La Chasse à la licorne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Chasse à la licorne
The Unicorn in Captivity - detail head.jpg

Détail de la licorne

Artiste
inconnu.
Date
1499 ? (entre 1455 et 1506).
Type
composition de sept tapisseries.
Localisation

La Chasse à la licorne est une série de sept tapisseries réalisées à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle, période qui marque l'arrivée de la Renaissance en France. Sept scènes de vénerie représentent par étapes les piqueurs d'un écuyer poursuivant puis capturant une licorne pour la conduire à la cour de son seigneur et sa dame. Elles sont aujourd'hui visibles à New York.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les pièces ont été tissées par les ateliers de Bruxelles[1] ou bien par ceux de Liège[2].

Elles ont été vraisemblablement commandées par la reine de France Anne de Bretagne[3] pour son son troisième mariage, en 1499, avec Louis d'Orléans[4], soit peu d'années avant que les six tapisseries de La Dame à la licorne ne soient confectionnées. A la cour d'Amboise, l'arrivée sept ans plus tôt de la fille du Duc François II, élevée dans le raffinement le plus moderne, avait été d'une façon générale un choc culturel du point vue des arts et des usages, et cette commande, illustrant une thématique à la fois christique et courtoise élaborée autour d'un animal dont la magie et le symbolisme fascinent dès le XIIIe siècle[5], est un des témoignages du caractère durable des habitudes acquises.

L'ensemble se trouve en possession de la famille de La Rochefoucauld à une date indéterminée mais probablement très antérieure à l'inventaire de 1728 qui en fait la première mention. A cette date, cinq pièces étaient accrochées dans une des chambres à coucher du château de Verteuil, en Angoumois, et deux l'étaient dans le hall conduisant à la chapelle.

A la Révolution, les tapisseries sont saisies comme biens nationaux et utilisées pour recouvrir des pommes de terre. Elles sont récupérées par les La Rochefoucauld un peu avant 1890 et accrochées de nouveau à Verteuil. Une des sept pièces se présente alors en deux morceaux, qui servent de rideaux de lit.[6]

En 1922, le magnat du pétrole américain John Davison Rockefeller junior en fait l'acquisition en France pour environ dix millions de dollars. Celui ci en fait don au Metropolitan Museum of Art en 1937.

Elles sont aujourd'hui exposées à New York au Musée des cloîtres, lequel rassemble les collections médiévales du Met. Elles ont été nettoyées et restaurées en 1998. Le montage des photographies de très haute résolution prises à l'occasion, vingt quatre pour la plus grande pièce, a nécessité de faire appel aux compétences des mathématiciens David et Gregory Chudnovsky.

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un millefleurs. A la différence de la La Dame à la licorne, qui représente des scènes de jardin, La Chasse à la licorne illustre, à travers des scènes de chasse et de cour, une thématique purement aristocratique.

Analyse technique[modifier | modifier le code]

Le tissage est de laine, fil métallique et soie.

Les couleurs sont restées étonnement vives. Elles sont tirées exclusivement de plantes, la gaude pour le jaune, la garance pour le rouge, le pastel pour le bleu.[7]

Notes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]