La Didone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Didone
Didon
Genre Opéra
Nbre d'actes trois + prologue
Musique Francesco Cavalli
Livret Giovanni Francesco Busenello
Langue
originale
Italien

La Didone est un opéra de Francesco Cavalli en un prologue et trois actes, sur un livret de Giovanni Francesco Busenello inspiré de l’Énéide de Virgile. Il fut créé à Venise en [1].

Argument[modifier | modifier le code]

Prologue
La déesse Iris annonce la chute de Troie.

Acte I
À Troie

Le troyen Énée est prêt à partir au combat, mais Vénus lui annonce la chute prochaine de la ville et lui demande de fuir avec sa famille. Créuse, la femme d’Énée est tuée au moment du départ. Cassandre et Hécube pleurent la ruine de Troie.

Acte II
À Carthage

Le roi Iarbas aime Didon sans retour. Énée, sauvé d’un naufrage par Neptune, arrive à Carthage. Didon et Enée tombent réciproquement amoureux ce qui conduit Iarbas à la folie.

Acte III
Jupiter envoie Mercure rappeler à Énée que son destin est de fonder Rome et qu’il doit quitter Carthage. Au moment des adieux, Didon, désespérée, s’évanouit. Iarbas qui a retrouvé la raison grâce à Mercure empêche Didon de se suicider et celle-ci accepte de l’épouser.

Commentaire[modifier | modifier le code]

L’opéra fut créé en mars 1641 au Teatro San Cassiano de Venise, et fut reprise à Naples en 1650[1]. Une copie manuscrite de la partition est conservée à la Biblioteca Marciana de Venise, dans le fonds Contarini.

Le livret de Busenello diffère sensiblement de Virgile : alors que dans l’Enéide Didon se suicide, l’opéra finit par son mariage. C’est le troisième opéra de Cavalli, après Le Nozze di Teti e di Peleo et Gli Amori d’Apollo e di Dafne. Bien que particulièrement tragique[2], l’œuvre contient quelques passages comiques ou licencieux, dans un mélange des genres typique de l’opéra vénitien. L’opéra ne comporte que treize airs, parmi lesquels est particulièrement notable le lamento d’Hécube à la scène 7 de l’acte I[2].

Discographie et vidéographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Olivier Lexa 2014, p. 72-74.
  2. a et b Piotr Kamiński, Mille et un opéras, Fayard, (ISBN 9782213600178, OCLC 217735413), p. 228