L'Homme au masque de fer (film, 1998)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'Homme au masque de fer

Titre original The Man in the Iron Mask
Réalisation Randall Wallace
Scénario Randall Wallace
Musique Nick Glennie-Smith
Acteurs principaux
Sociétés de production United Artists
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Cape et épée
Durée 132 minutes
Sortie 1998

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L’Homme au masque de fer (The Man in the Iron Mask) est un film de cape et d'épée américano-britannique écrit et réalisé par Randall Wallace et sorti en 1998. Il s'inspire de l’œuvre d'Alexandre Dumas, en particulier du roman Le Vicomte de Bragelonne faisant suite aux Trois Mousquetaires et Vingt Ans après. Il s'inspire également de l'homme au masque de fer.

Le film reçoit des critiques mitigées de la presse mais est un succès commercial avec 183 millions de dollars récoltés au box-office.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Paris, 1662. Athos, Porthos et Aramis sont désormais à la retraite. Seul D'Artagnan est encore au service des mousquetaires du roi Louis XIV. Or, ce dernier est un monarque au caractère froid et impitoyable, se préoccupant davantage des frivolités de la Cour que de la misère de son peuple, qui souffre de la guerre face aux Hollandais. Le roi veut séduire Christine, la fiancée du fils d'Athos, Raoul. Pour cela, le roi n'hésite pas à envoyer le jeune homme à la guerre où ce dernier trouve la mort. Les trois anciens mousquetaires décident alors de se venger du souverain. Pour ce faire, Aramis a fomenté un plan. Sur l'île Sainte-Marguerite, les mousquetaires vont aller libérer Philippe, fils caché d'Anne d'Autriche et frère jumeau parfaitement identique du roi.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Coproducteurs : René Dupont et Paul Hitchcock
Producteurs délégués : Alan Ladd Jr. et Frank Mancuso

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Randall Wallace voulait Anthony Hopkins pour incarner Aramis, mais l'acteur est pris par Le Masque de Zorro (1998). Sam Neill ou encore Alan Rickman seront envisagés avant que le choix se porte sur Jeremy Irons. Kevin Kline a quant à lui refusé le rôle d'Athos[2].

Le film a été tourné en France au château de Fontainebleau, au château de Vaux-le-Vicomte, dans le Vieux Mans ainsi qu'au logis de Fontenay à Fontenay-sur-Vègre. Certaines scènes représentant le palais du Louvre ont été tournées aux studios d'Arpajon[3]. Pour des raisons financières, le château de Versailles n'a pas été utilisé par la production[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Il a reçu un accueil plutôt défavorable, recueillant 33 % de critiques positives, avec une note moyenne de 5,410 et sur la base de 36 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[5]. Sur Metacritic, il obtient un score de 48100 sur la base de 18 critiques collectées[6].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a connu un important succès commercial, rapportant environ 182 968 902 $ au palmarès mondial, dont 56 968 902 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 35 000 000 $[7]. En France, il a réalisé 2 291 139 entrées[1].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
56 968 902 $[7] - -
Drapeau de la France France 2 291 139 entrées[1] - -

Monde Total mondial 182 968 902 $[7] - -

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

(en) Récompenses pour L'Homme au masque de fer sur l’Internet Movie Database

Autour du film[modifier | modifier le code]

D'Artagnan est présenté dans le film comme ayant été l'amant d'Anne d'Autriche, ce qui n'est nullement le cas dans Le Vicomte de Bragelonne et les œuvres précédentes de Dumas.

Le roi Louis fait assassiner Raoul afin d'obtenir de facto sa fiancée, Christine. Pour cela, il l'envoie à la mort parmi les premières lignes sur le front anglais. Il fait ensuite installer Christine dans ses appartements. Cette intrigue est sans nul doute inspirée du Deuxième Livre de Samuel. En effet, au chapitre 11, le roi David est séduit par une femme prénommée Bethsabée, qu'il obtient en envoyant son mari Urie à la mort. Le dénouement final n'est toutefois pas le même.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]