La Cache (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Cache.

La Cache
Auteur Christophe Boltanski
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Éditions Stock
Collection Bleue
Date de parution
Nombre de pages 344
ISBN 9782234076372

La Cache est le premier roman de l'écrivain Christophe Boltanski paru le aux éditions Stock. Il a reçu la même année le prix Femina puis le prix des prix littéraires[1],[2].

Historique du roman[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

La Cache décrit la famille atypique d'intellectuels juifs de l'écrivain Christophe Boltanski, dont plusieurs membres sont connus du grand public.

Ces multiples portraits et biographies d'une famille "qui ne sépare jamais", car elle est encore aujourd'hui traumatisée par la seconde guerre mondiale et la Shoah, sont vus comme un tout, un collectif étrange.

Le plan du récit suit celui du lieu qui les rassemble : la "rue-de-grenelle". Et c'est en en découvrant petit à petit chaque pièce de cet appartement tortueux, comme un visiteur venant de l'extérieur, qu'on comprend progressivement l'histoire complexe de chaque personnage qui y est attaché. Ce jeu de "Cluedo" symbolique, voire psychanalytique, permet de pénétrer et de mieux comprendre leurs multiples névroses, plutôt joyeusement assumées, malgré un rappel constant à des heures sombres. Un plan des lieux se dessine d'ailleurs petit à petit, en tête de chaque chapitre. Un procédé littéraire similaire, basé sur un plan de maison, a été utilisé par Georges Perec, dans la vie mode d'emploi pour décrire un immeuble parisien.

La cache est à la fois une sorte de tanière chaleureuse où tous s'entassent, et, au sens propre, une partie dissimulée de l'appartement, où un des personnages à vécu caché pendant la guerre.

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]