La Couronne des esclaves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un livre image illustrant la science-fiction
Cet article est une ébauche concernant un livre et la science-fiction.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Couronne des esclaves
Auteur David Weber
Eric Flint
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Roman
Science-fiction
Version originale
Langue Anglais américain
Titre Crown of Slaves
Éditeur Baen Books
Lieu de parution New York
Date de parution 2003
ISBN 0-7434-7148-2
Version française
Traducteur Michel Pagel
Éditeur L'Atalante
Collection La Dentelle du cygne
Lieu de parution Nantes
Date de parution 2012
Type de média Livre papier
Couverture Genkis
Nombre de pages 352 et 352
ISBN 978-2-84172-571-7
Série La Couronne des esclaves
Chronologie
Torche de la liberté Suivant

La Couronne des esclaves (titre original : Crown of Slaves) est un roman de science-fiction des écrivains David Weber et Eric Flint paru en 2003 aux États-Unis puis en France en 2012 en deux tomes. Il s'agit d'un roman secondaire de la série Honor Harrington, premier d'une sous-série nommée La Couronne des esclaves.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le royaume de Manticore et Havre ont signé une trêve mais la paix n'est pas encore là et le gouvernement Haute-Crête traîne les pieds. Par son arrogance il indispose même ses alliés, dont la république d'Erewhon. Or c'est à Erewhon que se tiennent les funérailles du leader assassiné d'un grand mouvement antiesclavagiste. Parmi les représentants de toutes les nations stellaires venus y assister, la reine délègue sa nièce, la princesse Ruth, accompagnée de l'agent secret Anton Zilwicki et de sa fille Berry. Erewhon, nid d'espion... Une pléiade de lobbies et de groupes de pouvoir souterrains s'y activent. Car si le système est à la jonction des sphères d'influence de Manticore, de Havre et de la Ligue solarienne, dans son arrière-cour gravite aussi Congo, une planète de travail forcé où triment les esclaves de Mesa et de la puissante firme Manpower.

Citation[modifier | modifier le code]

… Si cet homme-là se trouvait soudain jeté dans le plus profond des abîmes des Enfers, il commencerait à improviser un complot contre le Diable en personne avant d'avoir fini d'épousseter ses vêtements pour en chasser la poussière d'os des damnés.

La Couronne des esclaves tome 2, p. 146, Eric Flint et David Weber, Extrait d'une pensée de Berry Zilwicki à propos de Victor Cachat