La Bastide-l'Évêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bastide et L'Évêque.
La Bastide-l'Évêque
Le château de Réquista.
Le château de Réquista.
Blason de La Bastide-l'Évêque
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Canton Aveyron et Tarn
Intercommunalité Communauté de communes du Bas Ségala
(siège)
Code postal 12200
Code commune 12021
Démographie
Gentilé Épiscopois(e)
Population 820 hab. (2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 29″ nord, 2° 08′ 07″ est
Altitude Min. 280 m – Max. 713 m
Superficie 44,16 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Le Bas-Ségala
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 15.svg
La Bastide-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 15.svg
La Bastide-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Bastide-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Bastide-l'Évêque

La Bastide-l'Évêque, (on rencontre parfois La Bastide de l'Évêque ; en occitan, La Bastida de l'Evesque) est une ancienne commune française située dans le département de l'Aveyron, en région Occitanie, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle du Bas-Ségala.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Maleville Brandonnet Compolibat Rose des vents
Villefranche-de-Rouergue N
O    La Bastide-l'Évêque    E
S
Morlhon-le-Haut
Saint-Salvadou
La Capelle-Bleys
Vabre-Tizac
Rieupeyroux

Site[modifier | modifier le code]

La commune est délimitée au Nord par la rivière Aveyron et au Sud par la route départementale 911. Terre de granite et de schiste principalement, la commune se trouve au tout début du Ségala aveyronnais lorsque l'on passe la faille de Villefranche-de-Rouergue en direction de Rodez.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Le Rieu, hameau de La Bastide-l'Évêque.
  • Cabanes, avec l'église Saint-Barthélémy reconstruite en 1836 sur une ancienne église dédiée à Saint-Symphorien.
  • Cadour.
  • Le Cayla, avec un pont gallo-romain sur la rivière Aveyron permettant la traversée de l'antique voie romaine utilisée pour le transport du minerai extrait des mines de la vallée.
  • Le Rieu,
  • Requista, avec un château construit à partir de 1630 par la famille de Patras dont le blason sur la porte d'accès.
  • Teulières, avec une église construite après 1843 et contenant deux retables anciens.

On compte quatre paroisses sur cette commune : La Bastide l'Évêque, Teulières, Cabanes et Cadour. Il s'agit là du nom des principaux villages auxquels se rajoutent de très nombreux hameaux plus ou moins gros.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de La Bastide-l'Évêque

Les armes de la commune de La Bastide-l'Évêque se blasonnent ainsi :
D’azur à la crosse contournée d’or accostée en chef des chiffres 12 à dextre et 80 à senestre du même, au lion d’argent brochant sur le fût de la crosse.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Fondée en 1280 par l'évêque Raymond de Calmont, La Bastide l'Évêque est une des cinq bastides du Rouergue occidental, avec Najac, Sauveterre-de-Rouergue, Villeneuve d'Aveyron et Villefranche-de-Rouergue. Il s'agirait d'une fondation de l'Évêque de Rodez sur les dépouilles des Morlhon, faidits, pour contrer la bastide comtale de Vilafranca (Villefranche-de-Rouergue) afin de limiter son peuplement, son rayonnement et son essor. L'évêque lui octroya une charte en 1280. Ce fut cependant un échec politique et la bastide demeura un village.

Au XIVe siècle l'activité minière était très importante, 13 moulins appelés « martinets » étaient exploités dans la vallée du Lézert ; ils étaient utilisés pour fondre le cuivre et ébaucher des chaudrons. L'activité continua jusqu'à la fin du XIXe siècle et s'éteignit faute de rentabilité.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 André Darres    
2008 2015 Jean-Eudes Le Meignen SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 820 habitants, en augmentation de 0,37 % par rapport à 2008 (Aveyron : 0,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260 368 2 316 2 618 2 899 2 995 2 931 3 433 3 433
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 314 3 355 2 507 2 559 2 531 2 560 2 559 2 380 2 287
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 362 2 074 2 062 1 596 1 593 1 546 1 518 1 408 1 318
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
1 223 1 132 964 982 921 882 834 822 820
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est essentiellement rurale, on y trouve donc de nombreuses exploitations agricoles dont l'activité varie entre l'élevage bovin viande ou bovin lait mais également ovin. De nombreux artisans résident ou travaillent sur la commune de La Bastide. Un certain nombre d'habitants ont choisi simplement de s'y installer mais exercent leur activité professionnelle dans les agglomérations voisines comme Villefranche-de-Rouergue ou Rieupeyroux.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Bastide L'Évêque[modifier | modifier le code]

Cabanes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Château de Réquista et Martinet de la Ramonde.
  • Château de Réquista  Inscrit MH (1978)[5] des XVIe et XVIIe siècles.
  • Château de Villelongue, ancien fief qui appartenait à la famille Adhémar de Monteil, puis à la famille de Raffin.
  • Les martinets du Lézert, dont le Martinet de la Ramonde.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Pierre Marty), Riu-Peirós : La Bastida-de-l'Evesque, La Capèla-Bleis, Previnquièiras, Sent-Sauvador, Vabre-Tisac / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Riu-Peiros, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 304 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-42-4, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37078683)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]