La Genevroye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Genevroye
La Genevroye
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Arrondissement de Chaumont
Canton Bologne
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Bologne Vignory et Froncles
Maire
Mandat
Laurent Pellouard
2014-2020
Code postal 52320
Code commune 52214
Démographie
Population
municipale
31 hab. (2016 en augmentation de 14,81 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 46″ nord, 5° 03′ 15″ est
Altitude 336 m
Superficie 2,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
La Genevroye

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
La Genevroye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Genevroye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Genevroye

La Genevroye est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mirbel Mirbel Vignory Rose des vents
Mirbel N Vignory
O    La Genenvroye    E
S
Mirbel Vignory Vignory
Entrée du village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Klinkeberg    
mars 2014 En cours Laurent Pellouard    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative Guerre 14/18.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2].

En 2016, la commune comptait 31 habitants[Note 1], en augmentation de 14,81 % par rapport à 2011 (Haute-Marne : -2,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
433848353837363330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
293031242418191924
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
211918151313171914
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
192322192423272728
2016 - - - - - - - -
31--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La place.
La façade de l'église.

Petit par la taille, ce village, souvent considéré (faussement) comme un hameau dispose néanmoins d'un lieu paisible communément appelé Le Lavoir. Un lavoir est ainsi présent au bord d'un étang, et à proximité, une chapelle de toute beauté pourra attirer les visiteurs à la recherche d'un paisible coin de verdure.

De nombreux puits sont également visibles à proximité du village, stigmates des anciennes habitations du village.

Enfin, une légende prétend qu'il y a une dizaine d'années, perdue dans les bois à proximité du Lavoir, il était possible de trouver la carcasse de la DS du général de Gaulle criblée de balles. Celle-ci aurait terminée sa course dans ce lieu à la suite d'un attentat commandité contre l'ancien président, sur la route de Colombey-les-Deux-Églises. L'histoire ne retient pas ces faits. Par contre, il existe effectivement une vieille carcasse de Simca Aronde 1956 perdue dans ce secteur.

Ce village est vraiment un petit havre de paix. Vous pouvez profiter du départ d'une belle balade à pied dans le bois de l'Étoile, ou vous ne manquerez surement pas de croiser cerfs et sangliers, le gibier abondant dans ce secteur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Émile Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne. Dictionnaire géographique, statistique, historique et biographique de ce département, Chaumont, 1858. Réédité. Disponible en ligne :La Haute-Marne ancienne et moderne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]