La Dérive (film, 1964)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Dérive.
La Dérive
Réalisation Paula Delsol
Scénario Paula Delsol
Acteurs principaux
Sociétés de production Productions cinématographiques du Languedoc
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 84 minutes
Sortie 1964

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Dérive, ou Une fille à la dérive[1], est un film français réalisé par Paula Delsol en 1962, sorti en 1964.

Distribution[modifier | modifier le code]

Adepte de la débrouille, Jacquie, 20 ans, mène une existence sans attaches entre Paris et le sud de la France. Ce matin-là, elle quitte la capitale en compagnie de Pierre, un ami guitariste, pour la côte méditerranéenne. Mais Pierre plaque sa compagne, qui continue seule sa route. Elle est bientôt prise en stop par un étudiant. Ils font étape chez Claire et Maurice, un couple plutôt mal assorti. Maurice fait immédiatement montre d'un intérêt marqué pour la jeune fille, mais celle-ci poursuit son chemin jusque chez sa mère, à Palavas-les-Flots. Là, Jacquie retrouve un ami d'enfance, Jean, toujours amoureux d'elle. Négligeant les sentiments de son ancien camarade, elle jette son dévolu sur Régis, le neveu de Maurice. Mais cette aventure ne dure guère, et Jacquie retourne vivre chez sa mère. Cette dernière et la sœur de Jacquie se montrent vite exaspérées par la vie oisive de l'enfant prodigue, et l'obligent à chercher du travail.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Appréciation critique[modifier | modifier le code]

« Paule Delsol sait exactement où elle veut en venir, elle a le sens aigu du dialogue, parle de l'amour avec une telle franchise que bien des mâles en sont courroucés. Elle dirige ses acteurs avec une fermeté rare chez n'importe quel metteur en scène français. »

— Louis Marcorelles, Cahiers du cinéma, n°153, p.57

« Ce film fit scandale parmi la critique puritaine. Cette « fiancée du pirate » avant la lettre reçut quand même le grand prix de la Fédération française des ciné-clubs. Il évoque la vie d'une femme qui tente de réaliser ses désirs sans aucune concession dans une époque, la nôtre, où cela est logiquement le plus possible[2]. »

— Télérama.fr

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Dérive sur cinéma-français.fr
  2. Télérama.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]