La Couleur de la victoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Race (homonymie).
La Couleur de la victoire
Titre québécois 10 secondes de liberté
Titre original Race
Réalisation Stephen Hopkins
Scénario Joe Shrapnel
Anna Waterhouse
Acteurs principaux
Sociétés de production Forecast Pictures
JoBro Productions & Film Finance
Solofilms
Trinity Race
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau du Canada Canada
Genre biopic
Durée 134 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Couleur de la victoire (Race), ou 10 secondes de liberté au Québec, est un film franco-germano-canadien réalisé par Stephen Hopkins, sorti en 2016. Il revient sur le parcours de l'athlète Afro-Américain Jesse Owens qui à lui seul, a contrarié les discours raciaux d'Adolf Hitler et empêché la glorification du Troisième Reich lors des Jeux Olympiques de 1936 à Berlin.

Le film a reçu le soutien de la famille Owens, de la Fondation Jesse Owens et du Luminary Group[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jesse Owens.

En 1934, en pleine période de ségrégation raciale, Jesse Owens arrive à l'université d'État de l'Ohio pour travailler avec les meilleurs entraîneurs de l'époque. Ce petit‐fils d’esclave va y développer une relation étonnante avec un entraîneur blanc, Larry Snyder. Devenu entraineur d’avant‐garde, obsédé par la réussite, il ne fait aucune distinction de couleur entre ses protégés, contrairement à ses collègues. Les deux athlètes n'ont qu'un objectif : les Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin.

Devant le racisme dans son propre pays ainsi qu'au cœur de l’Allemagne du Troisième Reich, Jesse Owens va finalement battre tous les records de médailles (4 médailles d’or : 100 m, longueur, 200 m, 4x100 m) et prouver qu’un homme seul peut être le grain de sable qui fait déraper une machinerie de propagande monstrueuse que ce soit en Allemagne ou aux États-Unis.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

  • Titre original : Race
  • Titre français : La Couleur de la victoire
  • Titre québécois : 10 secondes de liberté
  • Réalisation : Stephen Hopkins
  • Scénario : Joe Shrapnel et Anna Waterhouse
  • Direction artistique : David Brisbin
  • Costumes : Mario Davignon
  • Montage : John Smith
  • Photographie : Peter Levy
  • Production : Jean-Charles Levy, Luc Dayan, Nicolas Manuel, Karsten Brünig, Kate Garwood, Stephen Hopkins, Thierry Potok, Louis-Philippe Rochon et Dominique Séguin[2]
  • Sociétés de production : Forecast Pictures, JoBro Productions & Film Finance, Solofilms et Trinity Race
  • Sociétés de distribution : La Belle Company (France), SquareOne Entertainment (Allemagne)
  • Pays d’origine : Drapeau de la France France, Drapeau de l'Allemagne Allemagne et Drapeau du Canada Canada
  • Langues originales : anglais et allemand
  • Genre : biographie, drame, sport
  • Dates de sortie :

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[3] ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[4]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Le film se base sur la légende racontant qu'Hitler, furieux de voir un Noir triompher, aurait refusé de serrer la main à Jesse Owens. Cette histoire est fausse puisqu'Owens affirma dans ses mémoires qu'Hitler ne l'avait pas snobé et lui avait fait un signe de la main lorsqu'il était passé devant sa loge[5].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

John Boyega a été pressenti pour tenir le rôle principal mais il a préféré s'engager sur Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force (2015)[6]. Il est remplacé par le Canadien Stephan James.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu dans deux pays : Canada (Montréal) pour les scènes se passant aux États‐Unis, et Berlin (notamment le stade olympique de Berlin) pour les scènes en Allemagne. Le tournage a débuté le au Canada[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.etv-sport.com/medias/un-film-intitule-race-va-retracer-la-vie-de-jesse-owens/
  2. (en) « Jesse Owens Biopic Finds Its Leading Man », sur Variety, (consulté le 23 octobre 2014)
  3. « Fiche de doublage VF du film », sur RS Doublage (consulté le 3 février 2017)
  4. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca (consulté le 3 février 2017)
  5. (en) Jeremy Schaap, Triumph: The Untold Story of Jesse Owens and Hitler's Olympics, Houghton Mifflin Harcourt, (ISBN 0618688226, lire en ligne)
  6. a et b Secrets de tournage - Allociné
  7. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]