La Chapelle-Thireuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.

La Chapelle-Thireuil
La Chapelle-Thireuil
Église paroissiale de la Chapelle-Thireuil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Arrondissement de Niort
Canton Autize-Egray
Intercommunalité CC Val de Gâtine
Maire
Mandat
Denis Onillon
2014-2020
Code postal 79160
Code commune 79077
Démographie
Population
municipale
436 hab. (2015 en augmentation de 0,46 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 32″ nord, 0° 33′ 18″ ouest
Altitude Min. 68 m
Max. 153 m
Superficie 17,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
La Chapelle-Thireuil

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
La Chapelle-Thireuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Thireuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Thireuil

La Chapelle-Thireuil est une commune française, située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Chapelle-Thireuil
Le Busseau Scillé Le Beugnon
La Chapelle-Thireuil Fenioux
Saint-Laurs Puihardy

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune possède sur son territoire 26 lieux-dits.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient des premiers seigneurs connus du lieu: Tirolius (ou Tirole) de la Chapelle[1], seigneur du Bois-Chapeleau vers l'an 1000. Paul de Vendée a aussi orthographié Tirole : Tire œil, ce qui pourrait indiquer un surnom gagné au combat ; de même le nom en poitevin de la Chapelle-Thireuil : la Chapele-Tireil, œil se disant eil, est compatible avec cette hypothèse.

La légende du chapeau (ou chapelle) de roses due annuellement à la chatellenie de Vouvant semble être postérieure à Tirole de la Chapelle et ne pourrait expliquer l'origine du nom[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1300, La Chapelle-Thireuil devient une possession des Chevaliers d'Appelvoisin et du Bois-Chapeleau [3], issus soit de Saint-Paul-en-Gâtine, soit d'une famille noble de Gênes, les Pallavicini[4].

Comme leur suzerain, Jean II de Parthenay- l'Archevêque, ils soutiennent les anglo-bourguignons jusqu'en 1419 au siège de Parthenay par l'armée du Dauphin. Les Appelvoisin s'y font remarquer par leur grande bravoure malgré le ralliement final forcé (Charte de Parthenay)[5]. En 1429, ils obtiennent de Charles VII le droit de fortifier le bourg de la Chapelle-Thireuil. Un ouvrage défensif est érigé à l'emplacement de l'ancienne école libre de filles et entouré de douves. La Rembourgère et plus brièvement les Vaux[6] et Saumort furent des seigneuries vassales.

Les Vaux, Saumort, le Treuil et d'autres métairies passent dans la dépendance de l'importante abbaye bénédictine de L'Absie dont certains abbés furent également des Appelvoisin et ce, jusqu'à la Révolution où elles sont vendues comme biens nationaux. La Grande-Vau fut ainsi vendue pour 17100 livres en 1791[1].

En 1613 Françoise d'Appelvoisin épousa Paul de Vendée (Vendée[7] est situé sur le cours de la rivière Vendée à Payré sur l'actuelle commune de Foussais-Payré) qui devint seigneur du Bois-Chapeleau. Paul de Vendée était protestant comme la majorité des nobles du Bas-Poitou à ce moment-là ; il participa avec ses soldats à la défense de La Rochelle pendant le Grand Siège et y mourut (ainsi que 22000 huguenots : Siège de La Rochelle (1627-1628) ) . Il a laissé un journal précieux pour la connaissance de la société rurale de cette époque et en particulier pour la Chapelle-Thireuil [2].

De 1790 à l'An VIII, la Chapelle-Thireuil fut chef-lieu de canton. En 1793, elle se déclara pour la Révolution, à la différence du Busseau qui fournit des soldats à l'armée catholique et royale de Vendée ; elle accueillit cependant des rescapés des colonnes infernales[1].

En 1862, une importante et agréable maison de maître fut construite à proximité du château du Bois-Chapeleau par le marquis de Touchimbert[8] qui avait épousé Jeanne Agathe de Lesmerie, descendante de Paul de Vendée[7]. Cette demeure fut dès lors appelée le Château et l'ancien château, les Communs puis la ferme. Pour les familles de Touchimbert, de Villoutreys et de Sesmaisons qui s'y succédèrent : Famille de Sesmaisons.

La laiterie coopérative de la Vallée du Rivault fut créée en 1919[9] (président-fondateur : Comte de Villoutrey), rattachée à La Viette en 2003 (laiterie coopérative du Pays de Gâtine), intégrée au groupe Eurial en 2011[10] puis au groupe Agrial en 2016[11].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2014 Olivier Giraud[12]    
2014 en cours Denis Onillon    

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour La Chapelle-Thireuil, cela correspond à 2006, 2011, 2016[13], etc. Les autres dates de « recensements » (2009, etc.) sont des estimations légales.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2015, la commune comptait 436 habitants[Note 1], en augmentation de 0,46 % par rapport à 2010 (Deux-Sèvres : +1,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
712649741715781818683854815
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
889890948953961992982960984
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
941959920804758733707729699
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
676617610514506452431436436
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'usine laitiére du Rivault fait partie du groupe Agrial en 2017[11].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Guichard d'Appelvoisin, seigneur du Bois-Chapeleau, héros du siège de Parthenay en 1419 (côté anglo-bourguignon), suivit ensuite le Dauphin Charles (conquête du Charolais en 1420) qui le fît plus tard chambellan[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Maurice Poignat, Histoire des communes des Deux-Sèvres: Le Pays Niortais, Poitiers, projet éditions, , 300 p., p. 183
  2. a et b « Full text of " Journal de Paul de Vendée, capitaine Huguenot,..." », sur archive.org (consulté le 21 août 2017)
  3. « Dictionnaire de la noblesse...de France », sur Books.google (consulté le 20 août 2017)
  4. « Guillaume 1er d'Appelvoisin (Guglielmo Pallavicini) », sur geneanet (consulté le 20 août 2017)
  5. a et b « Le siège de Parthenay en 1419. », sur Books.google, (consulté le 20 août 2017)
  6. « Louis Bonenfant », sur fr.rodovid.org (consulté le 21 août 2017)
  7. a et b Jean-Yves Galipaud, « de Vendée » (consulté le 23 août 2017)
  8. Marina Dubreuil et Stéphanie Tezière, « Compte -rendu de la visite de l'ancien château du Bois-Chapeleau » (consulté en 21août 2017)
  9. « Laiterie et fromagerie industrielles de la Vallée du Rivault », sur Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes, (consulté le 30 août 2017)
  10. « Laiterie Pays de Gâtine: "Positif" », sur laNouvelleRépublique.fr, (consulté le 30 août 2017)
  11. a et b « Lait ; la LCPG vote la fusion au sein d'Agrial », sur laNouvelleRépublique.fr, (consulté le 30 août 2017)
  12. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  13. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 1er avril 2012)
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul de Vendée, Journal d'un capitaine huguenot, éditions Ampelos, Ouest, 2014
  • Maurice Poignat, Le Pays Niortais in Histoire des communes des Deux-Sêvres, Éditions Projet, 1982