La Flamme (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Flamme

Type de série Série télévisée
Genre Comédie, Parodie, Humour absurde
Création Jonathan Cohen
Jérémie Galan
Florent Bernard
Production Benjamin Bellecour
Ben Stiller
Jonathan Cohen
Nicky Weinstock
Stéphane Drouet
Les Films entre 2 et 4
Makingprod
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Canal+
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 9
Durée 26 - 30 minutes
Diff. originale – en cours
Site web La Flamme

La Flamme est une série télévisée humoristique française créée par Jonathan Cohen, Jérémie Galan et Florent Bernard. Elle est diffusée en France sur Canal+ à partir du [1].

Il s'agit d'un remake de la série américaine Burning Love (en) qui parodie les émissions de téléréalité de rencontre comme Bachelor, le gentleman célibataire.

Synopsis[modifier | modifier le code]

« La vie lui a tout donné... sauf une co-pilote. Pendant 9 semaines dans une sublime villa, 13 femmes vont s’affronter pour séduire Marc, pilote de ligne, et tenter d’allumer en lui... La Flamme. Alors, armez les toboggans, vérifiez la porte opposée... Marc va emmener ses prétendantes au septième ciel ! ».

Distribution[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Les 13 prétendantes[modifier | modifier le code]

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Saison 1 (2020)[modifier | modifier le code]

  1. Épisode 1
  2. Épisode 2
  3. Épisode 3
  4. Épisode 4
  5. Épisode 5
  6. Épisode 6

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Jonathan Cohen a découvert la série américaine Burning Love (en) et a été séduit par l'idée de l'adapter en France : « Quand j’ai vu le format américain, avec ces acteurs de comédie américaine que j’adorais, je trouvais ce terrain de jeu génialissime. Je me suis dit que ce serait formidable d’avoir ça chez nous. Depuis mes 20 ans, je regarde ce genre de comédies. Mon rêve, c’est d’en faire une avec ce qui nous constitue en tant que français[1]. » Il contacte Red Hour Films, la société de production de Ben Stiller, sans trop y croire. Contre toute attente, le projet est validé.

Jonathan Cohen collabore à nouveau avec Jérémie Galan — après la série Serge le Mytho — et Florent Bernard (ancien membre de Golden Moustache). Contrairement à la série télévisée Unreal, la volonté des créateurs n'est pas de critiquer la téléréalité, comme l'explique Jonathan Cohen « Ce qu’on a voulu montrer, ce sont les situations de comédie à l’intérieur. On ne juge pas la téléréalité. Qui sommes-nous pour juger ? J’en ai vu plein des téléréalités et j’aime ça[1] ».

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a en majorité lieu à Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine, où une maison a été totalement réaménagée pour servir de décor à la villa de la série[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données Allociné.

Critiques[modifier | modifier le code]

Dans la critique de Télé Câble Sat, on peut notamment lire « délirante, hilarante et même parfois burlesque (...) cette première saison est une vraie réussite ». Dans Télérama « Cette parodie absurde excelle quand elle assume crânement toutes ses blagues, même de plus mauvais goût (un personnage transgenre balourd). Elle aurait gagné à être un peu plus courte, mais on ne rit pas souvent aussi fort devant une série française ». Pour Télé 7 Jours « Jonathan Cohen signe une série parodique bourrée d’humour mariole, d’un second degré gentiment féroce et d’un délicieux mauvais goût assumé. C’est souvent bidonnant, génialement barré parfois et le casting féminin est à tomber ». Dans L'Humanité, on peut notamment lire « Jonathan Cohen s’en donne à cœur joie dans l’écriture et l’interprétation de ce pastiche du Bachelor qui frise parfois le vulgaire, dans le seul but de forcer le trait[3]. »

Dans Le Parisien, on peut lire une critique plutôt négative : « C'est plus en termes de narration que la bât blesse. Difficile de ne pas y voir une suite de sketches plutôt qu'une série à part-entière où l'on s'attache aux personnages. » Dans Les Inrockuptibles, on peut lire « Loin d’entreprendre un grand détournement du format qu’elle entend parodier, La Flamme en respecte les codes à la lettre, depuis sa structure répétitive alternant le in et le off à son esthétique outrageusement kitsch et vulgaire[3]. »

Diffusion et audiences[modifier | modifier le code]

La série est présentée en avant-première au festival Canneséries le , quelques jours avant sa diffusion sur Canal+[4]. 615 000 spectateurs regardent le premier épisode en clair sur Canal+[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]