L'Astrolabe (navire polaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Astrolabe.
L'Astrolabe en train de quitter l'Antarctique.

L'Astrolabe est un navire polaire français qui assurait la logistique de la Terre Adélie en Antarctique et celle des missions scientifiques françaises dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

Historique[modifier | modifier le code]

Le navire a repris le nom de deux navires de célèbres explorateurs français, L'Astrolabe de La Pérouse et L'Astrolabe de Dumont d'Urville.

Propriété de P&O Maritime[1],[2], il est affrété par l'administration des TAAF et par l'Institut polaire français - Paul Émile Victor (IPEV). Il est immatriculé sous le pavillon des Kerguelen. Il peut transporter 48 passagers dans treize cabines. Long de 65 mètres pour 12,80 mètres de largeur et 4,80 mètres de tirant d'eau, il possède une plateforme pour deux hélicoptères de type Écureuil AS-350. Il est classé A1 super, navire polaire à capacité glace[3].

Il assurait ses rotations pendant l'été austral vers la base Dumont d'Urville depuis le port d'Hobart en Tasmanie jusqu'à début 2017.

L'Astrolabe sera remplacé à l'été 2017 par le nouveau Polar Logistic Vessel (PLV) commandé en 2015 aux chantiers Piriou de Concarneau[4] qui reprend son nom[5]. Suite à sa dernière rotation début 2017, il va désormais entamer une nouvelle carrière en Papouasie-Nouvelle-Guinée, il a été racheté pour 300.000 dollars par l'ONG américaine YWAM (Youth with a Mission) et renommé YWAM Liberty, sa nouvelle mission consistera à participer au ravitaillement des îles très isolées, de l'archipel de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Accident mortel[modifier | modifier le code]

Le , un de ses hélicoptères Écureuil AS-350 à bord duquel se trouvaient un pilote, un mécanicien et deux membres de l'IPEV, s'est écrasé sur la banquise en raison des mauvaises conditions météo à environ 100 km de la base Dumont d'Urville, ne laissant aucun survivant[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L’Astrolabe », sur www.pomaritime.com (consulté le 24 septembre 2015)
  2. « L’Astrolabe », sur www.taaf.fr (consulté le 24 septembre 2015)
  3. « L’Astrolabe », sur www.institut-polaire.fr (consulté le 24 septembre 2015)
  4. « Piriou construira le successeur de l'Albatros et de l'Astrolabe », sur www.meretmarine.com, (consulté le 24 septembre 2015)
  5. « TAAF Le futur PLV devrait reprendre le nom d'Astrolabe », sur www.meretmarine.com, (consulté le 24 septembre 2015)
  6. « Pas de survivants au crash d'un hélicoptère français dans l'Antarctique », sur www.lemonde.fr, (consulté le 24 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :