L'Herbergement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Herbergement
La gare de L'Herbergement - Les Brouzils.
La gare de L'Herbergement - Les Brouzils.
Blason de L'Herbergement
Blason
L'Herbergement
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Aizenay
Intercommunalité Terres-de-Montaigu, communauté de communes Montaigu-Rocheservière
Maire
Mandat
Marc Préault
2014-2020
Code postal 85260
Code commune 85108
Démographie
Gentilé Herbergementais / Herbergementaise
Population
municipale
3 066 hab. (2014)
Densité 181 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 54′ 36″ nord, 1° 22′ 33″ ouest
Altitude 58 m
Min. 39 m
Max. 72 m
Superficie 16,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
L'Herbergement

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
L'Herbergement

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Herbergement

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Herbergement
Liens
Site web Site officiel

L'Herbergement est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire. Ses habitants sont les Herbergementais et Herbergementaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de L’Herbergement s’étend sur 1 693 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 58 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 39 et 72 mètres[1],[2].

A environ 23 minutes de La Roche-sur-Yon, à environ 37 minutes de Nantes et à environ 13 minutes de Montaigu.

Environnement[modifier | modifier le code]

L'Herbergement a obtenu deux fleurs au Concours des villes et villages fleuris (palmarès 2007).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les découvertes d'une hache polie a permis d'attester la présence de l'Homme en ce lieu à la période du Néolithique.

D'autre part, les Celtes ont laissé sur leur passage une pièce de monnaie gauloise en electrum. Les traces des Romains sont nettement plus visibles grâce au tracé de la route des Lucs-sur-Boulogne à Saint-Georges-de-Montaigu. À partir de ce moment, L'Herbergement devint un carrefour important avec des voies secondaires, et surtout une halte établie, avec des commerces, près d'un camp militaire.

Au début du XIe siècle, deux mottes castrales furent édifiées, l'une au centre du bourg actuel et l'autre au lieudit la Motte. En 1176, une paroisse est attestée sous le nom de Abergamento Anterii, que l'on pourrait traduire par L'Herbergement Entier. Puis un peu plus tard, vers la fin du XIIe siècle, des fortifications furent édifiées autour de quelques maisons du bourg et de la première église. Ces ouvrages, aujourd'hui disparus, entouraient également une maison forte abritant la seigneurie locale.

Ce n'est qu'à la fin du XIVe siècle que le château fut édifié. Situé hors de l'enceinte de la commune, il était entouré de douves, et prit le nom de Bois-Chollet.

Cependant, en 1568, lors des guerres de religion, le château et l'église subirent une destruction partielle. L'année suivante, le roi Charles IX dota le bourg d'une foire qui se perpétue encore de nos jours.

En 1744, le château est agrandi, mais à nouveau ravagé en 1794, ainsi que l'église, par les colonnes infernales du général Étienne Jean-François Cordellier-Delanoüe, pendant les guerres de Vendée. Le château est partiellement reconstruit en 1820 et l'église en 1896. À partir de 1864, l'arrivée du train permet un renouveau de la vocation commerciale de L'Herbergement.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier, d'azur au cerf arrêté d'or ; au second, de gueules aux quatre fusées d'or accolées en fasce, accompagnées de huit besants du même rangés, quatre en chef et quatre en pointe ; à l'épée haute d'argent garnie d'or brochant sur la partition.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de L'Herbergement : Fidélité et progrès.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1987 Martial Caillaud CD puis UDF conseiller général du canton de Rocheservière (1973-1987)
mars 1989 mars 2001 Roger Martineau[Note 1] Sans étiquette  
mars 2001 mars 2008 Jean Lanoue Sans étiquette  
mars 2008 en cours Marc Préault[Note 2],[3] Divers droite retraité
Les données manquantes sont à compléter.


L'Herbergement appartient à la première circonscription de la Vendée.

Alain Lebœuf est le député actuel. C'est sa première élection en tant que député de cette circonscription.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 3 066 habitants, en augmentation de 13,81 % par rapport à 2009 (Vendée : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
184 225 310 304 346 351 366 386 416
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
423 447 518 550 598 594 598 600 612
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
627 642 552 593 579 617 661 695 857
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
1 414 1 531 1 654 1 706 1 896 2 632 2 989 3 066 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2010, L'Herbergement comptait 2 733 habitants (soit une augmentation de 39 % par rapport à 1999). La commune occupait le 3 866e rang au niveau national, alors qu'elle était au 4 849e en 1999, et le 56e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 20,5 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 18,2 %, plus de 60 ans = 13,5 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 19,1 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 17,1 %, plus de 60 ans = 19,1 %).
Pyramide des âges à L'Herbergement en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,2 
4,6 
75 à 89 ans
8,0 
8,7 
60 à 74 ans
9,9 
18,2 
45 à 59 ans
17,1 
24,8 
30 à 44 ans
22,4 
20,5 
15 à 29 ans
19,1 
23,0 
0 à 14 ans
22,3 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune héberge le siège de VM Matériaux.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Madeleine[modifier | modifier le code]

Bâtie en 1896, l'église actuelle remplace celle datant du XIIe siècle qui avait subi des actes de vandalisme. Les seigneurs du château du Bois Cholet y étaient inhumés jusqu'à la suppression des droits féodaux.

Le château[modifier | modifier le code]

Le château du Bois Cholet, incendié par les Colonnes Infernales pendant les guerres de Vendée, est reconstruit en 1820. Il subsiste des douves, une partie des communs et un pavillon du XVIIIe siècle. L'entrée principale est précédée d'une avenue de 250 m. Cette propriété est toujours habitée de nos jours.

Autres lieux[modifier | modifier le code]

  • Foyer logement Martial-Caillaud
  • Bibliothèque municipale
  • Centre périscolaire
  • Écoles maternelles et primaires, privées et publiques
  • Fête Renaissance tous les deux ans (années impaires) le 1er dimanche de septembre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1995.
  2. Réélu en 2014.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 25578 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « L’Herbergement », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 20 mai 2011)
  9. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 20 mai 2011)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]