La Balme-d'Épy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balme.
La Balme-d'Épy
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Saint-Amour
Intercommunalité CC Porte du Jura
Maire
Mandat
Wilfried Hurel
2014-2020
Code postal 39320
Code commune 39036
Démographie
Population
municipale
72 hab. (2014 en augmentation de 46,94 % par rapport à 2009)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 52″ nord, 5° 25′ 00″ est
Altitude Min. 372 m
Max. 556 m
Superficie 2,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Balme-d'Épy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Balme-d'Épy

La Balme-d'Épy est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Val-d'Épy (Florentia) Rose des vents
Val-d'Épy N Villechantria
O    La Balme d’Épy    E
S
Bourcia

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée dans le village.

La Balme : issu d'un mot pré-roman, voire pré-indo-européen, balma « caverne, abri sous roche », lui-même apparenté à la base pré-indo-européenne *Bal « hauteur, rocher »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , La Balme intègre la commune nouvelle de Val d'Épy[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
2001 2002 Gérard Magnaval    
2002 2014 Jean-Gérard Écochard    
2014 en cours Wilfried Hurel SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2014, la commune comptait 72 habitants[Note 1], en augmentation de 46,94 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140 122 167 134 157 149 140 141 145
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
131 135 150 128 122 120 103 92 91
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
88 78 91 92 93 65 65 74 59
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
50 43 30 29 31 39 46 47 62
2014 - - - - - - - -
72 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Saints-Victor-et-Ursus ;
  • Grotte.

La Balme-d’Épy dans les arts[modifier | modifier le code]

La Balme-d’Épy est citée dans le poème d'Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henry Suter, « Balme », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en octobre 2014).
  2. Richard Vignon, « Recueil des actes administratifs spécial n°39-2017-07-009 : Arrêté 39-2017-07-27-002 créant la commune nouvelle de Val d'Épy », sur jura.gouv.fr, , p. 70-72
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375