Laïssa Ana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laïssa Ana, Yole de Villefranche
Image illustrative de l'article Laïssa Ana

Type Yole de Bantry, réplique d'un canot d’état major, Expédition d'Irlande (1796)
Gréement 3 voiles au tiers: misaine, taillevent et tape-cul
Histoire
Constructeur bénévoles du futur équipage encadrés par un charpentier de marine
Fabrication charpenterie bois traditionnelle bordée sur membrures
Lancement 1er juillet 2000
Équipage
Équipage 13 (1 chef de bord, 10 nageurs, 2 brigadiers)
Caractéristiques techniques
Longueur 11,64 m
Maître-bau 2,10 m
Tirant d'eau 0,40 m
Propulsion 10 avirons en pointe
Carrière
Propriétaire assoc. « Une Yole pour Villefranche »
Port d'attache Darse de Villefranche-sur-Mer Drapeau de la France France

Laïssa Ana, yole de Bantry connue localement sous le nom de « Yole de Villefranche », est basée à la darse de Villefranche-sur-Mer, près de Nice (Alpes-Maritimes).

C'est une embarcation voile-aviron gréée de trois voiles au tiers ou bordant dix avirons. Cette yole de Bantry est la reproduction d'un bateau historique qui a participé à la malheureuse expédition d'Irlande en 1796.

Réplique d’une embarcation de la marine française de 1796[modifier | modifier le code]

Comme toutes les « yoles de Bantry », Laïssa Ana est la réplique historique fidèle d'un bateau du XVIIIe siècle : La yole d'origine est conservée au Musée national d'Irlande. Mise à l’eau par la frégate française La Résolue, prise dans une tempête en baie de Bantry lors d’une expédition en Irlande en 1796, la yole a été capturée par des Irlandais pro-britanniques. Elle a été parfaitement entretenue de génération en génération jusqu'à notre époque. Cette embarcation de prestige est le plus vieux bateau français subsistant[1],[2] !

Des yoles pendant quatre siècles à Villefranche[modifier | modifier le code]

Rade de Villefranche au XVIIIe siècle.
Baptême de la yole le 1er juillet 2000

La yole Laïssa Ana est parfaitement à sa place à Villefranche-sur-Mer : Depuis le XVIe siècle jusqu'au début du XXe siècle des embarcations de ce type ont sans cesse sillonné la rade de Villefranche, importante base maritime militaire de Méditerranée[3].

Le port d'attache de la yole, la Darse de Villefranche-sur-Mer, est l'ancien arsenal du Duché de Savoie (devenu Royaume de Piémont-Sardaigne), dont subsistent les bâtiments du XVIIIe siècle.

Construction et lancement[modifier | modifier le code]

Sous voile devant la citadelle de Villefranche

La yole Laïssa Ana a été construite à la darse de Villefranche-sur-Mer par des membres de son futur équipage encadrés par le charpentier de marine Franck Pilate, à partir d'un relevé de la yole originale de 1796 et selon un cahier des charges rigoureux établi par la revue maritime Chasse-marée. La yole de Bantry Laïssa Ana a reçu, à « Brest 2000 », un prix national pour la qualité de sa construction.

La darse de Villefranche-sur-Mer étant l'ancien arsenal du royaume de Piémont-Sardaigne (Maison de Savoie), Laïssa Ana a été baptisée le 1er juillet 2000 par la princesse Marina de Savoie lors d'une somptueuse cérémonie coprésidée par le préfet des Alpes-Maritimes et Victor-Emmanuel de Savoie, le fils d'Humbert II, dernier roi d'Italie.

Un bateau performant à la voile et à l’aviron[modifier | modifier le code]

À l'aviron

Cette fine embarcation, réplique d’une chaloupe d’état-major du XVIIIe siècle, est à la fois une élégante et prestigieuse embarcation, un instrument d’initiation idéal permettant une découverte en douceur de la mer et de la navigation, et un excellent bateau de compétition. La yole permet une navigation en bordant en pointe dix grands avirons ou en hissant sur des mâts amovibles trois voiles au tiers : misaine à l'avant, taillevent au centre et tape-cul derrière la barre.

Il existe déjà soixante-dix yoles identiques dans le monde, du Canada à l'Indonésie, lancées à l'occasion de l'« Atlantic Challenge » ou, comme Laïssa Ana, du « Défi Jeunes Marins 2000 »[4].

La yole Laïssa Ana participe aux manifestations nautiques locales et représente Villefranche-sur-Mer lors de rencontres de bateaux traditionnels et de compétitions entre yoles[5].

Expéditions lointaines[modifier | modifier le code]

La yole navigue principalement dans la rade de Villefranche et sur la Côte d'Azur mais elle se déplace parfois très loin : Semaine du Golfe du Morbihan, rencontres de yoles à Gênes, navigation de deux semaines sur le lac Léman, Vogalonga de Venise, Fêtes maritimes de Brest, régates internationales de yoles de Marseille et Toulon, etc. De 2007 à 2012, Laïssa Ana a participé, avec d'autres bateaux de mer Méditerranée, aux rassemblements de la CaraMed.

Événements marquants[modifier | modifier le code]

La Yole à Vevey (Suisse) sur le lac Léman, naviguant avec les grandes barques du Léman en 2011.
La yole à la Vogalonga de Venise en 2013

Au fil des ans, la Yole de Villefranche était présente à :

Gestion associative[modifier | modifier le code]

À la voile dans la rade de Villefranche
À bord de la yole

La yole est gérée par une association loi de 1901 formée de ses équipiers : l’association « une Yole pour Villefranche[6] », créée en 1998 au début de la construction de la yole. Ainsi Laïssa Ana est la propriété de son équipage qui l’utilise toute l'année, gère ses déplacements et l’entretient en effectuant lui-même le carénage chaque année. L'association est adhérente de la Fédération Voile Aviron (F.V.A.). En juin 2016 l’association « une Yole pour Villefranche » a été reconnue « Association d'intérêt général »[7].

Bateau d'intérêt patrimonial[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, Laïssa Ana bénéficie du label national de « Bateau d'intérêt patrimonial » (B.I.P.)[8], une certification de l'Association patrimoine maritime et fluvial.

Le 30 mai 2012 la certification a été prolongée pour cinq ans (arrêté ministériel du 22 janvier 2013)[9].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Yole de Bantry », sur Fédération Voile aviron.
  2. La rédaction de ce paragraphe a utilisé des textes du Défi Jeunes Marins 2004 et de la Fédération Voile Aviron. Pour plus de détails sur l'expédition d'Irlande, on pourra consulter le livre de Jakez Cornou et Bruno Jonin  : L'Odyssée du vaisseau « Les Droits de l'Homme » (éditions DUFA).
  3. Villefranche, un destin maritime : numéro spécial de Nice Historique (no 1-2 102e année), Academia Nissarda, ISSN 1141-1791.
  4. Présentation de ce Défi dans le Chasse-Marée no 103.
  5. Exemple : Rencontre des yoles de Bantry de Méditerranée organisée par l'équipage de la yole Laïssa Ana ; la manifestation a fait l'objet d'un article dans la revue Chasse Marée no 184, pages 70 et 71.
  6. Une Yole pour Villefranche.
  7. Rescrit fiscal du 13 juin 2016. L'association est habilitée à délivrer des reçus permettant des déductions fiscales pour les dons sans contrepartie.
  8. Le Label BIP (Bateau d’intérêt patrimonial).
  9. Arrêté du 22 janvier 2013 portant labellisation et exonération du droit annuel de francisation et de navigation des bateaux d'intérêt patrimonial NOR: BUDD1319706A.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Site du bateau[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :