1891 à Marseille : La Lune Rousse[2]. L'établissement parisien ouvre au 36, boulevard de Clichy dans le 18e arrondissement. Il est ensuite transféré 58 rue Pigalle, en 1914 à l'emplacement du Tréteau de Tabarin, où Dominique Bonnaud le dirige en collaboration avec le chansonnier Georges Baltha[3], puis avec Léon Michel, lequel par la suite présidera seul aux destinées de cette « Comédie-Française de la chanson », comme se plaisent à le nommer Maurice Donnay, Romain Coolus ou encore Sacha Guitry.

Lorsqu'il ferme définitivement ses portes en 1964, il est 58, rue Victor-Massé (9e arr.).

À sa première adresse, boulevard de Clichy, se trouve aujourd'hui le théâtre de Dix heures.

Revues[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rubrique Spectacles et concerts, Le Figaro, 9 mars 1913, page 6, 3e colonne.
  2. Léon de Bercy, Montmartre et ses chansons : Poètes et Chansonniers, op. cit., pp. 149-151.
  3. Balthazar Glaser dit Georges Baltha (Paris 1872-Cergy 1944).
  4. La Vie parisienne du 8 janvier 1938

Sources[modifier | modifier le code]

Frontispice du journal La Lune Rousse édité à Marseille.
  • Léon de Bercy, Montmartre et ses chansons : Poètes et Chansonniers, orné de 5 portraits-charges de Charles Léandre, éd. H. Daragon, Paris, 1902, p. 149-151 (disponible sur Gallica)
  • Georges Chepfer, « Dominique Bonnaud, chansonnier, auteur dramatique, chevalier de la Légion d'honneur », Le Cornet, 27e année, no 7, mai 1933, p. 4 (disponible sur Gallica)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :