La Fuite en Égypte (Elsheimer)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Fuite en Égypte
Image dans Infobox.
Artiste
Date
Type
Technique
Dimensions (H × L)
31 × 41 cm
Mouvements
Collection
Collection de peintures de l'État de Bavière (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
No d’inventaire
216Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

La Fuite en Égypte est une peinture de cabinet d'Adam Elsheimer réalisée en 1609 alors que l'artiste résidait à Rome.

Description[modifier | modifier le code]

Le tableau de petit format représente la fuite de la Sainte Famille poursuivie par Hérode, le long d'un cours d'eau sur lequel se reflète la lune. Devant une lisière de forêt sombre, sur le côté derrière l'âne, Joseph tient un bâton résineux allumé dans la main. Dans le ciel, on voit la lune et la Voie lactée dont la Grande Ourse sur la gauche.

Le constellation du lion est visible au-dessus de la Sainte Famille avec Régulus son étoile la plus brillante, au centre du tableau.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Ce tableau d'Elsheimer est la première représentation d'un ciel nocturne dans l'art de la Renaissance[1]. En novembre et décembre 1609 à Venise, Galilée en utilisant un télescope qui venait d'être inventé a révélé le relief accidenté de la lune et la réalité de la Voie lactée, composée d'étoiles. Il s'agit donc de la première représentation fondée de la Voie lactée et de la surface de la Lune. Il a été suggéré qu'Elsheimer a retouché le tableau en 1610, après la publication du Sidereus nuncius de Galilée[2]. Cette hypothèse a cependant été contestée par l'historien de l'art Keith Andrews[1].

Elsheimer est mort un an après avoir complété ce tableau, son dernier. Il était accroché dans sa chambre à coucher[3].

Influence[modifier | modifier le code]

Hendrick Goudt, La Fuite en Égypte (1613), gravure, Institut Courtauld

L'importance de la peinture d'Elsheimer peut être jaugée par une lettre du de Rubens au docteur, botaniste et collectionneur Johann Faber dans laquelle il discute le prix extraordinaire de 300 scudi demandée par la veuve. La peinture a probablement échu à Hendrick Goudt, qui l'a emportée à Utrecht[2].

Les œuvres d'Elsheimer, dont La Fuite en Égypte, ont inspiré des peintres presque contemporains comme Le Lorrain et Pierre Paul Rubens[4]. La version de Rembrandt (1627) a pu être inspirée par celle d'Elsheimer. Rembrandt a pu découvrir les travaux d'Elsheimer par les gravures réalisées par son ami Hendrick Goudt. L'influence des gravures de Goudt sur les travaux d'autres graveurs a été immédiate, en particulier pour Jan van de Velde l'Ancien[5].

Elsheimer a également inspiré d'autres artistes comme le peintre romantique allemand Caspar David Friedrich. Le tableau Soir sur la mer baltique (1831)[6] rappelle La Fuite en Égypte[7].

Joachim von Sandrart qualifie en 1675 ce petit tableau de chef-d'œuvre « tel qu'il n'a jamais été fait et une œuvre qui est dans toutes ses parties et une en particulier tout à fait incomparable ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Deborah Howard, « Elsheimer's Flight into Egypt and the Night Sky in the Renaissance », Zeitschrift für Kunstgeschichte, vol. 55, no 2,‎ , p. 212-224 (DOI 10.2307/1482611, lire en ligne)
  2. a et b (en) Anna Ottani Cavina, « On the Theme of Landscape - II: Elsheimer and Galileo », The Burlington Magazine, vol. 118, no 876,‎ , p. 139-145 (lire en ligne)
  3. (en) Keith Andrews, Adam Elsheimer: Paintings, Drawings, Prints, Phaidon, (ISBN 9780714815756, lire en ligne)
  4. (en) Anne Hollander (1989). Moving pictures. Alfred A. Knopf; page 106. (ISBN 0-394-57400-1)
  5. (en) Joaneath A. Spicer, « The Role of Printmaking in Utrecht during the First Half of the Seventeenth Century », The Journal of the Walters Art Gallery, vol. 57,‎ , p. 105-132 (lire en ligne)
  6. Caspar David Friedrich, « Caspar David Friedrich - Abend am Ostseestrand.jpg », Wikimedia Commons,
  7. (en) Siegel, Linda (1978). Caspar David Friedrich and the age of German Romanticism. Branden Books; page 7. (ISBN 0-8283-1659-7)