La Linea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Linea
Titre original La Linea
Genre Série d'animation
Création Osvaldo Cavandoli
Pays d'origine Drapeau de l'Italie Italie
Chaîne d'origine Rai
Nb. d'épisodes 90
Durée 3 minutes
Diff. originale 1971

La Linea est une série télévisée d'animation italienne créée par le dessinateur Osvaldo Cavandoli et diffusée à partir de 1971 sur la Rai.

En France, la série est diffusée à partir de 1977 sur TF1 dans L'Île aux enfants et, dans les années 1990, sur La Cinquième dans Cellulo. Au Canada, elle a été diffusée sur Radio-Canada et TV Ontario.

Ce personnage a été créé en 1969 dans la série de films publicitaires Carosello pour la maison Lagostina.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série met en scène un personnage au simple tracé linéaire blanc sur fond uni de couleur. Il se déplace sur une ligne horizontale qui n’a de limite que par la volonté du crayon du dessinateur. Celui-ci, dont on ne voit ponctuellement qu’une main tenant un crayon, crée l’univers de ce héros élémentaire anonyme parfois appelé Balou ou Monsieur Linea selon les pays. Quand il se retrouve devant un problème, Balou appelle le dessinateur qui ajoute, au fur et à mesure, les éléments du décor. À la fin de l'épisode, Cavandoli laisse généralement son personnage tomber dans le vide.

Autour du programme[modifier | modifier le code]

Il existe 90 épisodes de La Linea, suivant la numérotation ci-après :

  • la série Lagostina comprend les épisodes 1 à 8, de cinq minutes, réalisés à partir de plans tirés des publicités Carosello ;
  • la série 10 comprend 56 épisodes numérotés de 101 à 156 ;
  • la série 200 comprend 26 épisodes numérotés de 200 à 225.

Le langage particulier de Monsieur Linea est interprété par Carlo Bonomi.

La musique est composée par Franco Godi. Celle qui ouvre et clôt chaque épisode est caractérisée par un Baiubadu fredonné qui lui donne son nom. La ligne de jazz qui accompagne les aventures de Balou est un tre jazz rapido traduisant l'excitation permanente du protagoniste.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ranko Munitié, « Le plus terrible, c’est de s’ennuyer », Interview avec O. Cavandoli, Animafilm, numéro 4, p. 43-48.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]