La Dernière Séance (émission de télévision)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Dernière Séance
« Le Palace » de Beaumont-sur-Oise qui apparaît dans le générique de l'émission.
« Le Palace » de Beaumont-sur-Oise qui apparaît dans le générique de l'émission.

Genre Émission de cinéma
Réalisation Gérard Jourd'hui
Présentation Eddy Mitchell
Pays France
Nombre d’émissions 192
Production
Lieu de tournage « Le Trianon » de Romainville, « Le Palace » de Beaumont-sur-Oise et le cinéma « Le Voltaire » de La Garenne-Colombes
Production Gérard Jourd'hui
Diffusion
Diffusion France 3
Action (rediffusion)
Ancienne diffusion France Régions 3
Date de première diffusion
Date de dernière diffusion

La Dernière Séance est une émission de télévision française essentiellement consacrée aux classiques du cinéma américain et présentée par le chanteur et acteur Eddy Mitchell. La première diffusion a lieu le sur FR3 (qui deviendra par la suite France 3). La chaîne décide de retirer le programme de sa grille après une dernière émission le .

Coproduite et réalisée par Gérard Jourd'hui, Patrick Brion assurant la partie éditoriale, elle tire son nom de la chanson La Dernière Séance (1978) d'Eddy Mitchell[1], mais aussi du film La Dernière Séance de Peter Bogdanovich[2].

L'émission est rediffusée une fois par mois, depuis , sur la chaîne Action. Elle est diffusée dans les conditions de l'époque (actualités, publicités) mais les films sont remastérisés en haute définition.

Principe[modifier | modifier le code]

À l'été 1979[3],[4], Eddy Mitchell constate que les films américains de la période qu'il apprécie sont peu ou pas diffusés à la télévision ou en salles[5], et déplore la disparition des séances de minuit dans les cinémas[3]. Par l'entremise de son ami Alain Van Gennep[3], directeur des cinémas UGC du 8e arrondissement de Paris et amateur des mêmes films[5], il obtient du président d'UGC l'autorisation d'organiser à l'Ermitage une séance de minuit, après les séances normales. La première séance, qu'il destine d'abord à ses amis, avant de l'ouvrir au public[5], a lieu le [6],[4], et Coluche l'aide à en faire la promotion[4],[3]. Les films programmés lors de cette séance sont Scaramouche et La Blonde et moi[5]. Devant le succès rencontré, l'expérience est renouvelée et finit par arriver aux oreilles de Serge Moati, alors directeur général de FR3, qui propose à Eddy Mitchell de transposer le principe à la télévision[5],[3].

L'émission se présente dans un décor d'un « cinéma de quartier »[1], des figurants accompagnant le présentateur habillé en tenue de l'époque décontractée.

Les films programmés « s'inscrivent dans l'âge d'or des grands studios américains »[7] des années 1930 aux années 1960, tous genres confondus. Serge Moati voulait initialement respecter le quota de films français, mais Eddy Mitchell a refusé[8].

Chaque émission présente un dessin animé puis un premier film, doublé en français, introduit en général depuis le guichet du cinéma par Eddy Mitchell, des actualités cinématographiques d'époque, un second dessin animé, des réclames, puis un film en version originale sous-titrée et enfin les bandes-annonces des films de l'émission suivante.

Les soirées sont parfois thématiques, autour d'un réalisateur, d'un acteur, ou d'un genre cinématographique.

Lieux[modifier | modifier le code]

Dans le générique de l'émission apparaît la façade du Palace de Beaumont-sur-Oise.

Néanmoins, la plupart des émissions sont tournées au Trianon de Romainville[9]. Ce cinéma a été choisi car il est représentatif des années 1950, ayant été reconstruit à cette époque dans le style « paquebot » et presque inchangé depuis (il est d'ailleurs est inscrit aux monuments historiques en 1997[10]), mais aussi car il était fréquenté par Eddy Mitchell dans sa jeunesse[11].

D'autres émissions (dont une spéciale Noël de 1985) sont également tournées au Palace de Beaumont-sur-Oise[12] ainsi qu'au cinéma Le Voltaire de La Garenne-Colombes lequel, bien que classé, est détruit en 2003[13].

Présentateurs[modifier | modifier le code]

L'émission est présentée par Eddy Mitchell, mais il laisse sa place à d'autres présentateurs pour quelques émissions[14] :

La « séance en relief »[modifier | modifier le code]

Les lunettes dites « 3D Vidéo » fournies par le magazine de télévision partenaire de l'opération

La Dernière Séance du marque la mémoire de nombreux téléspectateurs. Pour la diffusion du film L'Étrange Créature du lac noir dans le cadre d'une émission spéciale nommée « séance en relief », les téléspectateurs peuvent se procurer des lunettes équipées de filtres bleu et rouge à même de restituer l'effet tridimensionnel (procédé anaglyphe) en achetant un magazine de télévision partenaire de l'opération. Dans son Dictionnaire du cinéma, Jacques Lourcelles précise à propos de cette expérience de relief à la télévision française : « Insuffisamment expliquée, mais parfaitement réussie sur le plan technique, elle déçut le public et n'a pas été renouvelée depuis lors »[17].

L'autre particularité de cette émission est d'être diffusée à la télévision française et à la télévision belge (RTBF). Eddy Mitchell la présente depuis le cinéma Royal Palace de Bruxelles, accompagné de Patrick Brion et Bertrand Tavernier[18]. Ils expliquent leur présence à Bruxelles : « On venait très souvent à Bruxelles car c'était le paradis pour nous »[19].

Programmation[modifier | modifier le code]

La Dernière Séance est diffusée sur FR3 le mardi soir de à (sauf pour deux émissions diffusées le vendredi et le lundi ), puis le jeudi soir de à , et enfin le lundi soir de à [20],[21].

  • 1982 : 15 émissions
  • 1983 : 18 émissions
  • 1984 : 15 émissions
  • 1985 : 14 émissions
  • 1986 : 13 émissions
  • 1987 : 9 émissions
  • 1988 : 10 émissions
  • 1989 : 10 émissions
  • 1990 : 10 émissions
  • 1991 : 10 émissions
  • 1992 : 10 émissions
  • 1993 : 10 émissions
  • 1994 : 10 émissions
  • 1995 : 9 émissions
  • 1996 : 11 émissions
  • 1997 : 8 émissions
  • 1998 : 10 émissions

Au cours de ces 192 émissions, 385 films sont diffusés à raison de deux films par émission, à l'exception des émissions du et du , qui ont diffusé trois films chacune, et de l'émission du , qui n'a diffusé qu'un film.

À partir de 1995, 26 films déjà présentés dans l'émission sont rediffusés, ce qui ramène à 359 films différents.

Liste des émissions[modifier | modifier le code]

1982[modifier | modifier le code]

1983[modifier | modifier le code]

1984[modifier | modifier le code]

1985[modifier | modifier le code]

1986[modifier | modifier le code]

1987[modifier | modifier le code]

1988[modifier | modifier le code]

1989[modifier | modifier le code]

1990[modifier | modifier le code]

1991[modifier | modifier le code]

1992[modifier | modifier le code]

1993[modifier | modifier le code]

1994[modifier | modifier le code]

1995[modifier | modifier le code]

1996[modifier | modifier le code]

1997[modifier | modifier le code]

1998[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

À l'occasion du trentième anniversaire de l’émission, en 2012, le Groupe Figaro a racheté la marque la Dernière Séance[22] et a édité une collection de vingt classiques américains en DVD. Chaque DVD est accompagné d'un livret de seize pages incluant des informations sur le film ainsi que l'histoire de l'émission. Les vingt films sont les suivants[23] :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Il prépare sa première séance », Télé Poche,‎ .
  2. Daniel Lesueur, L'argus Eddy Mitchell : Discographie et cotations, Paris, Éditions Alternatives, , 144 p. (ISBN 2-86227-407-0), p. 105.
  3. a b c d et e Eddy Mitchell, Le Dictionnaire de ma vie, Paris, Kero, , 210 p. (ISBN 978-2-36658-403-5), « Dernière séance (la) ».
  4. a b et c « Coluche et Eddy Mitchell », sur Facebook.
  5. a b c d et e Eddy Mitchell dans l'émission de radio 5/7 Boulevard du [présentation].
  6. Alain Magerotte, Heureusement, il y a Eddy ! : Souvenirs et réflexions d'un Fan, Saint-Denis, Édilivre, , 276 p. (ISBN 978-2-332-58045-0), p. 132 [lire en ligne].
  7. Dictionnaire de la télévision française, p. 172.
  8. Samir Ardjoum, « Entretien avec Patrick Brion », sur Il était une fois le cinéma.
  9. « Le Trianon » (version du 30 mars 2021 sur l'Internet Archive), site officiel du Trianon à Romainville, sur cinematrianon.fr.
  10. « Cinéma "Le Trianon" », notice no PA93000009, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « 28 décembre 1998, "La dernière séance" baisse le rideau », INA, .
  12. « Histoire du Beaumont-Palace. Un cinéma-théâtre centenaire » (version du 23 mars 2021 sur l'Internet Archive), site officiel du Palace à Beaumont-sur-Oise, sur beaumontpalace.fr.
  13. « Cinémas garennois », sur La Garenne-Colombes : Le retour du passé, .
  14. Christine Deymard, « En passant par la Lauren », Le Nouvel Observateur, no 1053,‎ , p. 9 (lire en ligne [PDF]).
  15. a et b [vidéo] Extrait de l'émission sur Dailymotion.
  16. « De nombreuses cordes à son arc », sur le site officiel de Michel Sardou.
  17. Dictionnaire du cinéma, p. 1625.
  18. « Eddy Mitchell en lunettes 3D » [vidéo], sur ina.fr.
  19. [vidéo] Disponible sur YouTube.
  20. Pascal Caseau, « La Dernière Séance », sur Mitchell-city, (consulté le ).
  21. « La Dernière Séance : Programmation », sur DVDclassik, (consulté le ).
  22. David Medioni, « TV Mag et Le Figaro s'offrent une dernière séance » (version du 10 mai 2012 sur l'Internet Archive), sur CB News, .
  23. Olivier Delcroix, « Les vingt chefs-d'œuvre de Monsieur Eddy », Le Figaro, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]