La Guerre du lotus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 8 janvier 2015 à 15:12 et modifiée en dernier par Patangel (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Guerre du lotus (titre original : Lotus War) est une trilogie de romans écris par l'auteur australien Jay Kristoff[1] dont ils constituent les premiers ouvrages parus[1]. Les trois romans ont d'abord été publiés aux États-Unis aux éditions Thomas Dunne Books (en). La Guerre du lotus est considérée comme une série de fantasy et de steampunk japonais. En France, le premier tome, Stormdancer, a été publié le 17 octobre 2014 par la maison d'édition Bragelonne[2].

L'auteur a lui-même créé une vidéo trailer pour ce premier tome.

Trilogie

  1. Stormdancer, Bragelonne, 2014 ((en) Stormdancer, 2012), trad. Emmanuelle Casse-Castric (ISBN 978-2352947905)
  2. Kinslayer, Bragelonne, 2015 ((en) Kinslayer, 2013) (ISBN 978-2352948322)
    À paraître le
  3. (en) Endsinger, 2014

Préquelles

  • (en) The Last Stormdancer, 2013
  • (en) Praying in the Rain, 2013, nouvelle

L'univers des romans

Jay Kristoff s'inspire énormément de la mythologie japonaise dans son ouvrage. En effet, l'histoire de la guerre du lotus se déroule dans une archipel, les îles de Shima. Shima signifie d'ailleurs île en japonais. Dans la mythologie japonaise, ces îles sont le fruit de l'union de deux dieux, Izanagi et Izanami[3]. L'épouse, Izanami, finira par mourir en couche et sera alors prisonnière du monde des morts, aussi appelé Yomi-no-kuni en japonais, où vivent les démons, les Onis, qui apparaissent également dans la trilogie. Jay Kristoff s'inspire beaucoup du japon féodal, il reprend notamment les termes de Shogun et de samouraï, ainsi qu'une organisation de la population en clans. Il use très souvent, au cours de ses livres, de vocabulaire japonais.

La guerre du lotus est une trilogie à la fois de fantasy et de steampunk. Par conséquent, on y retrouve des éléments de magie comme les créatures mythiques (exemple : le griffon, aussi appelé tigre et tonnerre ou arashi tora), mais également des éléments mécaniques tels que des bateaux volants et des catana-tronçonneuse.

À l'époque de la trilogie les îliens cultivent une plante, nommée le lotus rouge, de laquelle on produit à la fois de la drogue et le carburant nécessaire pour faire voler les bateaux-volants, et ainsi poursuivre la guerre avec les pays voisins qui dure depuis plusieurs décennies. Toutefois, cette plante est extrêmement toxique et les fermiers ne peuvent rien cultiver après elle, car ses racines assèchent la terre. Le lotus rouge produit également des vapeurs toxiques qui ont coloré le ciel en rouge et rendent malade les gens. Les plus riches se procurent des masques à gaz, mais les plus pauvres doivent se contenter de masques de tissu et finissent par attraper une sorte de cancer du poumon[4].

Les quatre clans

  • Le clan du tigre (Tora) : Il s'agit du clan le plus important ainsi que celui dont est issu le shogun actuel, Yoritomo. Le clan du tigre est connu pour avoir notamment développé le premier véritable art martial et de l'avoir codifié. L'esprit gardien de ce clan est le tigre, associé à la faim et à la férocité.
  • Le clan du dragon (Ryu) : Les membres du clan du dragon étaient autrefois les maîtres des mers, de grands marins. Aujourd'hui, ce sont essentiellement eux qui pilotent les bateaux-volants et explorent les quatre coins du monde connu. L'esprit gardien de leur clan est le dragon, une bête puissante associée aux forces élémentaires et à la destruction. Les membres de ce clan sont souvent impulsifs et intrépides.
  • Le clan du phénix (Fushicho) : Les membres du clan du phénix sont renommés, depuis la création de l'empire, comme les plus créatifs de tous les clans. Les grands poètes, artistes et artisans des îles de Shima en sont originaires. Leur esprit gardien, le phénix, est étroitement associé à la lumière, la renaissance et la créativité.
  • Le clan du renard (Kitsune) : Le clan du renard est connu pour sa ruse. Ses membres sont souvent considérés comme naïfs et provinciaux par les autres clans, mais ont réussi à survivre à la fois grâce à leurs ruses, leur ténacité et leur chance. Le renard est l'esprit gardien de ce clan, directement inspiré du renard à neuf queues de la mythologie japonaise. Il apporterait une chance extraordinaire aux membres de son clan, d'où le proverbe "le renard prend soin des siens".

Personnages principaux

  • Yukiko : Yukiko est l'héroïne de la trilogie. Elle possède un pouvoir particulier, le Sçavoir, qui lui permet de communiquer par la pensée avec les animaux.
  • Buruu : Buruu est le tigre de tonnerre qu'Yukiko rencontre.
  • Masaru : Père de Yukiko, il était autrefois un grand chasseur, c'est pourquoi le jeune shogun Yoritomo lui ordonne de lui ramener un tigre de tonnerre.
  • Yoritomo : Shogun de Shima, Yoritomo est le personnage maléfique du premier tome, jeune et beau mais cruel.
  • Kin : Jeune guildien, Kin fait partie de l'expédition chargée de trouver le tigre de tonnerre et tombera peu à peu amoureux de Yukiko.
  • La Guilde du lotus : Il s'agit de la guilde qui possède le monopole sur la culture du lotus rouge, et elle est la seule à connaître le processus de production du carburant. Ce sont également eux qui construisent les bateaux-volants et autres machines. Ils portent en permanence une sorte de scaphandre destiné à les protéger des toxines du lotus rouge. Ils ont pour proverbe "le lotus doit fleurir." Ils se sont également donné la mission d'éradiquer tous ceux qui posséderaient des pouvoirs surnaturels, comme Yukiko.

Récompenses

  • Le premier roman, Stormdancer, a fait partie des finalistes des Aurealis Award de 2012[5] et a été sélectionné pour deux David Gemmel Awards en 2013 (celui du meilleur roman et celui du meilleur premier roman)[6]. Il a également été finaliste du Compton Crook Award en 2013[7].
  • La préquelle, The Last Stormdancer, a remporté l'Aurealis Award de 2013 dans la catégorie des meilleures nouvelles de fantasy[8].

Notes et références

Liens externes