L'Exercice de l'État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Exercice de l'État
Réalisation Pierre Schoeller
Scénario Pierre Schoeller
Acteurs principaux
Sociétés de production Archipel 35
Les Films du Fleuve
France 3 Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Drame
Durée 115 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L’Exercice de l’État est un film franco-belge écrit et réalisé par Pierre Schoeller, sorti le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le gouvernement français mène un plan de privatisation de gares ferroviaires. Le ministre des transports, Bertrand Saint-Jean, est appelé à jouer un rôle majeur dans cette réforme. Pourtant il la désapprouve, tout comme son équipe, en particulier son directeur de cabinet Gilles.

Bertrand est tiraillé entre sa fidélité au premier ministre et à ses convictions. Il continue à espérer que le président interviendra et imposera une réforme atténuée, car la privatisation est très impopulaire. Devant les hésitations de Bertrand, son équipe menace de démissionner.

Le premier ministre décide que cinq gares secondaires serviront d'expérience pour la réforme. Mais la pression sur Bertrand est telle que dans un cauchemar, il se suicide après avoir reçu la liste, comprenant cinq des plus prestigieuses gares françaises. Finalement, Gilles vient assurer Bertrand qu'il restera à ses côtés jusqu'au bout dans son combat pour mener la réforme tout en la rendant la plus acceptable possible.

Le président convoque alors Bertrand pour présenter sa décision. Mais loin d'atténuer la réforme, il la valide telle quelle et ne laisse aucun pouvoir à Bertrand pour l'aménager : son rôle sera uniquement de défendre la réforme face aux opposants.

Opposé à cette réforme, Gilles demande sa réintégration dans la Préfectorale dont il est issu. C'est en attendant sa nomination qu'il apprend d'un Bertrand enjoué que ce dernier n'est plus ministre des Transports, mais de L'emploi et des Affaires sociales. Bertrand demande à Gilles de rester avec lui pour « accomplir de grandes choses », mais le premier ministre demande à Bertrand « du sang neuf » en lui présentant une liste de possibles directeurs de cabinet qui exclut spécifiquement Gilles.

Le film s'achève sur l'image de Bertrand et Gilles à l'Élysée, découvrant à la télévision le saccage de la sous-préfecture de Compiègne par des grévistes de Continental (fait réel du 21 avril 2009) et comprenant que le nouveau poste sera aussi désagréable que le précédent. La dernière image montre Gilles quittant seul le palais de l'Élysée. Bertrand est désormais seul.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production du film[modifier | modifier le code]

Olivier Gourmet incarne Bertrand Saint-Jean, le ministre des Transports.

Pour préparer son rôle, Olivier Gourmet a suivi pendant une journée le ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élise Domenach et Franck Garbarz, « Entretien avec Olivier Gourmet : Raconter des choses avec ma main, ma nuque, mon dos », Positif « 60 ans de comédiens », no 617-618,‎ , p. 53-56
  2. Le Masque et la Plume, émission du 19 février 2012 sur France Inter, voir en ligne
  3. « "L'Exercice de l'Etat" primé sur France Inter », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  4. « Treize nominations pour «Polisse» aux Césars », Libération,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]