Aller au contenu

La Lande-de-Goult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Lande-de-Goult
La Lande-de-Goult
L’église Notre-Dame-de-la-Nativité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Fertois et du Bocage Carrougien
Maire
Mandat
Jean-Marc Bisson
2020-2026
Code postal 61320
Code commune 61216
Démographie
Population
municipale
191 hab. (2021 en diminution de 1,04 % par rapport à 2015)
Densité 6,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 06″ nord, 0° 02′ 51″ ouest
Altitude Min. 217 m
Max. 413 m
Superficie 28,57 km2
Type Commune rurale à habitat très dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Alençon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Magny-le-Désert
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Lande-de-Goult
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Lande-de-Goult
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
La Lande-de-Goult
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
La Lande-de-Goult

La Lande-de-Goult est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 191 habitants[Note 1]

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional Normandie-Maine et est entourée par la forêt d'Écouves au sud et le bois de Goult au nord. La Cance y prend sa source à 1,5 km au sud-est du bourg.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Normandie (Cotentin, Orne), caractérisée par une pluviométrie relativement élevée (850 mm/a) et un été frais (15,5 °C) et venté[3]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat contrasté des collines », correspondant au Bocage normand, bien arrosé, voire très arrosé sur les reliefs les plus exposés au flux d’ouest, et frais en raison de l’altitude[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 843 mm, avec 12,9 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Argentan à 18 km à vol d'oiseau[5], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 691,9 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , La Lande-de-Goult est catégorisée commune rurale à habitat très dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle est située hors unité urbaine[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Alençon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[10]. Cette aire, qui regroupe 89 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (70,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (70,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (70,7 %), prairies (26,1 %), zones agricoles hétérogènes (2,8 %), terres arables (0,3 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Goult est attesté sous la forme Gul en 1148[14],[15].

La forme Gul est encore mentionnée de manière sporadique au XVIIIe siècle[14]. Gul est difficilement analysable en l'état des sources et semble suspecte. Aucun nom de famille ne correspond[14]. Peut-être s'agit-il d'une altération précoce de l'ancien français gaut « bois, forêt, bocage, terre inculte où poussent des broussailles », puisque ce mot est attesté sous diverses formes dont gal, jout et joulx[16], même si très au sud de la ligne Joret, on attendrait plutôt *Jou(l)t. Ce terme d'ancien français est issu du vieux bas francique *wald « bois, forêt » cf. allemand Wald « forêt ». La lande de Goult serait une sorte de tautologie, phénomène répandu dans la toponymie.

Le gentilé est Landon[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , le territoire est séparé par l'évêque Girard II avec l'accord de l'abbé de Saint-Pierre-sur-Dives, de Guillaume et Henri archidiacres du diocèse de Séez ce qui met fin aux contestations entre l'abbaye Saint-Martin de Sées et l'abbaye de Lonlay, la partie gauche de la Cance (rivière faisant office de frontière) ira à l'abbaye de Lonlay (Goult parroisse Saint-Pierre, justice dépendant d'Argentan-Falaise), la partie droite à l'abbaye Saint-Martin de Sées (justice dépendant d'Alençon)[17].

En 1198, l'abbaye Saint-Martin de Sées, possédant deux paroisses, « la Lande » se trouve dans l'obligation d'ajouter de Goult (l'autre étant de Lougé).

Le , à la suite de la loi faite par Napoléon de supprimer ou de réunir les communes de moins de 100 habitants, Goult (118 habitants, 99 en 1800)[18] est rattachée à La Lande-de-Goult (401 habitants)[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 En cours Jean-Marc Bisson[20] SE Directeur de Maison familiale rurale
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[22].

En 2021, la commune comptait 191 habitants[Note 3], en diminution de 1,04 % par rapport à 2015 (Orne : −3,37 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
374372368401542535544527597
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
575541507503450444425375354
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
347327276239250228206198186
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
15512112010198130139184191
2021 - - - - - - - -
191--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité de La Lande-de-Goult, base du XIIe siècle, avant 1148.
  • Vestiges romains, dit camp de Goult, classés aux Monuments historiques par arrêté du [24].
  • Église priorale Saint-Pierre, appelée également chapelle Saint-Pierre, à Goult (origines XIIe siècle, rénovée à diverses reprises, la dernière au XXe siècle). Le porche roman est classé monument historique pour ses colonnes et chapiteaux le , la chapelle et ses fresques murales sont inscrites depuis le de même que les façades et les toitures (charpentes sur poteaux bois[réf. nécessaire]) de l'ancien logis prioral du XIIe siècle qui est sur le côté droit de l'église[25]. Les moines de l'abbaye de Lonlay gardent les biens, mais sont renvoyés à Lonlay en 1651. La propriété est privée en 2019.
  • Chapelle Saint-Michel à Goult, origine XIIe siècle, reconstruite au XIXe siècle.
  • Village perché de Goult, dominant la vallée de la Cance.
  • 80 bornes de la forêt d'Écouves, inscrites au titre des monuments historiques le [26]. Celles concernant La Lande-de-Goult sont au carrefour de l'Aumône et au carrefour de la Croix Rouge ou Bois Mallet.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Anne-Lise Stern avait une maison de campagne de La Lande-de-Goult, qui était l'ancienne école et mairie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2021.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Orthodromie entre La Lande-de-Goult et Argentan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Argentan » (commune d'Argentan) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Argentan » (commune d'Argentan) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de La Lande-de-Goult ».
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Alençon », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a b et c Guy Chartier, De l'étymologie de certains noms de communes normandes, vol. 2, Annales de Normandie, ([1]), p. 107.
  15. Archives de l'Orne, Inventaire sommaire, série H 478.
  16. Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881–1902, vol. 4, p. 247 (lire en ligne) [2]
  17. Pilatre T3 ex cartul. sti-MARTINI? Folio 26.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Goult », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  19. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Réélection 2014 : « La Lande-de-Goult (61320) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  24. « Vestiges du camp antique de Goult », notice no PA00110832, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Prieuré de Goult », notice no PA00110833, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « 80 bornes de la forêt d'Écouves », notice no PA00110831, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :