La Cassagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Lacassagne.
La Cassagne
Le village de La Cassagne.
Le village de La Cassagne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Terrasson-Lavilledieu
Intercommunalité Communauté de communes du Terrassonnais en Périgord noir Thenon Hautefort
Maire
Mandat
Charles Sol
2014-2020
Code postal 24120
Code commune 24085
Démographie
Gentilé Cassagnais
Population
municipale
156 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 47″ nord, 1° 19′ 08″ est
Altitude Min. 106 m
Max. 303 m
Superficie 14,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
La Cassagne

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
La Cassagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Cassagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Cassagne

La Cassagne est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Coly, un kilomètre en contrebas de sa source.

Au cœur du Périgord noir, la commune de La Cassagne est arrosée au nord-ouest par un affluent de la Vézère, le Coly, qui y prend sa source.

Le bourg, traversé par la route départementale 62, est situé, en distances orthodromiques, neuf kilomètres au sud de Terrasson-Lavilledieu et treize kilomètres à l'est de Montignac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Cassagne
Coly Terrasson-Lavilledieu La Dornac
Saint-Amand-de-Coly La Cassagne
Archignac Jayac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes la Cassaigne en 1251[1], Cassanea en 1320, puis Cassanha en 1365[2].

Le toponyme La Cassagne est de type occitan, issu d'un bas latin cassanea, basé sur le terme cassanu « chêne » (qui a donné chêne en français, terme issu du gaulois cassanos) suivi du suffixe collectif latin -ea, d'où le sens global de « chênaie »[3].

En occitan, la commune porte le nom de La Cassanha[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1367, Gilbert de Dome (ou Domme), seigneur de Vitrac et de Domme-Vieille, sénéchal du Périgord, vend le château de La Cassagne à Bertrand Aytz[5]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de La Cassagne a, dès 1790, été rattachée au canton de la Cassagne qui dépendait du district de Montignac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Terrasson (devenu canton de Terrasson-la-Villedieu en 1963, puis renommé en canton de Terrasson-Lavilledieu en 1997) dépendant de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[6].

Fin 2003, La Cassagne intègre la communauté de communes du Terrassonnais. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes du Terrassonnais en Périgord noir Thenon Hautefort.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
2004 mars 2014 Simone Donzeau SE Retraitée de l'éducation nationale
mars 2014[7] en cours Charles Sol    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de La Cassagne se nomment les Cassagnais[8].

En 2014, La Cassagne comptait 156 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour La Cassagne[9]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
477 568 560 546 560 552 549 560 562
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
592 577 551 510 526 491 457 476 443
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
343 375 344 286 258 238 227 232 180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
161 132 113 112 120 123 150 154 156
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[11], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 71 personnes, soit 46,1 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (sept) a augmenté par rapport à 2007 (cinq) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 9,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte dix-huit établissements[12], dont sept au niveau des commerces, transports ou services, quatre dans la construction, trois dans l'industrie, deux dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La source du Coly[modifier | modifier le code]

Situé à proximité d'un ancien moulin (le moulin de Ladoux, autrefois fontaine de la Doux, en occitan La Dotz), et visible de la route, à peine caché par un muret, ce large bassin (mesurant 172 mètres de circonférence et 10 mètres de profondeur) à l'eau claire, bleutée ou verte suivant le moment, attire de nombreux curieux notamment pour la puissance de sa chute d'eau mais aussi pour le mystère qu'il renferme et que l'on tente d'apercevoir à l'œil nu, à savoir l'entrée du siphon souterrain.

Longtemps considéré comme le plus grand siphon du monde, celui-ci attire de nombreux sportifs spécialisés en plongée (en dehors des pompiers qui viennent y faire leur entraînement de plongée).

Sans aucune poche d'air, celui-ci s'étend sur plus de cinq kilomètres[14] et a été exploré pendant quelque temps par le suisse Olivier Isler.

Par la suite, cette curiosité de la nature a été le sujet d'une émission télévisée, puisque Nicolas Hulot, à travers son émission Ushuaïa Nature, s'est laissé tenter par une petite visite qu'il a dû raccourcir à cause de l'ivresse des profondeurs.

Sur plus de trois hectares, le site et ses abords sont inscrits depuis 1935[15].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les deux tiers nord de la commune sont classés comme zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 2. Il s'agit du causse de Terrasson à dominante boisée où se rencontrent de nombreuses espèces végétales, parmi lesquelles des orchidées terrestres[20][21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 152a
  2. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 85.
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  4. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 13 février 2014.
  5. Gilbert de Dome, sénéchal du Périgord (suite), Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, tome 5, 1878, p. 247-272 (Texte)
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 15 août 2014.
  8. Fiche commune La Cassagne, Union des maires de la Dordogne, consultée le 26 novembre 2016.
  9. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 13 février 2014)
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 20 octobre 2015.
  12. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 20 octobre 2015).
  13. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 20 octobre 2015.
  14. Site équipement Dordogne (glossaire) : voir l'article "Source " avec la coupe longitudinale du siphon
  15. Décret du 15/04/1935 sur le site de la DIREN Aquitaine
  16. « Église de La Cassagne », notice no PA00082443, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 19 décembre 2011.
  17. « Presbytère », notice no PA00082445, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 19 décembre 2011.
  18. « Croix », notice no PA00082442, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 19 décembre 2011.
  19. « Ancienne grange dîmière », notice no PA00082444, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 19 décembre 2011.
  20. [PDF] DIREN Aquitaine - Causse de Terrasson
  21. Carte de la ZNIEFF 2656 sur le site de la DIREN Aquitaine