La Baume-de-Transit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baume.
La Baume-de-Transit
L'église Sainte-Croix de La Baume-de-Transit.
L'église Sainte-Croix de La Baume-de-Transit.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Grignan
Intercommunalité Communauté de communes Drôme Sud Provence
Maire
Mandat
Jean-Louis Gaudibert
2014-2020
Code postal 26790
Code commune 26033
Démographie
Population
municipale
852 hab. (2014)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 21″ nord, 4° 51′ 57″ est
Altitude Min. 97 m – Max. 169 m
Superficie 12,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
La Baume-de-Transit

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
La Baume-de-Transit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Baume-de-Transit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Baume-de-Transit

La Baume-de-Transit est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Baumois et Baumoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Baume-de-Transit est située à 12 km de Valréas, à 9 km de Saint-Paul-Trois-Châteaux et à 11 km de Grignan.

Jusqu'en mars 2015, la commune dépendait du canton de Saint-Paul-Trois-Châteaux. À la suite du redécoupage des cantons du département, elle est rattachée au canton de Grignan[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Baume-de-Transit au XIXe siècle, illustrée par Victor Cassien (1808 - 1893).

Situé sur les confins du Dauphiné, le village de Baume servit autrefois de lieu de transit aux marchandises destinés à l’enclave provençale du comté de Grignan ; de là lui vint son nom de Baume-de-Transit.

La seigneurie appartenait à la maison des Poitiers de Saint-Vallier. C’est ce qui explique le titre de dame de Baume qu’avait pris la célèbre Diane de Poitiers, laquelle serait venue plusieurs fois au château.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de La Baume-de-Transit
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 23 janvier 2015)
Jean-Louis Gaudibert[2] PS Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 852 habitants, en augmentation de 3,02 % par rapport à 2009 (Drôme : 3,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
646 619 721 768 908 859 831 840 860
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
866 902 882 871 800 754 681 608 577
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
547 564 530 452 417 407 408 335 319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
340 358 405 513 614 742 814 827 852
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

Les commerces de proximité sont installés sur la commune : épicerie, boulangerie, bar-tabac, coiffeur[7].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • le château féodal : les ruines que l’on aperçoit de très loin, sont les restes, encore très importants (grands pans de murs et une grosse tour), de l’ancien château féodal que le comte de Suze prit aux huguenots et qu’il saccagea, en 1574. Il est classé au titre des monuments historiques depuis 1980[8].
  • L’église Sainte-Croix de La Baume-de-Transit est l’un des plus curieux édifices de tout le Dauphiné. L’épaisseur de ses murs accuse le XIe siècle. Elle aurait été construite à l’époque de la 1re croisade par un noble chevalier qui voulait en faire son tombeau. Il prit modèle, dit-on sur l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem et les quatre absides qu’il fit élever formèrent une croix grecque. Les guerres de religion ayant détruit l’église paroissiale, on abattit l’abside de l’est et on construisit la nef actuelle sans grand intérêt. Les trois absides restantes sont devenues le sanctuaire de l’église actuelle et forment un trèfle. Leurs colonnettes avec chapiteaux d’un goût exquis et toute leur élégante décoration font de l’église de Baume-de-Transit l’un des plus beaux monuments du Tricastin. Elle est classée au titre des monuments historiques depuis 1908[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]