La Boîte à Cailloux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Boîte à Cailloux
Image dans Infobox.
Présentation
Patrimonialité
Localisation
Pays
Province
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Hauts-de-France
voir sur la carte des Hauts-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Somme
voir sur la carte de la Somme
Red pog.svg

La Boîte à Cailloux est un lieu-dit situé sur le territoire de la commune d'Hesbécourt, au nord-est du département de la Somme à la limite du département de l'Aisne, où se réunirent des assemblées du désert, après la révocation de l'édit de Nantes, en 1685. C'est probablement une ancienne carrière de pierre (silex) - d’où son nom - située dans un vallon, à l'écart des agglomérations[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est au lieu-dit « La Boîte à Cailloux » qu'à partir de 1691, le pasteur Jean Gardien Givry, prédicateur du désert, vint prêcher et célébrer le culte devant les habitants des villages environnants convertis au protestantisme[1]. Ces assemblées du désert se tenaient clandestinement, de 21 h à minuit, à la lueur des torches et des chandelles. Le culte y fut célébré jusqu’à la Révolution française lorsque la liberté de culte fut enfin garantie par la loi.

En 1695, Claude Brousson vint dans cette partie du Vermandois[2].

En 1934, la Société de l'histoire du protestantisme français fit construire une stèle commémorative sur les lieux dont elle devint propriétaire [3].

Le monument commémoratif, la parcelle où il est construit, le chemin d'accès sont protégés au titre des monuments historiques (inscription par arrêté du )[4].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Stèle de la boîte à Cailloux11.jpg

Dans un endroit reculé du territoire de la commune d'Hesbécourt, au bout d'un chemin de terre en partie carrossable, la stèle construite en brique est d'une grande simplicité. Sur le devant a été scellée une plaque dédiée à la mémoire des fidèles venus entendre les prêches de Gardien Givry.

Il s'agit du seul monument commémoratif, témoignant des « assemblées du désert » dans cette partie de la Picardie[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Rossier, Histoire des protestants de Picardie, particulièrement de ceux du département de la Somme, Amiens, 1861, réédition, Cressé, Editions des régionalismes, 2011 (ISBN 9 782 846 187 855)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]