La Jungle (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Jungle.
La Jungle
Image illustrative de l'article La Jungle (roman)
Édition américaine originale

Auteur Upton Sinclair
Genre Roman
Version originale
Titre original The Jungle
Éditeur original Doubleday, Jabber & Company
Langue originale anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale
Version française

La Jungle (The Jungle en anglais) est un roman écrit par le journaliste et romancier américain Upton Sinclair (1878–1968), paru d'abord en feuilleton entre le et le dans le journal socialiste Appeal to Reason (L'Appel à la raison), avant d'être publié en volume en 1906[1]. Il a pour personnage principal Jurgis Rudkus, un immigré lituanien qui s'installe avec sa famille à Chicago, au tout début du XXe siècle, dans le quartier des abattoirs et l'industrie de la viande. Tiré à plusieurs millions d'exemplaires, il a été traduit en plus de trente-trois langues.

Qualifié par l'écrivain Jack London de « Case de l'Oncle Tom de l'esclavage salarié » (« The Uncle Tom's Cabin of wage slavery[2] »), le roman dépeint, pour les dénoncer, l'exploitation des immigrés, la misère de la classe ouvrière vouée au désespoir, ainsi que l'absence de toute protection ou politique de soutien social[3], par opposition à la puissance cynique du grand capital, travaillant main dans la main avec une classe politique qu'elle a totalement corrompue.

Lors de la parution du roman, de nombreux lecteurs se sont cependant davantage sentis concernés par l'exposé des conditions d'hygiène déplorables dans l'industrie de la viande, qui s'appuie sur une enquête menée sur le terrain par l'auteur en octobre 1904, pour le compte du journal Appeal to Reason[4]. Le Président des États-Unis Theodore Roosevelt, pourtant hostile à Sinclair en raison de ses positions socialistes, diligente une enquête à Chicago sur les installations de conditionnement de la viande : celle-ci confirme en grande partie la plupart des éléments décrits dans le roman[5], conduisant à l'adoption de la Loi sur l'inspection des viandes (Meat Inspection Act) et de la Loi sur la qualité des aliments et des médicaments de 1906 (Pure Food and Drug Act), qui institue également le Bureau de chimie (rebaptisé en 1930 Food and Drug Administration, « Agence des produits alimentaires et médicamenteux ») du Département de l'Agriculture des États-Unis[6].

Se plaignant de l'incompréhension du public à propos de l'objectif principal de son roman, Upton Sinclair affirme, dans le Cosmopolitan d'octobre 1906 : « J'ai visé le cœur de public et par accident je l'ai touché à l'estomac[7]. »

Le roman[modifier | modifier le code]

Inspection sanitaire dans les abattoirs de Chicago en 1906

Le roman décrit les terribles conditions de vie et de travail de millions d'immigrés polonais, lituaniens, allemands, etc., dans les abattoirs de Chicago, leurs combats, leur misère, leur déchéance, les grèves, l'alcoolisme, la prostitution.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

La description de ces horreurs a poussé le président Theodore Roosevelt à engager une commission d'enquête sur les conditions de travail dans l'industrie de la viande et à faire mener des réformes du droit du travail et de la réglementation en matière de production alimentaire via le Pure Food and Drug Act de 1906. Un laboratoire de chimie fut adjoint au Département de l'Agriculture des États-Unis (USDA) pour contrôler la qualité de la nourriture. En 1930, ce laboratoire deviendra la Food and Drug Administration (FDA).

Éditions en français[modifier | modifier le code]

La traduction française parut chez Juven dès 1905 pour le premier volume (Les Empoisonneurs de Chicago) et 1906 pour le second (La Fin de la jungle) [8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Brinkley, The Unfinished Nation, McGrawHill,‎ (ISBN 978-0-07-338552-5), chap. 17 (« Industrial Supremacy »)
  2. Jack London, On 'The Jungle'', Wilshire’s Magazine, 1906, cité sur (en) « Page de présentation de The Jungle », Bentley publishers (consulté le 11 juin 2015)
  3. (en) Mark W. Van Wienen, « American socialist triptych : the literary-political work of Charlotte Perkins Gilman, Upton Sinclair, and W.E.B. Du Bois. n.p. », Book Review Digest Plus (H.W. Wilson), University of Michigan Press,‎
  4. Jacques Cabau, La Prairie perdue : Histoire du roman américain, Seuil, coll. « Points essais »,‎ , cité en préface de Upton Sinclair, La Jungle, Mémoire du livre,‎ (ISBN 2-913867-48-0), p. 23
  5. (en) Jane Jacobs, « Introduction » à The Jungle, Modern Librairy, (ISBN 0-8129-7623-1)
  6. (en) Theodore Roosevelt, Conditions in Chicago Stockyards : Message from the President on the United States ((59e Congrès, 1re session),‎ (lire en ligne)
  7. « I aimed at the public's heart and by accident I hit it in the stomach. », (en) Upton Sinclair, « What life means to me », Cosmopolitan, vol. 41,‎ , p. 591-595 (lire en ligne)
  8. Dans une édition plus récente, 10/18, le second livre s'intitule L'Affranchi. Une nouvelle traduction a été publiée par les Éditions Mémoire du Livre en 2003 et rééditée en 2008 par les Éditions Gutenberg parallèlement à Pétrole ! (en anglais Oil!)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]