La Légende de Zorro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Légende de Zorro (homonymie).
La Légende de Zorro
Titre original The Legend Of Zorro
Réalisation Martin Campbell
Scénario Alex Kurtzman et Roberto Orci
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure
Durée 129 min
Sortie 2005

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Légende de Zorro (The Legend Of Zorro) est un film américain réalisé par Martin Campbell et sorti en 2005.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Malgré la promesse faite dix ans auparavant à sa femme Elena, Alejandro doit à nouveau enfiler la tenue de Zorro pour combattre un complot des Chevaliers d'Aragon visant à empêcher la Californie d'intégrer les États-Unis.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

La musique originale du film a été composée par James Horner.

  1. Collecting The Ballots
  2. Stolen Votes
  3. The Governor'S… And Then Elena
  4. This Is Who I Am
  5. Classroom Justice
  6. The Cortez Ranch
  7. A Proposal With Pearls/Perilous Times
  8. Joaquin'S Capture And Zorro'S Rescue
  9. Jailbreak/Reunited
  10. A Dinner Of Pigeon/Setting The Explosives
  11. Mad Dash/Zorro Unmasked
  12. Just Done Drop Of Nitro
  13. The Train
  14. Statehood Proclaimed
  15. My Familly Is My Life

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Ce film est la suite du Masque de Zorro sorti en 1998.
  • Le jeu de mot du titre provient du titre Mark of Zorro qui est le nom de la saga depuis le premier film avec Douglas Fairbanks, celui avec Tyrone Power en 1940 du téléfilm avec Frank Langella en 1974.
  • Un clin d'œil au film Indiana Jones et la Dernière Croisade peut être vu lorsque Zorro se retrouve en prison : en effet, l'un des agents, en montrant son masque, lui dit : « Sa place est dans un musée. Et la vôtre aussi ! » #à 1h16min40s#, réplique que l'on retrouve au début du troisième volet de la saga de Steven Spielberg, ici producteur exécutif.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]