La Colombe (cabaret)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Colombe.
La Colombe
Description de cette image, également commentée ci-après

La Colombe en 1981

Type Cabaret
Lieu Paris
Coordonnées 48° 51′ 17″ nord, 2° 21′ 02″ est
Inauguration 1954
Site web Site de La Colombe

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
La Colombe (cabaret)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
La Colombe (cabaret)

Le cabaret de La Colombe est le plus vieux bistrot de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

L'archiviste paléographe (au Musée du Louvre) Michel Le Moèl fit des recherches sur l'historique de l'immeuble et découvrit que La Colombe, située au no 4 rue de la Colombe, quartier de la Cité, sur l'île de la Cité, occupait les deux premiers étages d'un immeuble construit en 1297 ou 1298 sur 2 étages à l'époque de la construction de cathédrale Notre-Dame de Paris.
Un squelette de chat découvert entre plafond et plancher au 1er étage atteste de l’âge de la maison : en Île-de-France au XIIIe siècle, on y emmurait un chat noir vivant pour conjurer le malin à chaque construction nouvelle.

En 1557, la maison est surélevée de 3 étages par, Léon Lescot, frère de Pierre Lescot qui installe au rez-de-chaussée la Taverne St Nicolas.

En 1715, la taverne est un repaire de Cartouche.

En 1769, Louis Combédias ajoute un étage et un grenier.

En 1826, les demoiselles Cabasset louent la taverne au cabaretier appelé Millevoie, qui y pose des grilles marchand de vin, des boiseries extérieures avec des têtes de Bacchus et installe à l'extérieur l'éclairage au gaz.

En 1895, Alexandre Desmolières achète le fond à la veuve Mouchet et lui donne le nom de Bistrot Desmolières.

En 1921, le propriétaire, Constant Agniez, vend l'immeuble à la ville de Paris qui veut le démolir carl'immeuble est était frappé d’alignement depuis Haussmann

En 1953, le peintre et écrivain américain Ludwig Bemelmans rachète le fond et le décore de fresques.

En 1954, Bemelmans cède le fond à Michel Valette et sa femme, qui y fondent le cabaret de la Colombe. Alors le plus vieux bistrot de Paris devient le célèbre cabaret « rive gauche » à Paris qui de 1954 à 1964, sous la direction de Michel Valette fit débuter 200 chanteurs à texte, parmi lesquels Guy Béart, Anne Sylvestre, Pierre Perret, Jean Ferrat, Maurice Fanon, Francesca Solleville, Hélène Martin, Jean Vasca, Henri Gougaud, Georges Moustaki, Marc Ogeret, Philippe Avron et Claude Evrard, Bernard Haller, Henri Guybet ou Romain Bouteille.

En 1962, par décret, le ministre de la Culture André Malraux, l'immeuble fut sauvé de la démolition grâce à la restauration qu’effectuèrent les Valette qui obtinrent son classement au dossier d’archéologie, puis doublement protégé par la loi Malraux sur protection des berges pour les immeubles de plus de cent ans situés à moins de cent mètres des bords de Seine.

En 1964, croulant sous les charges et les taxes, le cabaret La Colombe est contraint de mettre la clé sous la porte. De 1964 à 1985, Beleine Valette en fait un restaurant classé 3 étoiles tourisme.

Depuis 1990, un restaurant - bar à vin La réserve de Quasimodo en occupe le rez-de chaussée terrasse, le premier étage est réaffecté en logement.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]