La Celle-Condé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Celle-Condé
La Celle-Condé
Église Saint-Denis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes Arnon Boischaut Cher
Maire
Mandat
Alain Manssens
2020-2026
Code postal 18160
Code commune 18043
Démographie
Population
municipale
199 hab. (2018 en diminution de 6,57 % par rapport à 2013)
Densité 6,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 41″ nord, 2° 11′ 07″ est
Altitude Min. 147 m
Max. 198 m
Superficie 30,94 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Châteaumeillant
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
La Celle-Condé
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
La Celle-Condé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Celle-Condé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Celle-Condé

La Celle-Condé est une commune française située dans le département du Cher, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les villes et villages proches de La Celle-Condé sont : Villecelin à 4,01 km, Lignières à 4,65 km, Montlouis à 4,75 km, Saint-Baudel à 5,38 km, Chezal-Benoît à 6,45 km.

Le territoire communal est arrosé par la rivière Arnon.

Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Celle-Condé est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (95,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,8 %), prairies (41,4 %), forêts (6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,3 %), zones agricoles hétérogènes (1,3 %), eaux continentales[Note 2] (0,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIIe siècle, la communauté de La Celle, comme de nombreuses communes de la région, est en crise démographique, puisqu’elle passe de 75 feux en 1709 à 61 en 1726[8]. L’hiver de 1709-1710 notamment cause de nombreuses pertes, ainsi que la grande canicule de 1719 (qui tua beaucoup par dysenterie)[9].

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée La Celle, porte temporairement le nom de La Celle-sur-Arnon[10].

En 1844, la commune voisine de Condé se trouve partagée entre La Celle, Lignières et Montlouis ; la population se trouve ainsi augmentée d'une centaine d'habitants environ (540 âmes au recensement de 1841 et 640 à celui de 1846) et la commune change de nom pour devenir La Celle-Condé[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2013 Pierre Chartendrault DVD  
mars 2014[11] En cours
(au 8 août 2020)
Alain Manssens DVD Agriculteur retraité

Économie[modifier | modifier le code]

  • La ressource principale est l'agriculture. L'élevage étant l'activité dominante (bovins, ovins, caprins). On compte une dizaine d'exploitations.
  • Un artisan ébéniste, un producteur de fromages chèvre et vache fermiers, une chambre d'hôtes classée 3 épis.
  • Le Pôle du Cheval et de l'Âne est situé sur le territoire de commune. Il regroupe un ensemble de bâtiments, le domaine des Amourettes, et l'hippodrome de Lignières, inauguré en 2006 et qui remplace l'ancien champ de courses situé sur la commune de Lignières.

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 199 habitants[Note 3], en diminution de 6,57 % par rapport à 2013 (Cher : −2,64 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
479501581612601579540640640
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
667666665702687700712696665
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
622618588495470397386377381
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
349323253217181180198201203
2013 2018 - - - - - - -
213199-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Charles de L'Aubespine, par Pierre Daret.
  • Charles de L'Aubespine, marquis de Châteauneuf, est né le à La Celle-Condé. Homme politique français, connu par ses contemporains sous le nom de « Châteauneuf » ou de « garde des sceaux de Châteauneuf ». Il devient abbé de Préaux, puis de Massay et de Noirlac à Bruère-Allichamps.
  • Roger Gilet, maire de 1977 à 1983, Tresorier payeur général.
  • Jacques Monsieur, négociant d'armes international, propriétaire du domaine des Amourettes dans les années 1990, domaine ensuite racheté par le Conseil général du département du Cher et devenu le Pôle du Cheval et de l'Âne[21].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Olivier Zeller, « Changement agraire et récession démographique : la première enquête Orry (1730). L'exemple de l'élection d'Issoudun », Annales de démographie historique 2/2007 (n° 114), p. 168
  9. Zeller, op. cit., p. 145 et 153
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - La Celle-Condé », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 5 décembre 2012).
  11. « Nouveaux maires et adjoints », L’Écho du Berry (Édition du Cher), no 3124,‎ , p. 21.
  12. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Notice no PA00096752, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Jean-David Jugurtha, « Lignières : Le château du Plessis a séduit de nouveaux propriétaires », L'Écho du Berry, Édition de la Châtre et du Boischaut-Sud,‎ , p. 25.
  19. Notice no PA00096753, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Notice no PA18000010, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Les armes secrètes de M Monsieur », sur liberation.fr, (consulté le 21 octobre 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :