L'Absie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Absie
L'Absie
Abbatiale Notre-Dame de L'Absie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Bressuire
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bocage Bressuirais
Maire
Mandat
Patricia Mimault
2020-2026
Code postal 79240
Code commune 79001
Démographie
Gentilé Absiens,Absiennes
Population
municipale
1 016 hab. (2018 en augmentation de 3,78 % par rapport à 2013)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 59″ nord, 0° 34′ 32″ ouest
Altitude 240 m
Min. 168 m
Max. 256 m
Superficie 13,02 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Cerizay
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
L'Absie
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
L'Absie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Absie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Absie
Liens
Site web www.absie.fr

L'Absie est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

L'Absie est située à l'ouest du département des Deux-Sèvres dans « la Gâtine », et proche des limites de la Vendée dans le « Haut-Bocage » vendéen.

L’altitude allant de 168 mètres à 256 mètres sur le massif granitique de la commune, l’altitude moyenne est de 212 mètres, la mairie se situant à 240 mètres d'altitude.

Il s'agit du bourg le plus élevé des Deux-Sèvres ; la Vendée y prend sa source en contre-bas, à quelques minutes à pied de la place de la mairie, en descendant vers Saint-Paul-en-Gâtine.

Le territoire municipal de la commune s'étend sur 1 302 hectares.

La commune est située au croisement des axes Niort-Cholet et La Roche-sur-Yon-Poitiers, elle occupe une position centrale au sein d'un triangle formé par les trois villes de Parthenay à 28 km, Bressuire à 25 km et Fontenay-le-Comte à 26 km.

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'Absie est desservie en autocars par le réseau Tréma (ligne 118) et par la ligne 13 du réseau régional.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

L'Absie est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (64,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (34,1 %), forêts (28,6 %), terres arables (20,8 %), prairies (9,4 %), zones urbanisées (5,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Absia en 1120.

Du latin abbatia, « abbaye », « monastère ayant à sa tête un abbé ».

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est un lieu de passage de deux voies romaines.

Un ermitage installé par Pierre de Bunt est remplacé par une abbaye bénédictine fondée vers 1120 par saint Giraud de Salles, par privilège d’Aliénor d'Aquitaine.

Au début du XIIIe siècle, les moines de L'Absie ont participé à l'assèchement du marais Poitevin. L'abbaye a beaucoup souffert de la guerre de Cent Ans. Au XVe siècle, les abbés d'Appelvoisin ont reconstruit l'abbatiale.

Du XIVe au XVIIe siècle, l'abbaye a dépendu de l'évêché de Maillezais ; elle passe dans l'évêché de La Rochelle à partir du XVIIe siècle.

Autrefois moins importante que La Chapelle-Seguin, L'Absie est devenue le chef-lieu de la commune le , sur ordonnance du roi Louis-Philippe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1973 1983 Fernand Gougeard    
1983 1995 Yvonne Limoge    
1995 2008 Paul Servant    
2008 2014 Bernard Micheneau[7]    
2014 juillet 2020 Michel Boudeau[8] UDI  
juillet 2020 En cours Patricia Mimault    
Les données manquantes sont à compléter.

Réalisations sous les mandats de Raymond Migaud[modifier | modifier le code]

Raymond Migaud a été maire de l'Absie de 1941 à 1973. En 1945, il décide de faire construire une salle des fêtes.[9] En 1954, le conseil municipal décide que les habitants de la commune s'appeleront les "Absiens". [10]En 1956, il fait réaliser un collège sur l'emplacement des anciennes écoles primaires[11]. Raymond Migaud a décidé de faire construire un bureau de poste le 27 novembre 1964.[12] Il a été inauguré en 1968[13]. En 1962, la construction d'un stade municipal est votée. [14]En 1975, le nouveau collège de l'Absie est inauguré, il est nommé Raymond Migaud en son honneur. [15]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2018, la commune comptait 1 016 habitants[Note 2], en augmentation de 3,78 % par rapport à 2013 (Deux-Sèvres : +0,85 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4005325296838018901 0311 1321 116
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2141 3611 3551 3961 5061 5491 6211 6761 668
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6521 6161 4961 3351 2561 2511 2831 2861 269
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 3251 3311 3711 3421 2551 0961 0551 041949
2018 - - - - - - - -
1 016--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abbatiale Notre-Dame de L'Absie. L'église actuelle présente une unique longue nef qui s'achève par un chœur plat à une seule travée. Haute de plus de 16 mètres, la nef est coupée par un transept débordant et couverte de voûtes gothiques. Le clocher supprimé au début du XIXe siècle a été reconstruit vers 1865-1870. À l'intérieur, des peintures murales datant de la fin du Moyen Âge représentent l'une la crucifixion, l'autre la messe de saint Grégoire « Le Grand ». L'église est classée aux monuments historiques depuis 1932. Subsiste entre autres de cet ensemble l'ancien logement du prieur (propriété privée), long bâtiment rectangulaire à toiture à deux pentes dont deux portes (une est datée de 1630) sont surmontées de blasons martelés, probablement lors de la Révolution de 1789; parmi les éléments de décor intérieur d'origine, la chambre lambrissée dite "du Prieur" au manteau de cheminée orné de petites peintures religieuses anciennes, un escalier central à rampes droites à balustres plats et plusieurs portes en bois mouluré à doubles battants; la propriété close de murs possède un grand vivier maçonné et un étang.
  • Jardin des Abiès; ce jardin de 2,5 hectares unique en son genre, permet de voir quelque 70 variétés d'Abiès depuis le sapin des Vosges jusqu'au sapin de Corée. La culture d'essences originales telles que conifères et plantes acidophiles exigeantes en eau est rendue possible grâce à un microclimat particulier.
  • Salle Polyvalente des Halles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Sunny (?-2007), cascadeur, enterré au cimetière de L'Absie;
  • Louis Garaud, avocat aux Conseils, fils d'un professeur de Droit qui fut doyen de la faculté de Poitiers; époux de Marie-France Garaud (née à Poitiers en 1934), femme politique qui fut proche du juriste et homme politique Jean Foyer, conseillère de Georges Pompidou, puis forma avec Pierre Juillet, le duo de "mentors" du jeune Jacques Chirac.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de L'Absie Blason
« De gueules à la herse d'or. »
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  7. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  8. L'ABSIE Michel Boudeau élu maire, sur La Nouvelle République
  9. Délibérations du conseil municipal du 11 mars 1945
  10. Délibérations du conseil municipal du 13 Décembre 1954
  11. Délibérations du conseil municipal de 1956
  12. Délibérations du conseil municipal du 27 novembre 1964
  13. Délibérations du conseil municipal du 12 Novembre 1968
  14. Délibérations du conseil municipal du 26 Novembre 1962
  15. Délibérations du conseil municipal du 4 Aout 1975
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.