La Cornuaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Cornuaille
La Cornuaille
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Canton Chalonnes-sur-Loire
Commune Val d'Erdre-Auxence
Statut commune déléguée
Code postal 49440
Code commune 49108
Démographie
Gentilé Cornuaillais
Population 1 028 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 42″ nord, 0° 59′ 01″ ouest
Altitude 54 m
Min. 38 m
Max. 89 m
Superficie 43,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
La Cornuaille

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
La Cornuaille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Cornuaille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Cornuaille

La Cornuaille est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Depuis le , la commune appartient à la commune nouvelle de Val d'Erdre-Auxence[1] et devient commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine du Segréen, La Cornuaille se situe à l'ouest du Louroux-Béconnais, sur la route D 6, Candé - Saint Sigismond[2].

Sur son territoire s'étend deux zones ZNIEFF de type II, c'est-à-dire un grand ensemble naturel riche et peu modifié, offrant des potentialités biologiques importantes. Elles sont situées au nord-est : Le bois des Charmeraies et l'étang de la Clemencière (ZNIEFF 520220037). C'est le boisement le plus important de cette partie du Segréen, constitué d'une chênaie-charmaie et de belles plantes vernales. L'étang a un intérêt local pour l'avifaune et les odonates. Il sert de refuge aux anatidés en période de chasse, puisque c'est le seul étang du secteur ou la chasse est interdite[3].

L'étang de la Clémencière est alimenté par les eaux du Vernou, ruisseau qui se jette ensuite dans les rivière Auxence.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Cornuaille est mentionnée comme Cornu Gallia en 1050, Cornualia en 1080, Cornuallia en 1248, La Cornoaille en 1583. Il existe trois hypothèses pour expliquer l'origine de ce nom de lieu. Il pourrait venir de la Cornouaille bretonne, pays situé à l'extrémité de la péninsule armoricaine et dont la capitale est Quimper, ou bien de Cornu Galliæ, terme latin signifiant « l'extrémité de la Gaule », La Cornuaille étant située à la frontière bretonne. L'explication la plus probable fait cependant descendre La Cornuaille du cornouiller, arbre au bois très dur[4].

En gallo en en angevin local, La Cornuaille se dit [la.kɔr.nɥɑj], et s'écrit La Cournuâlh selon la graphie MOGA[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paroisse appartenant à l'évêché de Nantes, en Bretagne, et aussi à la sénéchaussée d'Anjou.

En 1593, le duc de Mercœur y implanta une pierre parlant d'une conspiration pour la Bretagne.

En 1801 la commune fut rattachée au département de Maine-et-Loire[6].

Pendant la Première Guerre mondiale, 68 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, 5 habitants sont tués[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , La Cornuaille constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Val d'Erdre-Auxence, et dispose d'un maire délégué.

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  En cours      
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2014 Pierre Chapron   Retraité en assurances
2014 décembre 2016 Loïc Béziers-La Fosse[8]    

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Ouest-Anjou jusqu'en 2016[9], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, La Cornuaille fait partie du canton du Louroux-Béconnais et de l'arrondissement d'Angers[10]. Ce canton compte alors dix communes. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. La commune est alors rattachée au canton de Chalonnes-sur-Loire, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 028 habitants, en augmentation de 8,1 % par rapport à 2009 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0828841 1541 1611 3631 4261 4031 3501 481
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5771 6211 6641 5781 6921 7081 7091 5881 528
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5211 4611 4231 2551 2501 1681 1551 1151 084
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 0199838417857197918771 0191 028
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,4 %, 15 à 29 ans = 18,1 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 18 %) ;
  • 50,9 % de femmes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 20 %, 30 à 44 ans = 16,6 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 23,1 %).
Pyramide des âges à La Cornuaille en 2008 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
1,8 
6,0 
75 à 89 ans
7,6 
11,8 
60 à 74 ans
13,7 
21,8 
45 à 59 ans
19,1 
21,6 
30 à 44 ans
16,6 
18,1 
15 à 29 ans
20,0 
20,4 
0 à 14 ans
21,3 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 102 établissements présents sur la commune à fin 2010, 49 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 3 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 35 % de celui du commerce et des services et 6 % du secteur de l'administration et de la santé[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On y trouve plusieurs traces d'anciens domaines, notamment celui de la Burelière dont le château a brûlé en 1949. Il ne reste de ce domaine que certaines dépendances dont les plus remarquables sont la Marquise (ancienne maison des domestiques), et l'ancien poulailler.

  • l'église Saint-Pierre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gaston Cyprès, footballeur français (1884-1925), y est né. Il honora six sélections en équipe de France (deux buts).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs du Maine-et-Loire » (consulté le 4 octobre 2016)
  2. IGN et BRGM, Géoportail La Cornuaille (49), consulté le 2 septembre 2012.
  3. « ZNIEFF520220037 - BOIS DES CHARMERAIES ET ETANG DE LA CLEMENCIERE », sur l'inventaire national du patrimoine naturel, édité par le muséum national d’histoire naturelle, (consulté le 13 mars 2011).
  4. Pierre-Louis Augereau, Les Secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, coll. « Les mots d'ici », (ISBN 9782844783387), p. 69.
  5. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté en 9 décember 2016).
  6. Odile Halbert, Histoire de La Cornuaille.
  7. Port 1965, p. 808.
  8. « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  9. Insee, Composition de l'EPCI d'Ouest Anjou (244900858), consulté le 8 décembre 2013.
  10. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de La Cornuaille, consultée le 15 février 2015.
  11. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. « Évolution et structure de la population à La Cornuaille en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012).
  17. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012)
  18. Insee, Statistiques locales du territoire de La Cornuaille (49), consultées le 10 mars 2013.