La Chunga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Chunga
Micaela Flores Amaya, "La Chunga".jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Micaela Flores AmayaVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
La ChungaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Parentèle
Carmen Amaya Amaya (cousine germaine)Voir et modifier les données sur Wikidata

Micaela Flores Amaya, dite La Chunga (La Craignosse), est une danseuse de flamenco et peintre d'art naïf espagnole née à Marseille en 1938[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents sont des gitans andalous immigrés en France qui s'établirent à Barcelone quand elle avait plus ou moins un an.

Dès son enfance, elle danse dans cette ville, le plus souvent pieds nus[2]. Elle devient la muse d'écrivains comme Blas de Otero, Rafael Alberti, José Manuel Caballero Bonald ou León Felipe, et de peintres comme Picasso, Dalí ou Francisco Rebés, qui la transforment en figure attirante pour des intellectuels et l'encouragent à peindre[3]. Elle expose à Paris, Madrid, etc[4].

Pastora Imperio l'engage en 1956 comme danseuse (bailaora) et, grâce à Ava Gardner, elle joue dans deux films à Hollywood. L'entrepreneur Ed Sullivan[5] la fait venir à Las Vegas. Elle participe aussi à des programmes télévisés aux États-Unis et au Mexique.

Elle épouse le réalisateur José Luis Gonzalvo, avec lequel elle a trois enfants, Curro, Luis et Pilar.

Elle est cousine des danseuses Carmen Amaya et Dolores Amaya[6]. Elle est aussi la nièce du cantaor (chanteur de flamenco) Rafael «El Tuerto», qui était l'ami d'Antonio Sánchez, le père de Paco de Lucía ; et elle est aussi apparentée au célèbre cantaor Camarón de la Isla[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

La Chunga a reçu de nombreux prix[1] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b El arte de vivir el flamenco, « LA CHUNGA - BAILAORES/AS - El Arte de Vivir el Flamenco », sur elartedevivirelflamenco.com (consulté le 3 novembre 2017)
  2. « http://www.academiadelasartesycienciasdelflamenco.es/es/la-chunga »
  3. Unidad Editorial Internet, « La Chunga: 'Este cáncer no va conmigo. Intento no pensar en él y la pintura me ayuda' | Alicante | elmundo.es », sur www.elmundo.es (consulté le 3 novembre 2017)
  4. (es) Diario de León, « Pintura con el duende del flamenco », Diario de León,‎ (lire en ligne)
  5. (en) James Maguire, Impresario: The Life and Times of Ed Sullivan, Potter/TenSpeed/Harmony, (ISBN 9780307799449, lire en ligne)
  6. (en) Bernard Leblon et Centre de recherches tsiganes (Université René Descartes), Gypsies and Flamenco: The Emergence of the Art of Flamenco in Andalusia, Univ of Hertfordshire Press, (ISBN 9781902806051, lire en ligne)
  7. (es) Juan José Téllez, « Más allá de Paco de Lucía ː una aproximación a la tradición del flamenco en el Campo de Gibraltar. », Música oral del Sur, revista internacional bianual n°8, Centro de documentación musical de Andalucía, 2009, (consulté le 2 janvier 2018), p. 70.
  8. a, b, c, d, e, f et g « La Chunga », sur IMDb (consulté le 4 novembre 2017)
  9. Vampire in Venice (1988) (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]