La Danĝera Lingvo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Danĝera Lingvo (signifiant littéralement en espéranto La Langue dangereuse) est une étude historique d'Ulrich Lins sur les persécutions qu'a subie la collectivité espérantophone depuis la création de la langue, en 1887.

L'ouvrage a été édité à plusieurs reprises en espéranto en 1973, 1988 et 1990 par l'édition L'omnibuso à Kyōto. Il a été traduit à ce jour en japonais (traduction de Kurisu Kei), en allemand, en italien et en russe.

Le livre commence par énumérer les problèmes qu'a dû affronter Zamenhof avec la censure avant même la parution du son œuvre, puis décrit la méfiance de la plupart des régimes politiques, qui pensaient avoir affaire à l'idiome d'un pays étranger voire ennemi.

À partir des années 1920, il y eut une levée de boucliers à la Société des Nations contre l'espéranto, chaque pays redoutant qu'il ne détruise sa langue nationale, notamment la France, dont la langue était à l'époque considérée comme la langue de la diplomatie. L'auteur relate également le cas de pays en interdisant l'apprentissage à l'école en donnant pour raison que sa trop grande facilité encouragerait à la paresse.

Le livre entre dans le détail des persécutions parfois très violentes des régimes totalitaires, comme l'Allemagne nazie qui accusait la langue d'être une invention juive et communiste, ou l'URSS staliniste, qui, après avoir accueilli d'un bon œil l'espéranto, décida soudainement d'en interdire le libre apprentissage.

Enfin, le livre relate les relations plus contemporaines des États vis-à-vis de la langue internationale, et leurs critiques, mépris et / ou attitudes plus tolérantes envers elle.

Lien externe[modifier | modifier le code]