La Der des Ders

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Scène de tranchée, lors de la Bataille de la Somme, en 1916.

« La Der des Ders » est une expression qui s'est forgée à la suite de la Première Guerre mondiale, qui signifie la « dernière des dernières (guerres) ». « Le der des ders » désigne, par extension, le soldat, le poilu qui a participé à cette guerre[1].

Emplois[modifier | modifier le code]

L'expression est aujourd'hui communément employée pour désigner « la (toute) dernière fois »[2],[3].

Les approches historiques reprennent l'expression, comme le livre Poilus, les ders des ders, de Jean-Pascal Soudagne (2006) ou l'exposition 1914-1918 : La Der des Ders ? Gentilly et la Grande Guerre[4].

En littérature, l'expression a inspiré des auteurs. On trouve le roman de série noire Le der des ders de Didier Daeninckx (1984), adapté en bande dessinée, sous le même titre, avec Jacques Tardi (1997)[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le der des ders - L'Express, 12 mars 2008.
  2. La der des ders de Maguy Marin - Le Figaro, 19 octobre 2010
  3. « Il picole pas pourtant… » - Libération, 1er février 2010
  4. « 1914-1918 : La Der des Ders ? », Société d'histoire de Gentilly (consulté le 12 août 2009).
  5. Le Der des Ders (1/13)
  6. Évariste Blanchet , « Le Der des Ders », dans L'Indispensable no 0, février 1998, p. 76.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]