La Corrida (chanson de Francis Cabrel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corrida.
La Corrida

Chanson de Francis Cabrel
extrait de l'album Samedi soir sur la Terre
Sortie 1994
Durée 5:43
Genre Chanson française
Auteur-compositeur Francis Cabrel

La Corrida est une chanson écrite et interprétée par Francis Cabrel, issue de l'album Samedi soir sur la Terre sorti en 1994 et également édité en single la même année. Cette chanson marque l'opposition du chanteur à la corrida[1],[2],[3]. Nicolas Reyes des Gipsy Kings a participé à l'enregistrement pour les chants en espagnol de la chanson.

Conception[modifier | modifier le code]

Francis Cabrel commence l'écriture des paroles avec « Ce soir la femme du torero / Dormira sur ses deux oreilles[5] » après avoir assisté à une corrida à Bayonne[7]. Il s'arrête sur le chemin du retour afin d'enregistrer sur son dictaphone « Depuis le temps que je patiente / Dans cette chambre noire / J’entends qu’on s’amuse et qu’on chante / Au bout du couloir[4]. »

Enfin, « après trois ans de maturation[4] », il ajoute le leitmotiv « Est-ce que ce monde est sérieux ?[4] »

Au moment de réaliser la maquette de ce titre, au studio Polygone, il fait appel à Nicolas Reyes[4].

Reprise des paroles[modifier | modifier le code]

Des paroles de la chanson, et notamment le leitmotiv « Est-ce que ce monde est sérieux ? », sont régulièrement citées, utilisées, reprises dans diverses littératures. Au niveau du phrasé, l'inversion de l'accent tonique sur « sérieux » met en valeur « l'ironie douloureuse du propos »[8].

Œuvres littéraires citant la chanson[modifier | modifier le code]

  • Seydou Beye, L'intégration-alibi, une guillotine sociale : réplique pour une socioéthique, L'Harmattan, , 198 p. (ISBN 9782296078192, lire en ligne), p. 60

Épigraphes[modifier | modifier le code]

Plusieurs ouvrages citent la chanson en tant qu'épigraphe :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Francis Cabrel et Jean Bonnefon, C'est écrit, Le Cherche midi, (ISBN 9782749122953, lire en ligne), p. 204.
  2. Philippe Guespin, Aux armes et cætera : la chanson comme expression populaire et relais démocratique depuis les années 50, L'Harmattan, , 164 p. (ISBN 9782296466746, lire en ligne), p. 115.
  3. Michel Tarrier, Nous, peuple dernier : survivre sera bientôt un luxe, L'Harmattan, , 445 p. (ISBN 9782296105621, lire en ligne), p. 299.
  4. a b c d et e Alain Wodrascka, Cabrel : les chemins de traverse, l’Archipel, (ISBN 978-2-8098-1582-5), p. 152-153
  5. « [Une] trouvaille verbale à double tranchant[Quoi ?][4]. »
  6. Laurent Lavigne, France Inter, le 17 novembre 2000, cité par Wodrascka 2015.
  7. « Toutes les portes se refermaient derrière lui, ne laissant qu’une palissade lisse. […] Ensuite […], il n’y a plus que torture, cruauté, boucherie[pas clair][6]. »
  8. Claude Lemesle, L'art d'écrire une chanson, Eyrolles, , 176 p. (ISBN 9782212237993, lire en ligne), p. 53.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :