Aller au contenu

La Forêt-de-Tessé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Foret-de-Tesse)

La Forêt-de-Tessé
La Forêt-de-Tessé
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes Val de Charente
Maire
Mandat
Gérard Le Henanff
2020-2026
Code postal 16240
Code commune 16142
Démographie
Gentilé Tesséens
Population
municipale
208 hab. (2021 en augmentation de 7,22 % par rapport à 2015)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 52″ nord, 0° 05′ 06″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 158 m
Superficie 10,70 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Ruffec
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Charente-Nord
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Forêt-de-Tessé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Forêt-de-Tessé
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
La Forêt-de-Tessé
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
La Forêt-de-Tessé

La Forêt-de-Tessé est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Tesséens et les Tesséennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de La Forêt-de-Tessé située à l'extrême nord du département de la Charente, est limitrophe de celui des Deux-Sèvres. Elle appartient au canton de Villefagnan.

Elle est située à 6 km au sud de Sauzé-Vaussais, 8 km au nord de Villefagnan, 11 km au nord-ouest de Ruffec, 12 km à l'est de Chef-Boutonne, 24 km de Melle, 48 km d'Angoulême sa préfecture, 50 km de Niort, 59 km de Poitiers[2].

La commune se trouve à l'écart des voies de communication importantes. La D 179, la D 303, la D 304 ainsi que de nombreuses routes communales relient le bourg aux hameaux et communes voisines[3].

La gare la plus proche est celle de Ruffec, desservie par des TER et TGV à destination d'Angoulême, Poitiers, Paris et Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le centre le plus important est le gros hameau de Tessé, situé à 1,5 km au sud du bourg.

Parmi les principaux hameaux, on peut citer : Grosbout, dans le nord de la commune ; l'Houmelée, à la limite du département des Deux-Sèvres ; Éparon, à l'est et à proximité de la route de Montjean ; Chez-Bertrand, au nord du bourg ; la Grange, sur la route de Villiers-le-Roux ; la Boufferie, au nord de Tessé, etc.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Forêt-de-Tessé
Lorigné
(Deux-Sèvres)
Pioussay
(Deux-Sèvres)
La Forêt-de-Tessé Montjean
Theil-Rabier La Magdeleine

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Plus particulièrement, le Bathonien et le Callovien occupent la surface communale. On trouve des altérites sous forme d'argile rouge à silex sur une grande moitié nord-est[4],[5],[6].

La commune appartient à la partie la plus accidentée du canton, et l'on y rencontre des collines élevées. Son point culminant est à une altitude de 158 m, situé à l'extrémité sud-ouest. Le point le plus bas est à 121 m, situé sur la limite orientale au pied de la Jaroussière. Le bourg est à 135 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de la Forêt-de-Tessé.

La commune est située dans le bassin versant de la Charente au sein du Bassin Adour-Garonne[7]. Aucun cours d'eau permanent n'est répertorié sur la commune. la combe qui la traverse se dirige vers le sud-est vers la Péruse, affluent de la Charente à Condac[8],[Carte 1].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain, légèrement dégradé au nord du département aux abords du seuil du Poitou.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Forêt-de-Tessé est une commune rurale[Note 1],[9]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Ruffec, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 30 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (83,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (67,6 %), zones agricoles hétérogènes (16,8 %), forêts (13,3 %), zones urbanisées (2,4 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de La Forêt-de-Tessé est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse) et séisme (sismicité modérée)[15]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[16].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de La Forêt-de-Tessé.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 78,2 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 171 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 160 sont en aléa moyen ou fort, soit 94 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[17],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[18].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982 et 1999. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Des formes anciennes sont Teyssaco, Tayssé-la-Forêt vers le XVe siècle[19].

L'origine du nom de Tessé remonterait à un personnage gallo-romain Tessius ou Tattius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait au « domaine de Tessius »[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Forêt-de-Tessé était le siège d'une seigneurie qui, dans les dernières années du XVIe siècle, était la propriété de Louis de Versac, écuyer. Ce dernier était alors en procès avec son voisin, Antoine Corgnol, seigneur de Tessé.

On voit encore à Tessé les restes d'un ancien logis, qui, depuis le milieu du XVe siècle jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, demeura la propriété de la famille Corgnol. Cette famille était une des plus anciennes et des plus importantes de la région, et ne s'est éteinte que vers le milieu du XIXe siècle.

En 1634, Louis Corgnol, vendit Tessé à son cousin, Charles Corgnol, seigneur de Beauregard, à Ébréon, et par cette vente, fit passer la seigneurie aux mains de la branche cadette de la famille[21].

Administration[modifier | modifier le code]

Créée La Forêt en 1793 elle est devenue Laforêt-de-Tesse en 1801 puis La Forêt-de-Tessé.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 ? Gérard Thomas    
depuis 2001 En cours Mme Dominique Ravaud SE Sans profession

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[23].

En 2021, la commune comptait 208 habitants[Note 3], en augmentation de 7,22 % par rapport à 2015 (Charente : −0,78 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
772716819911904904860853808
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
713705639646663629624584554
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
553517458438421405396395339
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
284249222212195199201211194
2020 2021 - - - - - - -
205208-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 17,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 48,3 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 89 hommes pour 105 femmes, soit un taux de 54,12 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,59 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,9 
18,1 
75-89 ans
19,8 
30,9 
60-74 ans
27,0 
17,0 
45-59 ans
25,2 
14,9 
30-44 ans
10,8 
8,5 
15-29 ans
6,3 
10,6 
0-14 ans
9,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2020 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,6 
75-89 ans
11,8 
20,3 
60-74 ans
20,9 
20,9 
45-59 ans
20,5 
16,8 
30-44 ans
16,1 
15,6 
15-29 ans
13,6 
16,4 
0-14 ans
14,5 

Remarques[modifier | modifier le code]

La Forêt-de-Tessé qui a compté jusqu'à 911 habitants a vu sa population constamment diminuer durant un siècle de 1850 à 1950, puis se stabiliser aux alentours de 200 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture céréalière,
  • Entrepreneur de travaux agricoles,
  • Silo de collecte de céréales,
  • Gîte rural.
  • Tourisme.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

  • Club cyclotouriste[28].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le logis médiéval de Tessé est un monument historique inscrit depuis le [29]. Il s'agit d'un donjon des XIe siècle, ou XIIe siècle étendu au XVe siècle puis modifié à nouveau en 1822 et 1826[30]. Le logis est l'objet d'une restauration, menée par l'association Arsimed au travers de chantiers de volontaires[31].
  • Puits avec margelle à Éparon.
  • Four à pain à Grosbout.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de la Forêt-de-Tessé » sur Géoportail (consulté le 21 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le ).
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a et b Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre, (consulté le ).
  7. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le ).
  8. « Fiche communale de la Forêt-de-Tessé », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le ).
  9. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. a et b « Les risques près de chez moi - commune de La Forêt-de-Tessé », sur Géorisques (consulté le ).
  16. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  17. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  18. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de La Forêt-de-Tessé », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  19. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 202
  20. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 297,673.
  21. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 181-182
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de la Forêt-de-Tessé (16142) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  28. Facebook, « La Forêt-de-Tessé Cycling club », (consulté le ).
  29. « Logis de Tessé », notice no PA00132804, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. Étude menée par Thiaudière en août 1994
  31. ARSIMED, « Animation et Restauration de SItes MÉDiévaux », (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]