L'Été de cristal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Été de cristal
image illustrative de l’article L'Été de cristal
L'Alexanderplatz de Berlin pendant les Jeux olympiques de 1936

Auteur Philip Kerr
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Roman policier historique
Version originale
Langue Anglais britannique
Titre March Violets
Éditeur Viking Press
Lieu de parution Londres
Date de parution 1989
ISBN 9780670824311
Version française
Traducteur Gilles Berton
Éditeur Le Masque
Collection Masque jaune
Lieu de parution Paris
Date de parution 1993
Nombre de pages 320
ISBN 9782702478295
Série Bernhard Gunther
(La Trilogie berlinoise)
Chronologie

L'Été de cristal (titre original : March Violets) est un roman policier historique de Philip Kerr paru en anglais en 1989, avec comme héros, dans sa première apparition, le détective Bernhard Gunther. Ce livre ouvre La Trilogie berlinoise.

Le titre original, March Violets, c'est-à-dire Märzveilchen en allemand[1] et les « violettes de mars » en français (ou plus précisément les violettes odorantes), se réfère au surnom que les nazis attribuaient à leurs compatriotes ayant rejoint leur parti sur le tard.

Résumé[modifier | modifier le code]

1936 : Berlin s'active à la préparation des Jeux olympiques. Le Troisième Reich allemand en est à sa troisième année et les cas de disparitions de personnes augmentent de manière alarmante, surtout dans la communauté juive. Cela donne du travail au détective privé (et ancien inspecteur de police) Bernhard Gunther, dit « Bernie », âgé de 38 ans, qui s'est acquis une réputation certaine en arrêtant quelques années plus tôt l'étrangleur Gormann.

Un industriel de la branche de l'acier, Hermann Six, lui confie une enquête : trouver la vérité sur l'incendie qui a causé la mort de sa fille Grete et de son gendre[2]. Ce qui intrigue également Six, c'est qu'un collier de diamant d'une grande valeur a disparu alors qu'il était enfermé dans le coffre-fort de la chambre des époux[2]. Après avoir découvert que le gendre de l'industriel était un avocat particulièrement ambitieux dans la hiérarchie nazie, Bernie oriente ses recherches vers un professionnel du chantage qui travaille pour Göring. Il semble aussi que Himmler joue un rôle non négligeable dans ce qui s'annonce comme un énorme scandale au sein du Parti nazi[2].

La Gestapo se mêle de l'affaire, ce qui ne tourne pas à l'avantage de Bernie, car la piste mène jusqu'au SS-Obergruppenführer Heydrich ainsi qu'au camp de concentration de Dachau. Parce que rien n'arrive isolément, Inge Lorenz, l'assistante et compagne de Bernie, disparaît.

Galerie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'éditeur allemand n'a pas conservé cette idée et a renommé le livre Feuer in Berlin, soit « Feu à Berlin ».
  2. a, b et c « March Violets », Publishers Weekly.