La Cinquième Couche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Logo de La Cinquième Couche.

La Cinquième Couche, dite aussi 5c, est une maison d'édition belge indépendante basée à Bruxelles qui publie essentiellement de la bande dessinée. Elle est issue d'une association formée en 1993 par un groupe d'auteurs de l'atelier de bande dessinée de l'Institut Saint-Luc pour publier le fanzine La Cinquième Couche et qui s'est structurée en maison d'édition en 1999. Elle est actuellement dirigée par William Henne et Xavier Löwenthal.

Le catalogue compte cinq collections (« F », « Extracteur », « Écritures », « Essaim » et « Point métal ») et reprend une soixantaine d’auteurs provenant d’une dizaine de pays différents (Belgique, France, Suisse, Allemagne, Autriche, Portugal, Grèce, Finlande, États-Unis, Corée…).

Histoire[modifier | modifier le code]

La Cinquième Couche est fondée en 1993 par un groupe d'auteurs de l'atelier de bande dessinée de l'Institut Saint-Luc de Bruxelles (Damien Rocour, Sarah Masson, Michel Squarci, Sibylle Loof, Olivier Fable, Vincent Dutreuil, Nicholas Wood, Sébastien Kempenaers, Christophe Poot, Renaud De Heyn et Xavier Löwenthal) qui publient plusieurs fanzines jusqu'à la fin de la décennie.

De 2004 à 2007, La Cinquième Couche a repris à son catalogue la revue de littérature contemporaine écritures. De 2010 à 2013, elle a publié également la revue Soldes, Fins de Séries, de Marc Borgers et Jean-Louis Sbille.

La Cinquième Couche a édité en 2009 le canular autobiographique Judith Forest, pseudonyme de ses éditeurs de l’époque, William Henne, Xavier Löwenthal et Thomas Boivin[1]. Elle a également édité en 2012 Katz, détournement controversé de Maus d'Art Spiegelman, dans lequel l'auteur anonyme (Ilan Manouach) avait remplacé toutes les têtes des différentes espèces représentées par des têtes de chats et qui lui a valu un procès avec Flammarion et Art Spiegelman[2]. En 2014, elle édite une version intégralement imprimée en cyan de l'album Les Schtroumpfs noirs, de Peyo et Yvan Delporte[3] ainsi qu'un détournement, en 2015, deBlanco, un album de 48 pages cartonné couleur façonné sans impression, en 2017[4] et un Abrégé de bande dessinée francobelge, un mash-up graphique, en 2018[5].

Politique éditoriale[modifier | modifier le code]

La 5e Couche n’a jamais explicitement défini de ligne éditoriale. Le comité éditorial montre une inclination pour les jeux sur le langage et les codes visuels : les détournements[6],[7], les mises en abyme[8],[9], les structures narratives renversées et/ou systématiques[10], le jeu de contraintes[11], la déconstruction du récit[12], la parodie, les postulats surréalistes (poétiques, insolites, absurdes)[13], la déconstruction de l’image[14], le rapport texte/image dissocié[15], l’abstraction[16],[17], le récit métaphorique[18], la structure musicale[19], l'imposture... Tous ces dispositifs formels n’oblitèrent pas les propos de leurs auteurs, au contraire : ils les réactivent. En abordant un thème, déjà mille fois traité, sous une forme renouvelée ou inusitée, l’auteur met en avant son sujet, qu’il soit politique[20], autobiographique[21], philosophique[22] ou social[23].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « KATZ » (consulté le 24 mars 2019)
  2. Daniel Couvreur, « Katz a-t-il défiguré Maus ? », Lesoir.be,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2017).
  3. Quentin Girard, « «Les Schtroumpfs noirs» restent bleus », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2017)
  4. « Blanco » (consulté le 24 mars 2019)
  5. « Abrégé de bande dessinée franco-belge » (consulté le 24 mars 2019)
  6. Pedro Moura, « Les Schtroumpfs noirs de Ilan Manouach », sur du9,
  7. Jessie Bi, « "Blanco" d'Ilan Manouach », sur du9,
  8. Philippe Sohet, Images du récit, Presses de l'Université du Québec, , 349 p. (ISBN 978-2-7605-1479-9), Quand lire, c'est écrire. À propos d'Iphigénie de Xavier Löwenthal
  9. Philippe Sohet, « "Quand lire, c'est écrire. À propos d'Iphigénie de Xavier Löwenthal" »
  10. Pierre Yves Lador, L'étang et les spasmes dans la bande dessinée, Vevey, Castagnééé, , 369 p. (ISBN 978-2-940346-13-4 et 2-940346-13-5), p. La condition inhumaine ou l'homme debout, à propos de trois bd de William Henne
  11. Jean-Charles Andrieu de Levis à propos d'un livre de L.L. de Mars, « "Judex", un jeu collectif de substitution textuelle », sur Neuvième art 2.0,
  12. Antoine Chanteloup, TILT (étude sur FRAG d'Ilan Manouach), Academia, 24 p. (lire en ligne)
  13. Olivier Hervé, « "Sur les pas de Samuel" », sur Planète BD,
  14. Jean-Charles Andrieu de Levis, « 978 », sur du9,
  15. Alain François, « "En attendant t'avenue, urbaine déambulation », sur bonobo.net,
  16. Frédéric Hojlo, « Gaïa - Par Thierry Cheyrol - La 5e Couche », sur ActuaBD,
  17. François Angelier, « La matière rêve : Gaia de Thierry Cheyrol », sur France Culture,
  18. Alain Lamourette, « Menses Ante Rosam (William-Levaux) – La Cinquième Couche », sur BDEncre,
  19. Cfr "La mort du cycliste" (ISBN 978-2-930356-12-9), 2004 et de "l’Abrégé de bande dessinée francobelge d’Ilan Manouach" (ISBN 978-2-39008-018-3), 2019.
  20. Annabelle Dupret, « Questions de Annabelle Dupret à L.L. de Mars autour de « Le Secret » paru à La 5ème Couche », sur Le Terrier, Flux News (flux-news.be)
  21. Fédération Wallonie-Bruxelles, « Aurélie William-Levaux », sur Culture.be
  22. Voïtachewski, « Thomas Gosselin », sur du9,
  23. Mitchul, « Brèves de chroniques #6 - La Régression – François Olislaeger & William Henne », sur Me, myself and I,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Andrieu, « La 5e Couche », L'Avis des bulles, no 200,‎ , p. 4-5 (ISSN 1268-3981).
  • Tanguy Habrand, « Les Indépendants de la bande dessinée : Entre édition établie et édition sauvage », dans Christophe Dony, Tanguy Habrand et Gert Meesters, La Bande dessinée en dissidence : Alternative, indépendance, auto-édition, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « ACME » (no 1), (lire en ligne), p. 53-55.
  • La rédaction, « En route vers la 5e COUCHE : Sérigraphie, gravure et monotype : ces insoumis défendent une esthétique intime... et marginale », Le Soir,‎
  • Christophe Poot (interviewé), « La Cinquième Couche », Le Soir,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]