La Famille Bélier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Famille Bélier
Description de cette image, également commentée ci-après

Louane Emera et le réalisateur Éric Lartigau à une avant-première du film.

Réalisation Éric Lartigau
Scénario Victoria Bedos
Stanislas Carré de Malberg
Acteurs principaux
Sociétés de production Jerico
Mars Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Durée 105 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Famille Bélier est un film français réalisé par Éric Lartigau, sorti en 2014.

Le film reçoit notamment le César du meilleur espoir féminin pour Louane Emera lors de la 40e cérémonie des César.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Rodolphe Bélier et son épouse Gigi, tous deux sourds, sont fermiers près de Lassay-les-Châteaux en Mayenne. Leur fils cadet est également sourd, mais leur fille aînée Paula est entendante. L'adolescente de seize ans est une interprète indispensable pour toute sa famille, qu'elle aide dans le travail et dans la vie de tous les jours, quand il s'agit de répondre au téléphone, de traiter avec le banquier ou de traduire une consultation chez le médecin. Un jour, le professeur de musique de Paula découvre sa belle voix et la pousse à participer à un concours de la Maîtrise de Radio France : les parents de Paula, à qui la musique est étrangère, sont déconcertés et inquiets de cette initiative. Paula est confrontée en même temps à l'incompréhension de ses parents, à ses doutes sur sa vocation musicale, sur ses devoirs vis-à-vis de sa famille, et à l'incertitude d'une liaison avec un garçon de son âge. Dans le même temps, Rodolphe Bélier, mécontent de la politique du maire du village, se met en tête de se présenter aux élections malgré son handicap.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

L'idée d'une entendante dans une famille de sourds part d'une situation vécue par l'assistante de Guy Bedos, Véronique Poulain, qui en a fait un livre autobiographique, Les Mots qu’on ne me dit pas[2]. Victoria Bedos, la fille de Guy Bedos, a ensuite co-écrit le scénario avec Stanislas Carré de Malberg.

Le rapprochement entre la surdité et la musique est un thème exploité dans le film allemand de Caroline Link, Au-delà du silence (1996, nomination aux Oscars pour le meilleur film étranger en 1998 - Sylvie Testud a été récompensée en tant que meilleure actrice aux Prix du Film allemand pour son rôle) où, tout comme dans La famille Bélier, la fille de la famille s'oriente vers le monde de la musique, au grand dam de son père qui y voit une trahison, ou encore celui de Khamoshi : The Musical, un film indien de Bollywood réalisé par Sanjay Leela Bhansali, sorti en 1996[réf. nécessaire].

Auditions[modifier | modifier le code]

La production choisit Karin Viard et François Damiens pour interpréter les parents sourds, Luca Gelberg pour jouer le fils sourd et Bruno Gomila pour jouer Rossigneux, ces deux derniers étant sourds dans la vraie vie[3].

En regardant l'émission télévisée The Voice, la plus belle voix en 2013, Éric Lartigau découvre Louane Emera, à qui il propose le rôle de Paula, la seule entendante dans la famille Bélier. Louane Emera raconte à ce sujet : « Je ne m’étais jamais imaginée comédienne. Je viens de la musique, je suis chanteuse avant tout, et je n’avais jamais vraiment pensé à l’éventualité de jouer la comédie »[3].

Pour parfaire la communication en langue des signes française, les actrices Karin Viard et Louane Emera l'apprennent au côté d'un enseignant sourd, tandis que François Damiens a appris la langue des signes française en Belgique[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Éric Lartigau et l'équipe de la production Jerico filment en fin à Domfront dans l'Orne, et au Housseau-Brétignolles en Mayenne avec cent cinquante figurants originaires de l'Orne, de la Manche et de la Mayenne[4]. Il a été également tourné dans le Val d'Oise au collège de Marines.

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du film comprend plusieurs chansons de Michel Sardou[5] :

  1. Thème Famille Bélier
  2. La Maladie d'amour (chorale)
  3. Je vole (Louane Emera)
  4. Une Pépite dans le gosier
  5. Paris
  6. Je vais t'aimer (Louane Emera)
  7. La Java de Broadway (chorale)
  8. Romance
  9. Paula
  10. En chantant (Louane Emera)
  11. France 3 à la ferme
  12. Une tradition juive
  13. Les Adieux
  14. En chantant (chorale)
  15. That’s Not My Name (The Ting Tings)
  16. Je vais t'aimer (Eric Elmosnino)

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie nationale[modifier | modifier le code]

En raison du tournage dans la région de Domfront, le film est présenté en avant-première, le , au casino de Bagnoles-de-l'Orne[6],[7], ainsi que sa sélection au Festival international du film d'Arras, le , dans la catégorie « Avant-premières » en présence de l'équipe du film[8]. La Famille Bélier sort le dans toute la France.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Pour Télérama, le film n'est pas une comédie lourde ni un mélo sur le handicap, mais est « tendrement loufoque, indifférent au bon goût, mais jamais vulgaire ni méprisant. »[9]. Louane Emera, considérée par France-Soir comme la « nouvelle révélation du cinéma français », remporte en 2015 le César du meilleur espoir féminin[10].

Polémique dans la communauté sourde[modifier | modifier le code]

Le , la journaliste sourde anglaise Rebecca Atkinson, dans un article du journal The Guardian, le considère comme « une nouvelle insulte cinématographique à la communauté sourde »[11] étant donné que « la fascination des personnes entendantes pour la musique et la surdité ne trouve pas d'écho chez un sourd. Peut-être si vous avez perdu l'audition, mais si vous êtes nés sourds (…), ce n'est pas quelque chose qui vous fait perdre le sommeil » et que les acteurs, dans le film, « ne sont pas réellement des sourds ». Elle l'accuse également de ne « pas trouver d'acteurs sourds ? Prenez des entendants qui agitent leurs mains. C'est un manque de respect pour les personnes sourdes. (…) C'est embarrassant et grossier pour la culture sourde et de la langue des signes »[12],[13].

Quant à la journaliste sourde Marylène Charrière sur Websourd, elle avoue que « c'est bien de montrer au grand public ce que signifie être sourd et d'utiliser la langue des signes française. La plupart des gens sont ignorants, pensent que ce n'est pas une vraie langue » et, en revanche, la traductrice Julia Pelhate de la même société ajoute : « Ce qui est gênant, c'est que la langue des signes française ne soit pas respectée. Il y a beaucoup de maladresses. Lors de l'avant-première à Toulouse, le 31 octobre 2014, le public sourd a dû lire les sous-titres, car il ne comprenait pas la langue signée à l'écran »[14].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film est sorti dans 94 salles, et réalise 21 679 entrées le jour de sa sortie nationale, et près de 700 000 en cinq jours selon le distributeur[2].

En fin d'exploitation, le film cumule 7 450 944 entrées dans le Box-office France 2014 et occupe la deuxième place de ce classement derrière Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? (12 353 181 entrées).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Destouches, « "Le succès de La Famille Bélier est étonnant et impudique d'une certaine manière" selon Victoria Bedos », Allociné,‎ (lire en ligne)
  2. a et b «La Famille Bélier» défonce moyen, sur Liberation.fr
  3. a, b et c Anonyme, « Dossier de presse "La Famille Bélier" », sur Mars Films,‎ (consulté le 2 novembre 2014).
  4. Valentin Biret, « DOMFRONT - Ils avaient deux à trois minutes pour crever l’écran », sur Le Publicateur libre,‎ (consulté le 1er novembre 2014).
  5. « la Bande Originale du nouveau film d'Éric Lartigau » (consulté le 19 janvier 2015)
  6. Anonyme, « Ciné à Bagnoles. Louane Emera à l'avant-première de "La Famille Bélier" », sur Ouest-France,‎ (consulté le 1er novembre 2014).
  7. Anonyme, « La famille Bélier en avant-première au casino », sur Ouest-France,‎ (consulté le 1er novembre 2014).
  8. a et b Anonyme, « "La famille Bélier" », sur Festival international du film d'Arras,‎ (consulté le 1er novembre 2014).
  9. http://www.telerama.fr/cinema/films/la-famille-belier,493732,critique.php
  10. http://www.francesoir.fr/culture-cinema/la-famille-belier-louane-emera-de-voice-aux-cesar-diaporama
  11. (en) Rebecca Atkinson, « « La Famille Bélier » is yet another cinematic insult to the deaf community », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  12. « La famille Bélier » ? Une "insulte", un film "irrespectueux" pour une journaliste anglaise, sur Première,‎ (consulté le 18 janvier 2015)
  13. Laetitia Reboulleau, « Une journaliste anglaise sourde s'en prend à « La famille Bélier » », sur Metronews,‎ (consulté le 18 janvier 2015)
  14. Alexandre Guérin, « La famille Bélier » fait polémique chez les sourds, sur La Dépêche,‎ (consulté le 18 janvier 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]