L'Aimée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'Aimée
Réalisation Arnaud Desplechin
Scénario Arnaud Desplechin
Acteurs principaux

Arnaud Desplechin
Robert Desplechin

Sociétés de production Why Not Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Documentaire
Durée 66 min
Sortie 2007


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Aimée est un film documentaire français, réalisé par Arnaud Desplechin, sorti en 2007. Le film est présenté à la 64e Mostra de Venise le avant sa sortie parisienne au Cinéma du Panthéon le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Arnaud Desplechin filme son père Robert, son frère Fabrice et ses neveux dans la maison familiale de Roubaix à la veille de la vente de celle-ci. Le réalisateur interroge son père sur son enfance, le lien à sa mère Thérèse morte de la tuberculose dans sa petite enfance, et les relations familiales des Desplechin en lien avec la maison héritée de Roubaix. Le film est la deuxième expérience « documentaire » du cinéaste après le travail sur Léo, en jouant « Dans la compagnie des hommes » et Unplugged, en jouant « Dans la compagnie des hommes ». Le film contient de nombreux éléments de repère permettant de décoder les autres films du cinéaste (La Vie des morts ; Léo, en jouant « Dans la compagnie des hommes » ; Esther Kahn, ainsi que les films à venir, notamment Un conte de Noël). Il fournit ainsi diverses clefs (maison familiale, architecture urbaine, cimetière, conversation entre père et fils, etc.) facilitant l'accès à son univers cinématographique et biographique.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil de la critique[modifier | modifier le code]

Pour Les Inrocks, qui traçent un parallèle original avec Sueurs froides (Vertigo) d'Alfred Hitchcock, il s'agit au départ d'un « banal récit familial du digne et pudique Robert, transmué par l’écriture romanesque et productrice de symboles de son fils [qui] prend soudain les allures d’une fiction, d’un grand film au sens infini, sans fond, plein de mystères, qui laisse l’imagination galoper à son aise » pour aboutir à un film « époustouflant et modeste, et tout simplement déchirant »[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film a obtenu le Grand Prix de la province autonome de Trente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Aimée, Cinémathèque française, consulté le 6 mai 2021.
  2. Jean-Baptiste Morain, « L’Aimée », Les Inrocks, 19 décembre 2007.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raphaël Oesterlé, « Ambiguïté du documentaire : la figure du double dans L’Aimée », Décadrages, no 28,‎ , p. 70-78 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]