La Chavatte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Chavatte
La Chavatte
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Intercommunalité Communauté de communes Terre de Picardie
Maire
Mandat
Mauricette Fleury
2020-2026
Code postal 80700
Code commune 80189
Démographie
Population
municipale
73 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 45′ 27″ nord, 2° 46′ 03″ est
Altitude Min. 84 m
Max. 95 m
Superficie 1,89 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Roye
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Moreuil
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
La Chavatte
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
La Chavatte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chavatte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chavatte

La Chavatte est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situé à moins de 10 km de Roye, le village, fortement consacré à l'agriculture, est traversé par la route départementale 167e (RD 167e).

Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Chavatte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Roye, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dès 1229, Chavatte est le nom relevé pour la localité. La Savate ou Saint-Nicolas-au-Bois est mentionné en 1751[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dommages de guerre (janvier 1915).

Pendant la Première Guerre mondiale, de violents combats ont lieu sur le territoire de la commune.

Elle a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachement administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait de 1793 à 2016 dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Par arrêté préfectoral du , la commune en est détachée le pour intégrer l'arrondissement de Péronne[8]. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la cinquième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Rosières-en-Santerre[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Moreuil.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Santerre créée le .

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département[10].

Le projet préfectoral prévoit la « fusion des communautés de communes de Haute Picardie et du Santerre », le nouvel ensemble de 17 954 habitants regroupant 46 communes[11],[12],[13]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en [14], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion le [15].

Cette procédure aboutit à la création au de la communauté de communes Terre de Picardie, dont la commune est désormais membre[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 décembre 2015[18] Francis Delacherie[19]   Décédé en fonction
mars 2016[20] En cours
(au 8 octobre 2020)
Mauricette Fleury   Ancienne fleuriste
Réélue pour le mandat 2020-2026[21]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2018, la commune comptait 73 habitants[Note 3], en stagnation par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
100122122125127127116109106
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
101104102908375737673
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
656047475156514051
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
354840284039525472
2017 2018 - - - - - - -
7373-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas[25], reconstruite après la Première Guerre mondiale.
  • Blockhaus allemand, édifié en 1915, classé monument historique. « Ce blockhaus est un des derniers témoignages de la guerre d'usure à laquelle se sont livrées les armées opposées sur le front de la Somme[26] ».

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Romand (1890-1914), mort au « champ d'honneur » à La Chavatte, 1914[27].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Roye », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. Notice historique et géographique réalisée par l'institutrice, Mademoiselle Mouret, archives départementales de la Somme, Amiens, 1899.
  7. Journal officiel du 6 novembre 1920, p. 17583.
  8. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Vincent Fouquet, « Vers un mariage de la communauté de communes de Haute-Picardie avec celle de Rosières ? : Le conseil communautaire, qui s'est déroulé jeudi soir à Soyécourt, a été l'occasion d'annoncer la volonté de l'intercommunalité de fusionner avec celle de Rosières-en-Santerre », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  11. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  12. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  13. « Un mariage entre Chaulnes et Rosières-en-Santerre est prévu pour 2017 : L’annonce a été faite jeudi 1er octobre à Rosières-en-Santerre : les communautés de communes de Haute Picardie (CCHP) et du Santerre (CCS) souhaitent fusionner. Voici leurs arguments », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  14. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  15. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes de haute Picardie avec la communauté de communes du Santerre », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 78-79 (lire en ligne [PDF]).
  16. « CC Terre de Picardie (N° SIREN : 200070928) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 10 juin 2017).
  17. « Les maires de Chavatte (La) », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 13 août 2017).
  18. « La Chavatte perd son maire et retournera bientôt aux urnes : Francis Delacherie est décédé. Le maire de La Chavatte, petite commune du canton de Moreuil, sera inhumé lundi 21 décembre », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2020) « En début de semaine dernière, Francis Delacherie, son maire, est décédé. Il était âgé de 80 ans et avait été hospitalisé alors que le bureau de vote du second tour des Régionales allait fermer ses portes ».
  19. Cécile Latinovic, « La Chavatte : deux médailles pour dix mandats : Francis Delacherie est le maire de La Chavatte depuis 1983. Il a été conseillé municipal, y compris à Saint-Mard près de Roye. Le 14 juillet, son action publique était récompensée », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2020) « Francis Delacherie a d’abord été élu à Saint-Mard près de Roye. Puis, après son mariage avec une femme originaire de La Chavatte, il reprend la ferme de son beau-père… qui n’est autre que le maire de l’époque de cette commune du canton de Rosières-en-Santerre. Arrivé en 1966, il se présentera sur une liste aux élections municipales à La Chavatte en 1977. En tout, il se présentera dix fois à des élections municipales et briguera huit fois le siège de maire. Ce qu’il réussira à remporter à chaque fois. Même si en 2008, il doit affronter une deuxième liste ».
  20. « La Chavatte Mauricette Fleury est officiellement maire », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2020) « Elle en assumait la fonction depuis décembre dernier, après le décès du maire, Francis Delacherie. « Un brave homme », dit de lui Mauricette Fleury, sa première adjointe devenue première magistrate après la réunion du conseil municipal du vendredi 11 mars. Elle l’a emporté par 6 voix contre 7, face à Johnny Lenoir, conseiller municipal ».
  21. « Une seule adjointe pour Mauricette Fleury à La Chavatte », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2020) « Mauricette Fleury, maire depuis mars 2016 de La Chavatte, près de Roye, a été renouvelée dans ses fonctions ».
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. « La Chavatte : A) Le château - P. D. - [Carte postale] coll. "Picardie illustrée". B) Église de La Chavatte. - [Aquarelle d'Oswald Macqueron], d'après nature, 11 octobre 1877: », Documents numérisés, fonds Macqueron,, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 13 août 2017).
  26. « Blockhaus allemand », notice no PA80000072, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. D'après André Romand son cousin , peintre français (1889-1982) qui a exécuté de nombreuses aquarelles de la guerre 1914-1918.