LISER

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

LISER
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
(en) LISERVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Pays
Coordonnées
Organisation
Site web
Identifiants
TVA européenne

Le LISER (dénomination complète : Luxembourg Institute of Socio-Economic Research) est un centre de recherche en sciences sociales basé à Esch-sur-Alzette. Il s'agit de l'ancien CEPS/INSTEAD (dénomination complète : Centre d'études de populations, de pauvreté et de politiques socio-économiques / International networks for studies in technology, environment, alternatives, development[1])

Initié en 1989 et créé en 2014, le LISER est un institut de recherche public situé au Luxembourg sous la tutelle du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Intégré dans un cadre juridique unifié (loi du 3 décembre 2014), le LISER a pour missions d'entreprendre des recherches fondamentales et appliquées en sciences sociales qui visent à faire progresser la science, à soutenir les politiques publiques (au niveau national et européen) et à informer la société.

Recherche[modifier | modifier le code]

Le LISER contribue à l'avancement des connaissances scientifiques en matière sociale et économique. Les activités des trois départements de recherche du LISER ("Conditions de vie", "Marché du travail" et "Développement urbain et mobilité") se concentrent sur les cinq domaines d'excellence en lien avec l’analyse du tissu social, du tissu économique et du développement spatial :

(1) Politiques publiques, protection sociale et inégalités socio-économiques

(2) Politiques publiques et marchés du travail

(3) Relations employeur-employé

(4) Politiques urbaines

(5) Mobilité spatiale

Parallèlement, l'Institut s'aligne sur les priorités nationales et européennes et favorise l'interdisciplinarité de ses équipes en concentrant ses travaux de recherche sur trois programmes de recherche prioritaires : "Crossing Borders", "Health and Health Systems" et "Digital Transformation".

Le LISER héberge deux infrastructures complémentaires clés, moteurs de son développement et de son excellence en matière de recherche.

Le centre de données (DataCenter), qui comprend deux piliers, l’infrastructure de collecte de données (collecte directe et indirecte) et l’infrastructure d'archivage et de gestion des données.

  • Le centre d’économie comportementale et expérimentale se consacre à l'étude de la prise de décision humaine dans des environnements contrôlés. Son approche expérimentale contribue à améliorer la compréhension du comportement humain dans une grande variété de contextes socio-économiques.
  • Le LISER se veut un institut de recherche socio-économique de renommée internationale spécialisé dans l'analyse des changements sociétaux. Grâce à ses recherches interdisciplinaires et pluridisciplinaires, il contribue de manière proactive et ciblée au développement durable et inclusif des sociétés aux niveaux national et international.


Marché du travail[modifier | modifier le code]

La mission principale du département est de produire des recherches à la fois excellentes et impactantes, et plus particulièrement d'analyser les effets des politiques publiques et des changements sociétaux sur l'emploi et sur le lieu de travail.

Les thèmes clés du département s'articulent autour :

  • De l'impact des politiques publiques sur l'emploi dans un contexte de forte mobilité transfrontalière et ;
  • De l'impact des défis socio-économiques actuels (tels que les transformations numériques, la diversité et le vieillissement des effectifs) sur les modes d'organisation et de performance des entreprises, les compétences et comportements des salariés, les relations professionnelles. Ces questions sont d'actualité et pertinentes tant pour le Luxembourg que pour l'Union européenne.

La recherche du département est multidisciplinaire (économie, statistique, sociologie, sciences politiques, droit) et fait appel à divers outils (évaluation des politiques, méthodes quantitatives, expérimentales et qualitatives). Par l'intermédiaire de l'Observatoire du marché du travail, le département utilise son infrastructure et ses compétences de recherche pour conseiller les décideurs politiques et informer le public des nouvelles découvertes dans ces domaines.

Conditions de vie[modifier | modifier le code]

La mission du département est de produire une recherche de haut niveau scientifique et pertinente sur le plan social sur les " Politiques publiques, le bien-être et les inégalités socio-économiques ".

L'objectif du département est de contribuer, par l'analyse de questions politiques pertinentes, à une meilleure compréhension des facteurs d'inégalité, de pauvreté et de cohésion sociale, à court et à long terme, ainsi que du rôle, de l'efficacité et de la durabilité des politiques sociales et de l'État.

Le département est par nature interdisciplinaire et multidisciplinaire, et se caractérise par une expertise internationale, scientifique et académique reconnue en matière de mesure (par exemple, inégalité, égalité des chances, suivi social) et d'évaluation politique ex-ante (microsimulation) et ex-post.

Plus spécifiquement, le département étudie les multiples dimensions de la vie des individus et des familles qui sont au cours des causes et des conséquences des inégalités, de la petite enfance à la vieillesse, en passant par l'éducation, la fécondité et la formation familiale, de l'emploi à la retraite. La recherche qualitative, généralement fondée sur des enquêtes, examine le revenu des ménages, la richesse, l'inégalité, la pauvreté et l'inclusion sociale sous divers angles. L'évaluation de l'impact des politiques socio-fiscales, familiales, éducatives, de santé, de retraite et sociales sur les conditions de vie fait partie intégrante du programme de recherche du département.

Le département contribue également aux programmes de recherche multidisciplinaires et interdisciplinaires de l'Institut :

  • La contribution au programme de recherche interdisciplinaire "Health & Heath Systems" est actuellement centrée sur l'impact du vieillissement sur l'état de santé de la population et ses effets économiques subséquents, ainsi que sur l'analyse des inégalités de santé.
  • La contribution au programme de recherche interdisciplinaire "Digital Transformation" couvre des questions liées à l'avenir de la protection sociale (par exemple, le revenu de base) ou à l'introduction de nouvelles méthodologies dans l'éducation (par exemple, la plate-forme d'apprentissage numérique).
  • La contribution au programme de recherche interdisciplinaire "Crossing Borders" couvre des thèmes tels que l'égalité des chances et la mobilité sociale. Les conséquences d'un nombre croissant de migrants et de travailleurs frontaliers sur l'État-providence, la cohésion sociale, les préférences en matière de redistribution et un système éducatif multilingue sont étudiées.

Développement urbain et mobilité[modifier | modifier le code]

L'objectif du département est de jouer un rôle de premier plan dans la recherche universitaire et sociétale interdisciplinaire et intersectorielle, à l'échelle internationale et nationale. L'objectif est de fournir une compréhension de la vie urbaine et du fonctionnement des zones urbaines, des implications pour la durabilité des villes ainsi que de la qualité de vie de leurs habitants et de leurs visiteurs, et d'identifier des voies efficaces au niveau individuel et urbain pour stimuler la vitalité et la qualité de vie urbaines.

Les principaux thèmes à l'ordre du jour de la recherche sont le logement, le développement des centres financiers, le développement spatial, l'intégration métropolitaine transfrontalière, les mobilités locales et transfrontalières, la santé publique et les villes intelligentes. Les deux observatoires, l'un sur le logement et l'autre sur le développement spatial, y compris l'expertise en SIG, constituent une base importante pour la recherche.

Le département UDM contribue également aux trois programmes de recherche interdisciplinaires :

Les questions transfrontalières sont au cœur de nombreuses études du Ministère. L'analyse des flux transfrontaliers et des relations avec les facteurs politiques, sociaux, culturels, économiques et institutionnels favorise de multiples collaborations avec le programme interdisciplinaire « Crossing Borders ».

L'UDM a développé de solides compétences dans la recherche sur les implications sanitaires de la mobilité et de l'exposition en milieu urbain et dans les interventions sanitaires, qui seront encore étendues pour contribuer de manière optimale au programme interdisciplinaire « Health and Health Systems ».

Dans une société numérisée, Internet et les smartphones offrent la possibilité de participer à des activités électroniques d'une manière moins contrainte par le temps et le lieu. En outre, la mise en œuvre de véhicules automobiles pourrait modifier la mobilité quotidienne. Les implications sociales et spatio-temporelles d'une société numérisée seront un axe de recherche pour le programme interdisciplinaire « Digital Transformation ».

Crossing borders[modifier | modifier le code]

La libre circulation des personnes au sein de l'UE, les disparités économiques entre les régions, la mondialisation, les bouleversements géopolitiques, démographiques, culturels ou climatiques sont autant de facteurs qui, sur les dernières décennies, ont amené un nombre croissant de personnes à traverser les frontières. Ces mouvements prennent différentes formes telles que les migrations internationales, les mouvements de travailleurs frontaliers, les flux de réfugiés ou encore les migrations illégales. Ils engendrent des défis importants pour les pays de l'UE, avec des implications variées en matière de salaire et d'emploi, de finances publiques, de cohésion sociale et de gouvernance régionale dans les zones frontalières. Dans ce contexte, il est important de développer des outils permettant de mesurer ces mouvements, d'améliorer la compréhension de leurs causes et de leurs conséquences, et de fournir une base scientifique solide pour mener des politiques appropriées.

Le programme de recherche interdisciplinaire Crossing Borders a pour objectifs d'initier, de coordonner et de développer des recherches sur les enjeux liés à la mobilité transfrontalière des personnes au sein du LISER. Le programme vise entre autres à...

i) Documenter la taille et la composition des mouvements migratoires passés et contemporains, et analyser leurs déterminants. ii) Identifier des sources de données innovantes pour étudier les interactions entre les différentes formes de mobilité. iii) Analyser les conséquences économiques et sociétales de ces mouvements dans les régions d'origine et de destination. (iv) Construire des outils de projection pour anticiper les mouvements futurs. (v) Développer des outils pour aider les décideurs politiques à maximiser les bénéfices et/ou minimiser les coûts associés aux mouvements de personnes dans les pays européens en général, et au Luxembourg en particulier. vi) Produire des bases de données et des analyses scientifiques qui permettent aux décideurs et à la société civile de mieux comprendre les forces en vigueur et les conséquences des décisions politiques. (vii) Contribuer à la formation doctorale sur ces questions.


Health and health systems[modifier | modifier le code]

L'un des dix-sept objectifs des Objectifs de développement durable (ODD) adoptés par l'ONU en 2015 est de " permettre à chacun de vivre en bonne santé et de promouvoir le bien-être de tous à tout âge".

Les conditions environnementales, sociales et économiques dans lesquelles les individus vivent, travaillent et développent leurs activités quotidiennes influencent la majorité des facteurs de risque et des conditions de santé de la population - représentant souvent les " causes des causes " de la maladie. Ainsi, une situation de pauvreté tend à limiter les possibilités d'adopter des comportements favorisant une bonne santé (ex. : alimentation saine, activité physique, etc.), de vivre dans des milieux sains (sécurité, santé, pollution), d'accéder aux moyens de se réaliser (éducation, relations sociales), d'accéder à des services de santé et de soins prolongés de qualité.

Le programme interdépartemental de recherche sur la santé et les systèmes de santé vise à coordonner, développer et contribuer aux travaux liés à la santé menés au sein et entre les trois départements du LISER. Le travail se concentre principalement sur les aspects quantitatifs, sociaux, économiques et environnementaux de la santé, en exploitant l'expertise et l'infrastructure du LISER.

Le LISER contribuera à la réalisation de cet objectif en développant une recherche multidisciplinaire de haute qualité sur un large éventail de sujets, notamment :

(i) Les inégalités socio-économiques et spatiales en matière de santé des individus et des populations. ii) Les déterminants socio-économiques et environnementaux de la santé. iii) Les conséquences socio-économiques de la santé. iv) L'économie des comportements liés à la santé. (v) L'évaluation rigoureuse - en termes d'efficacité ainsi que (si possible) d'"optimisation des ressources" - des politiques susceptibles d'influencer directement ou indirectement ces déterminants, et ; vi) L'évaluation de la performance du système de santé.


Digital transformation[modifier | modifier le code]

Tout comme la révolution industrielle des deux derniers siècles, la révolution numérique transforme notre vie quotidienne de même que le fonctionnement de nos systèmes sociaux et économiques. Les individus utilisent de plus en plus les technologies de l'information et des communications dans leur vie quotidienne ; de nouveaux biens et services se développent à un rythme de plus en plus rapide et nos façons de communiquer, d'apprendre, de se déplacer, d'acheter, de vendre et même de consommer des biens et services sont considérablement affectées par la transformation numérique de nos sociétés.

Les implications de la transformation numérique iront inévitablement au-delà des marchés du travail et auront un impact direct et indirect sur nos systèmes de protection sociale ainsi que sur nos façons de concevoir l'éducation et la formation des prochaines générations.

Digital Transformation est un programme de recherche transversal interdépartemental qui vise à étendre l'utilisation de la modélisation mathématique et de l'optimisation aux systèmes socio-économiques complexes afin d'obtenir des modèles descriptifs et normatifs capables de définir/évaluer les politiques socio-économiques ainsi que de prévoir leur impact. Son objectif principal est de relier les données aux décisions de manière à résoudre efficacement ces problèmes, à prendre des décisions plus judicieuses et à avoir un impact positif sur la société.

Le programme exploite largement l'analyse, la modélisation quantitative et l'informatique pour aborder des problèmes pratiques dans différents domaines allant de la finance à l'éducation, en passant par les soins de santé, les transports, les télécommunications et la médecine personnalisée.

Ce programme de recherche transversal couvre les grands domaines de recherche suivants :

  • Optimisation discrète et robuste
  • Programmation mathématique
  • Algorithmes combinatoires et graphiques-théoriques
  • Conception et analyse des algorithmes
  • Développement de techniques d'optimisation à grande échelle

Data Centre[modifier | modifier le code]

Le LISER a traditionnellement occupé une position prédominante au Luxembourg en ce qui concerne les enquêtes en face-à-face. Son portefeuille comprend à la fois des enquêtes administratives pour les institutions luxembourgeoises et européennes, tout autant que des enquêtes utilisées pour la recherche par des chercheurs internes et des collaborateurs de recherche externes.

Aujourd'hui, le Data Centre vise à collecter des données pour des études scientifiques afin de les mettre à la disposition des chercheurs, des acteurs politiques et des autres partenaires de la société. Grâce à son expertise en matière de méthodologies d'enquêtes et de statistiques, le Data Centre est un acteur unique au Luxembourg pour les chercheurs et décideurs dans le développement de projets de recherche et d'actions sur le terrain.

En tant qu'infrastructure de recherche pour la collecte et l'archivage de données en sciences sociales, le centre a pour objectifs :

  • Soutenir les chercheurs du LISER ainsi que le milieu de la recherche en sciences sociales, à l'échelle locale et internationale, grâce à sa capacité unique de collecte de données. En apportant une expertise opérationnelle et scientifique basée sur des méthodes et des techniques de pointe et innovantes, le Data Center contribue à la production d'une recherche de qualité et à l'élaboration de solutions efficaces aux grands défis de la société.
  • Offrir une plate-forme référencée et fiable avec des outils et des services qui permettent aux producteurs et aux utilisateurs de données de partager, trouver et accéder facilement à des données réutilisables et interopérables. Cela répond aux besoins croissants de la science ouverte tout en respectant la sécurité, l'intégrité et la confidentialité de l'information en jeu.

Parmi les enquêtes en cours figurent l'enquête sur les ménages, les finances et la consommation (EFMS), l'enquête sur les finances et la consommation des ménages - travailleurs transfrontaliers (EFTS-XB) et les statistiques de l'Union européenne sur le revenu, la huitième vague SHARE et les conditions de vie (EU-SILC 2019).

Behavioural and experimental economics[modifier | modifier le code]

Le LISER a commencé à investir dans l'économie comportementale et expérimentale en 2015, avec la création de " LISER-LAB ", un laboratoire ultramoderne composé de 32 ordinateurs en réseau et d'un groupe d'environ 1 000 étudiants universitaires, pour mener des expériences économiques.

Le Centre d'économie comportementale et expérimentale du LISER a été créé en 2019 avec pour objectif de :

  • Produire des recherches universitaires de premier ordre qui peuvent intéresser non seulement les chercheurs universitaires, mais aussi les décideurs nationaux et internationaux. Pour atteindre cet objectif, le Centre établit des partenariats à long terme avec des intervenants des secteurs public et privé qui permettront aux chercheurs de coproduire des recherches avec des partenaires non universitaires et de poursuivre des activités de recherche de subventions.
  • Elargir l'éventail des méthodes expérimentales du LISER en créant une plate-forme permettant de mener des expériences en ligne à grande échelle, en utilisant comme participants à la recherche des membres de la population résidant au Luxembourg.
  • Maximiser la visibilité internationale en positionnant le Centre et le LISER au sein d'un riche réseau universitaire, composé de centres d'excellence internationaux en économie expérimentale et comportementale.

Les intérêts des chercheurs vont de l'étude de la moralité et des normes sociales, et de leur interaction avec l'environnement intuitif et culturel dans lequel ils évoluent, aux préjugés comportementaux qui influent sur la participation au marché du travail et ses résultats (particulièrement en ce qui a trait aux questions de genre). Le groupe a publié des articles dans plusieurs revues universitaires de premier ordre, notamment American Journal of Political Science, Econometrica, Economic Journal, European Economic Review, Experimental Economics, Games and Economic Behavior, Journal of Economic Behavior and Organization, Journal of the European Economic Association, Journal of Public Economics, Management Science et Proceedings of the National Academy of Sciences.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1978, le professeur Gaston Schaber (de) fonde l'asbl privée Groupe d'étude pour les problèmes de la pauvreté afin d'étudier la pauvreté persistante dans les pays industrialisés[2].

Ce groupe élargit progressivement son champ d'études et devient le Centre d'études, de populations, de pauvreté et de politiques socio-économiques en 1982, puis le CEPS/INSTEAD en 1985[3]

En 1989, le CEPS/INSTEAD est créé en tant qu'établissement public. Vers 2012, environ 60 % de son budget provient d'une dotation ministérielle, le solde étant obtenu par le biais de contrats[4].

Il est reconnu par la Commission européenne comme l'un des cinq large scale facility dans le domaine des sciences socio-économiques en 1995[3] et comme une infrastructure de recherche européenne majeure en 2001[5].

Le , CEPS/INSTEAD change à nouveau de nom et devient LISER.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En bref, sur le site du CEPS/INSTEAD.
  2. (en) Gaston Schaber, « CPES/INSTEAD », EURODATA Newsletter, no 2,‎ , p. 12-14 (ISSN 0947-9260, lire en ligne)
  3. a et b (en) CEPS/INSTEAD: at the forefront of research in economic and social sciences, 1er novembre 2003.
  4. Alain Ducat, « L’avenir du CEPS ? Serein, pour le ministre », paperJam,‎ (lire en ligne)
  5. (en) About the history of the IMPALLA programme

Liens externes[modifier | modifier le code]