La Fille des monts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Fille des monts
Description de l'image Heart o' The Hills 01.png.

Titre original The Heart o'the Hills
Réalisation Sidney Franklin
Scénario Bernard McConville
Acteurs principaux
Sociétés de production The Mary Pickford Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 87 minutes
Sortie 1919

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Fille des monts (titre original : The Heart o'the Hills) est un film muet américain réalisé par Sidney Franklin, sorti en 1919.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mavis Hawn, une adolescente sauvage de 13 ans, pratique le tir dans les collines du Kentucky avec son copain Jason Honeycutt, pour venger la mort de son père, abattu par un inconnu. Lorsque des financiers de la ville, aidés par le beau-père de Jason, essayent de voler les terres, riches en charbon, de la mère de Mavis et de ses voisins, Mavis rejoint les Cavaliers de la Nuit pour les repousser. Honeycutt accuse Mavis de meurtre, mais son procès est annulé lorsque le jury et certains des spectateurs s'accusent eux-mêmes du meurtre.
Honeycutt épouse Martha, la mère de Mavis, et Mavis et Jason quittent les collines pour recevoir une éducation. Mavis part chez un magnat du charbon, dont le fils essaye de la courtiser, tandis que Jason part à la ville où il a une chance d'épouser une fille cultivée.
Six ans plus tard, ils retournent chez eux et entendent Martha accuser Honeycutt d'avoir tué le père de Mavis. Honeycutt s'en prend alors à Martha, et celle-ci est sauvée les tirs de Mavis et Jason. Ceux-ci, qui se sont retrouvés, décident alors de se marier.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

« En plus de son histoire très riche qui ne laisse aucun temps mort, La Fille des Monts nous donne une vision très réaliste de la vie rurale dans les montagnes isolées. Certaines scènes montrent même la vie de la communauté, comme l’amusante scène de la danse. Mary Pickford y est parfaite, toujours pleine de vie, le scénario a été manié et remanié pour la mettre en valeur. »

— « L'Œil sur l'Écran », 10 octobre 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]